Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Politique en France

Attentat de Strasbourg : questions sur une lâcheté française face à la question de l’islam

Attentat de Strasbourg : questions sur une lâcheté française face à la question de l’islam

Dans son livre Stratégie de l’intimidation, Alexandre Del Valle décrit les méthodes utilisées par les « coupeurs de têtes » et les « coupeurs de langue » musulmans.

Les interventions à l’Assemblée Nationale et au Sénat, tant des ministres que des parlementaires, à l’occasion de l’attentat de Strasbourg permettent de valider l’efficacité de cette stratégie. Ces « langues coupées » se sont exprimées lors de séances de questions/réponses les 12 et 13 décembre 2018, de façon parfaitement « halal » (à l’exception notable de deux députés :  Antoine Herth, UDI-Agir « Enfin, sommes-nous face à une nouvelle forme de terrorisme, œuvre d’un islamisme lié aux milieux crapuleux ? » et Eric Diard, LR « Ce terrible drame met une nouvelle fois en lumière la menace que représente la barbarie islamiste, et notre difficulté à suivre efficacement les individus radicalisés »).

Il faut reprendre une chronologie précise des faits pour mettre en évidence cette auto-censure :

  • L’attentat a lieu à Strasbourg le 11 décembre avant 20h.
  • Le 11 décembre dans la soirée, le parquet anti-terroriste se saisit de l’affaire.
  • Le 12 décembre, à 12h35, le procureur de la République du parquet anti-terroriste donne une première conférence de presse. Retenons trois éléments 1° sa phrase introductive : « le terrorisme a une nouvelle fois frappé notre territoire à Strasbourg »  2° son annonce de l’ouverture d’une enquête en flagrance pour assassinat en relation avec une entreprise terroristeet pour association de malfaiteurs terroristes  3° une information sur des témoins (pas un seul donc, mais plusieurs) qui ont entendu le terroriste crier « Allahou Akbar».

Ajoutons que ce terroriste, Cherif Chekatt, fiché S pour radicalisation, était déjà identifié ce 12 décembre. Et que loin d’avoir « tiré dans une foule », il avait visé ses victimes avec précision directement dans la tête ou la nuque.

Il paraît raisonnable de penser (même si on peut avoir quelques doutes sur la compétence professionnelle de Christophe Castaner) que ces informations étaient à 15h ce même jour, heure de la séance de Q/R à l’Assemblée nationale, à la disposition du ministre de l’intérieur, du premier ministre et des députés qui avaient prévu d’interroger le gouvernement sur ce sujet ; a fortiori le lendemain 13 décembre, lors de la séance avec le Sénat.

Lors de ces deux séances, il a été abondamment question d’ « hommages », aux victimes, aux forces de l’ordre, aux pompiers et aux médecins. Il a été abondamment question de « risque terroriste », de « menace terroriste », d’« attaque terroriste », de « caractère terroriste » ; de « radicalisation » et d’« actions de déradicaliation ».

Mais comment expliquer que tout lien avec l’islam a été soigneusement occulté ?

Comment expliquer que, ni le président de chacune des assemblées parlementaires (Gérard Larcher : « Face au terrorisme, nous devons impérativement demeurer unis dans un esprit de responsabilité »), ni le Premier ministre, ni le ministre de l’intérieur, ni aucun des députés de la majorité n’ont prononcé le mot « islamique », ou « islamiste »pour tenter de mettre en perspective cet acte terroriste (seul Laurent Nunez a évoqué des « individus répondant à la propagande de Daech ») ?

Comment expliquer que le député du Bas-Rhin Bruno Studer semble s’honorer de présenter avec insistance Cherif Chekatt comme « un Strasbourgeois né à Strasbourg, un Alsacien né en Alsace, un Français né en France et n’ayant grandi nulle part ailleurs qu’à Strasbourg, en Alsace, en France », comme s’il voulait surtout exonérer à la fois l’immigration et l’islam de toute incrimination éventuelle ?

Comment expliquer le propos liminaire de Jean-Luc Mélenchon : « Si les motivations de l’assassin ne sont pas connues à cette heure, je tiens à le rappeler, il n’empêche que le mode opératoire est bien celui du terrorisme. » ?

Comment expliquer que le mot « musulman » n’est, au travers de toutes les interventions et les réponses du gouvernement, cité qu’une seule fois, par M. Jacques Bigot (sénateur du groupe socialiste et républicain), et seulement à propos d’une des victimes de C.Chekatt curieusement décrite comme « un Afghan membre d’une communauté musulmane » (naturalisé français au demeurant…) ? Le « musulman » ne serait-il « exploitable » qu’à la condition d’être une victime ?

Comment peut-on, comme le sénateur LR  André Reichardt, à la fois expliquer qu’il faut « que les réponses au terrorisme doivent s’attaquer à ses causes. Sans une lutte déterminée contre la délinquance de droit commun, sans l’abandon de certains communautarismes, parfois acceptés aujourd’hui, sans l’affirmation de notre identité et de notre culture dès le plus jeune âge, dans les écoles, nous n’y arriverons pas ! » et ne pas citer l’islam radical ?

C’est une des réussites de cette stratégie de l’intimidation de faire croire que la peur et la lâcheté sont en fait de la prudence.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services