Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Après la drogue, les champignons

Toujours plus, toujours plus fort… Le gouvernement hollandais veut interdire la consommation de champignons hallucinogènes. Il s’est trouvé des manifestants protestataires au cri de : "Vont-il aussi interdire le pain?" ou "Mon cerveau m’appartient".
Selon eux, l’interdiction n’aurait pas de sens car les abus seraient commis par les touristes et non par les Hollandais eux-mêmes. L’auteur d’un livre sur la question écrit :

"Le jeune touriste moyen qui vient ici boit énormément de bière, fume énormément d’herbe, puis prend des champignons (…) seuls les touristes étrangers ont des problèmes, les Néerlandais n’en ont pas parce qu’ils sont bien informés".

Cette manifestation lève une question de fond : La loi doit-elle chercher à limiter le mal que les citoyens se font à eux-mêmes (et donc concerner tous les Hollandais, réduisant leur "liberté") ou seulement celui qu’ils commettent à autrui et à la société (et donc informer les citoyens sur les méfaits de cette pratique et sanctionner ceux qui useraient mal de cette "liberté")?

Lahire

Partager cet article

4 commentaires

  1. Le bien commun commande que chacun prenne soin de sa santé, surtout mentale.
    La maladie a un coût énorme pour l’entourage et la société en général.
    Quant à la naïve suffisance germanique, elle fait rire.

  2. Deux choses :
    Ou les personnes majeures peuvent faire usage de leur liberté comme elles l’entendent pourvu qu’elles ne nuisent pas à autrui, et auquel cas, convenablement averties, elles peuvent faire usage des substances qu’elles souhaitent (hé oui, y compris les champignons, la coke…). Un père de famille peut consommer de la coke si ça l’amuse. S’il découpe ses enfants à la tronçonneuse sous l’emprise de la coke, on l’enverra bien sûr en prison.
    Ou il est possible d’interdire l’usage de telle ou telle substance sous prétexte que les personnes pourraient nuire à leur santé en les consommant. Auquel cas l’Etat empêche les personnes de faire usage de leur liberté de jugement, ce qui est tout de même embêtant.
    Hé oui, c’est ça aussi la subsidiarité… Hélas, les chrétiens ont, comme les autres, une fâcheuse tendance à laisser tomber la subsidiarité dès lors c’est “pour le plus grand bien”. Lire Harry Potter 7 à ce sujet.

  3. C’est la même logique de réflexion que pour la liberté religieuse…

  4. La société a légitimité, jusqu’à un certain point, à intervenir dans le domaine de la prévention (dont l’interdiction est une mesure) des “conduites à risque individuelles” dans la mesure où c’est elle qui prend en charge financièrement les conséquences desdites conduites.
    On peut bien entendu aussi remettre en cause cette prise en charge. Mais là c’est tout le fonctionnement de l’assurance santé en France qu’il faut remettre à plat.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique