Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme / L'Eglise : Vie de l'Eglise

Aujourd’hui des professionnels de santé valident les intuitions prophétiques de Paul VI

D'Aymeric Pourbaix dans Famille chrétienne :

P"L'année 1968 ne fut pas ­seulement celle de tous les dangers. Ce fut aussi ­l’année de deux actes majeurs du pontificat de Paul VI. Déjà, la proclamation d’un Credo, fin juin, trois jours après le refus des évêques hollandais de rectifier un Catéchisme contenant des hérésies. Un mois plus tard, le pape publiait l’encyclique Humanae vitae, la dernière de son pontificat, dans laquelle il rappelait l’interdiction de la contraception, au nom du maintien du lien indissoluble entre union sexuelle et procréation. Il y sacrifia sa popularité, subissant les critiques de nombreux ­épiscopats, dont la France. 

Ce faisant, Paul VI a joué pleinement son rôle de confirmer ses frères dans la foi, selon les mots définitifs du Christ à Pierre : « J’ai prié pour que ta foi ne défaille pas » (Lc 22, 32). C’est là une parole sûre, à laquelle n’ont pas même dérogé les papes de la Renaissance, à la vie pourtant dissolue… Lorsque l’essentiel – la foi et les mœurs – est en jeu, ­l’autorité du successeur de Pierre est un repère sûr, contre lequel les « portes de l’enfer » ne peuvent prévaloir (Mt 16, 18). 

Mais toujours selon Paul VI, les « fumées de Satan » s’étaient bel et bien introduites dans l’Église, au cours de ces années troublées de l’après-concile. Maître spirituel et témoin jusqu’au bout de ses forces, le pape Montini a tenu bon sur les principes, contre vents et marées, y compris contre la majorité de son ­entourage. Par la suite, sur ces solides fondations, ses successeurs ont pu reprendre cet enseignement contesté, le consolider par une réflexion appro­fondie, et le diffuser auprès des fidèles. Jean-Paul II le fit pour la morale, puis Benoît XVI en ce qui concerne la foi – tous deux ont d’ailleurs été créés cardinaux par Paul VI, et se sont rencontrés grâce à lui : il n’y a pas de hasard… 

Même si beaucoup reste à faire pour affermir cet enseignement, notamment dans les écoles catholiques, il reste ­qu’aujourd’hui des professionnels de santé et même une partie de la gauche valident les intuitions prophétiques de Paul VI. C’est dire ! 

Cela doit nous donner une grande confiance en l’Église, qui reste ­gouvernée par le Saint-Esprit même lorsqu’elle semble affectée par les tribulations. « Le combat entre l’Église et le monde, disait Newman, a ceci de particulier : il semble toujours que le monde l’emporte sur elle ; mais c’est elle, en fait, qui gagne. Ses ennemis triomphent constamment, la disent vaincue ; ses membres perdent souvent espoir. Mais l’Église demeure. » Parce qu’elle est éternelle ! 

À l’heure du Synode sur la famille à Rome, il est bon de penser que le maintien sans restriction du principe de l’indissolubilité du mariage permettra à de nombreux couples, à l’avenir, de tenir dans les difficultés."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services