Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Argentine: une dirigeante pro-avortement décède après un avortement légal

Argentine: une dirigeante pro-avortement décède après un avortement légal

L’un des arguments des pro-avortements en faveur de la légalisation du crime de l’enfant à naître est de d’expliquer qu’en recourant à l’avortement illégal, de nombreuses femmes décèdent. Mais même avec un avortement légalisé, des femmes meurent. Cette militante pro-avortement l’a appris à ses dépens.

Cette femme de 23 ans est décédée dimanche dernier dans un hôpital de San Martin dans la province argentine de Mendoza, quatre jours après avoir subi un avortement légal dans la ville voisine de La Paz. La mort de Maria del Valle Gonzalez Lopez a été attribuée à une hémorragie et à une septicémie générale. Elle était une figure montante de l’Union Civica Radical pro-avortement, un parti historique de gauche argentin affilié à l’Internationale socialiste, ayant été élue l’année dernière à la présidence de la section jeunesse des radicaux à La Paz.

Del Valle est la première mère connue à être décédée depuis que l’avortement a été légalisé en Argentine. Elle était étudiante à l’université. Son parti a fait campagne pour l’avortement légal.

Les organisations féministes en Argentine n’ont pas commenté la nouvelle et n’ont pas non plus averti, à la suite de la tragédie, que l’avortement légal tue des femmes.

L’avortement légal jusqu’à 14 semaines de gestation est entré en vigueur en janvier. S’il n’avait pas été approuvé, peut-être que Maria del Valle Gonzalez Lopez serait encore en vie aujourd’hui. C’était très probablement un avortement légal qui a conduit à l’infection et à sa mort prématurée – en plus de tuer son bébé à naître. Elle s’est rendu à l’hôpital public le 7 avril pour un avortement. Elle a reçu une pilule abortive, probablement du misoprostol. Normalement, la procédure d’avortement chimique doit être suivie de contrôles médicaux pour vérifier que tout va bien. Un jour après elle a commencé à se sentir mal, avec de la fièvre et des douleurs à l’estomac. Elle est retournée à l’hôpital vendredi, où elle a d’abord été considérée comme une patiente du COVID-19. La presse a également déclaré que l’on pensait qu’elle avait une péritonite. Il semblerait qu’elle n’ait pas dit aux médecins qui la soignaient qu’elle avait subi un avortement chimique deux jours auparavant. Une septicémie générale a été diagnostiquée. Lorsque son état s’est aggravé, la jeune femme a été transportée dans un hôpital mieux équipé de San Martin, où elle est décédée le lendemain.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]