Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Au tribunal correctionnel pour avoir accueilli des pèlerins de saint Jacques de Compostelle

Leur république ne connaît pas non plus la charité. Récit

"« J’ai passé sept heures en garde à vue à expliquer aux gendarmes de Bains en quoi consistait mon activité ». Jean-Marc Lucien n’en revient toujours pas. En juin 2015, alors qu’il est propriétaire d’une maison d’accueil de pèlerins située sur le chemin de Saint-Jacques à Saint-Privat-d’Allier, il est convoqué par les militaires tandis que les lits de sa maison sont mis sous scellée après une perquisition.

En novembre, un courrier l’informe qu’il devra se présenter devant le tribunal du Puy-en-Velay en mai 2016. « On me reproche d’avoir dissimulé une activité commerciale et un chiffre d’affaires. Or, l’accueil de pèlerins n’a jamais été un travail pour moi ! »

L’histoire de cet ancien expert-comptable débute en 1998 quand, lui-même pèlerin sur le chemin, il rencontre celle qui deviendra sa femme. De retour d’Espagne, tous deux décident de rendre l’hospitalité dont ils ont profité durant leur périple. « Nous avons acheté la maison en 2003. En 2006, nous étions retraités alors nous avons décidé d’accueillir des pèlerins dans la pure tradition de l’hospitalité ».

Mais voila, sans statut juridique, l’accueil en donativo n’est pas soumis aux impôts et autre taxe de séjour. « Nous avions, dans un coin de la maison, une boîte dans laquelle les visiteurs glissaient ce qu’ils voulaient en échange du gîte et du couvert. De l’argent mais aussi parfois des images pieuses ou d’autres objets… » explique-t-il.

Avec 700 à 800 pèlerins de passage chaque année, la maison d’accueil a très vite représenté un manque à gagner pour les gîtes, hôtels et autres chambres d’hôtes situés dans le même secteur. « Nous avons reçu de nombreuses menaces dès le départ. Sous la pression, je suis devenu auto-entrepreneur en 2014. Je déduisais le prix des repas à ce que me laissaient les gens et je déclarais le reste ». Pourtant, Jean-Marc Lucien ne facture pas. Impossible dans ce cas de parler d’activité commerciale. « En avril 2014, nous avons reçu une plainte de la communauté d’agglomération du Puy (qui perçoit la taxe de séjour dans le cadre d’une activité touristique, NDLR) puis en septembre la Répression des fraudes a dressé un procès-verbal. Elle souhaitait que nous affichions un tarif, ce que nous avons refusé de faire puisque nous n’étions pas commerçants ! ». 

Allez, faisons exploser le nombre de soutiens à cet authentique pilier de l'esprit du pèlerinage de Compostelle! 

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

13 commentaires

  1. Évidemment, tous ces gouvernements ne connaissent que le fric, le fric, le fric !
    Ces gouvernants sont entrain de tuer la gratuité, la générosité, l’altruisme, la vraie charité, etc.
    Bientôt, ils nous expliqueront qu’il faut payer son bébé en l’achetant obligatoirement via une GPA (meilleur contrôle de la qualité, qu’ils diront !!!!).
    Alors à ces accueillants des pèlerins de Saint Jacques, je ne peux que les féliciter et les remercier d’être ces derniers résistants à Mamon !
    ULTREIA (de la part d’anciens jacquaires).

  2. Mon petit doigt me dit qu’il doit se trouver dans les parages quelque hôtelier franc-mac qui n’aime pas qu’on lui fasse concurrence ; alors, avec le secours des frères .: de la gendarmerie et quelques juges véreux logés à la même enseigne, tous les moyens sont bons.
    Et foin des traditions d’hospitalité sur el camino. Quand même !

  3. Cette affaire montre le niveau de barbarie et de sauvagerie dans lequel la France est tombée.
    Ces pourris qui ont attaqué ce couple d’anciens pèlerins sont immondes, leur Dieu est Mammon.
    Je souhaite que tous ceux qui le souhaitent relèvent le gant pour offrir aux pèlerins gîte et couvert dans la plus belle tradition du chemin d’étoiles.
    En union de prière.
    Etre catholique ne signifie pas que l’on doive tout supporter.
    Nos ancêtres croisés ont manié l’épée pour défendre leur foi.
    Je suis prêt à les suivre avec d’autres armes.
    Montjoie Saint Denis.

  4. Ah s’il accueillait des migrants !…. il aurait droit à la une de la presse et à la, légion d’honneur !

  5. Un bel exemple de persécution administrative, de christianophobie qui imprègne toute notre société “républicaine”, ajouté à la jalousie et la concupiscence……Douce France.

  6. Pendant ce temps la racaille parfaitement identifiée par les gendarmeries continue à exercer ses différents trafics, à terroriser les gens, à s’en prendre aux biens et aux personnes, à violer les lois etc., en toute impunité et sans avoir jamais fait ne serait ce qu’une heure de garde à vue.

  7. Rien de surprenant, ce qui reste de l’Etat aujourd’hui ne reussit plus qu’une seule tâche: ramasser un maximum d’argent afin de le verser à nos suzerains d’outre atlantique.

  8. La veuve et le marché font bon ménage !

  9. Dans cette nouvelle civilisation où même les enfants ont un prix, il est normal que l’état demande de tarifer un don, pour qu’elle puisse en faire profiter les banques et autres petits malins vivant au crochet des autres. A l’heure du Tafta, où on supprimera tout droit de douane, cela devient quelque peu comique.

  10. Chaque jour on descend une marche vers les profondeurs de la connerie abyssale ! Mais cela n’est pas nouveau ; à La Louvesc (Ardèche) les Soeurs du Cénacle ne veulent pas garder dans leur maison les pèlerins (seuls ou en famille) une seule nuit de plus, sans quoi les hôteliers du coin leur mettent un procès !
    C’est fou que le diable rigole bien en France…

  11. J’ai signé la pétition car je trouve inadmissible que l’on puisse interdire une initiative généreuse sous des prétextes fallacieux et pécuniaires.

  12. On a jamais autant arrêté les “vrais” français pour des peccadilles que dans ces temps troublés ou certains égorgent, violent, dépouillent, détruisent sans être inquiétés…
    Non, ce que craint le gouvernement, c’est la révolte des sans-dents..pillés, violés, dépouillés, agressés…alors ils prennent de l’avance…
    Ils appellent cela “vivre ensemble” !Forcé et contraints depuis tant d’années! Chaque Français serait-il un peu Jacqueline Sauvage?

  13. Je vais faire le chemin bientôt.
    Une des premières dispositions : pas d’hôtel, plutôt dormir dehors. C’est prévu.
    Donc ces frères hôteliers de la gratouille rance et nauséabonde en seront pour leurs frais.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services