Aucune qualification correctionnelle n’est susceptible d’être donnée à un collage d’affiches

Communiqué de Me Pichon, président du Cercle des avocats libres :

"Ce dimanche 7 avril, quelques jeunes gens impertinents et matinaux, en
ces premiers jours de printemps français, ont cru bon devoir coller des
affiches devant le congrès organisé par les associations LGBT avec la
bienveillance du Maire du 4ème Christophe GIRARD.
Ce « happening » a provoqué l’ire du cœur des vierges effarouchées du
politiquement correct et des groupuscules minoritaires toujours prompts
à s’ériger en victimes de l’hydre obscurantiste, certains communiqués
de presse n’hésitant pas à parler de « vandalisme » ou de « saccage ».
La palme de l’indignation revient aux humanistes du parti communiste
qui voit dans cette action une entrave au chemin du progrès de
l’égalité. Sans doute le parti des 80 millions de morts a-t-il quelque
expérience en matière de progrès et d’égalité.

Depuis quand un collage d’affiches constitue-t-il un acte de vandalisme
?

Il est plus surprenant de constater que les responsables de la manif
pour tous se prêtent à ce jeu du politiquement correct en condamnant
cette action conjointe de sympathisants du Printemps Français et de la
manif pour tous, laquelle manif rappelons le appartient à « tous ».
Aucune qualification correctionnelle n’est susceptible d’être donnée à
un collage d’affiches dont les messages n’ont absolument rien de
haineux
. Une dégradation suppose une atteinte à la substance du bien
visé ce qui, à l’évidence n’a pas été le cas, les films ayant été pris
à cet effet en témoignent. Et il est certainement moins qualifiable
pénalement que les sympathiques happenings organisés par la Manif Pour
tous à l’occasion des tournées des ministres et qui peuvent
parfaitement être qualifiés d’attroupement, délit prévu et réprimé par
l’article 431-3 du code pénal.
Il est donc dommage qu’obnubilés par un souci de communication,
certains responsables de la Manif pour tous se croient d’ajouter leur
voix à cet appel à la répression contre les auteurs de ce collage
ludique
parmi lesquels se trouvent, semble-t-il, de nombreux militants
de la première heure de la manif pour tous.

Car la « cible visée » semblait plus que pertinente.
Qui sont les LGBT sinon des associations groupusculaires, minoritaires
et communautaristes, non représentatives de la majorité des personnes
homosexuelles, et qui cherchent à imposer par un lobbying incroyable la
PMA, la GPA et l’idéologie du genre ?

C’est bien l’inter LGBT qui a rappelé à l’ordre François Hollande
lorsque celui-ci, dans un sursaut de bon sens avait cru bon devoir
évoquer une clause de conscience devant les représentants de 36000
maires de France, dans leur immense majorité, opposés à ce projet de
loi sur le mariage. L’après midi-même après un coup de téléphone de
Sylvain Gougain responsable de l’inter LGBT, le président Hollande le
recevait entre 16 h et 17 heures et revenait sur sa déclaration.
En somme un groupuscule de 300 personnes qui ne vit que grâce aux
subventions des collectivités territoriales (des mairies de droite
comme de gauche / Paris, Marseille ou Nice) – c’est à dire vos sous !-
et du mécénat de l’humaniste Pierre Bergé qui estime que louer le
ventre d’une femme c’est aussi légitime que faire suer l’ouvrier sous
le bleu de travail, a plus de poids en France que les représentants du
pays réel réuni !

Déclin du politique quant tu nous tiens.
Enfin, nous attendons avec impatience toujours les suites de plaintes
contre les FEMEN
qui avaient attaqué le cortège de civitas en novembre
dernier ainsi que les dégradations contre les cloches de Notre dame il
y a quelques semaines. Sauf erreur de ma part, elles n’ont été ni
convoquées ni entendues
.
En conséquence l’action matinale de quelques jeunes gens intrépides un
dimanche de printemps (français) apparaît plus que légitime tant sur la
forme que sur le fond et ne peut que susciter la sympathie et
l’approbation de tous les hommes de bonne volonté."