Après l’emploi fictif, la distinction fictive entre PS, UDI et LR

Amusant communiqué du groupe FN des Pays de la Loire :

G"Madame Christine Guerriau, conseillère régionale des Pays de la Loire, se dit « humiliée » par les accusations d’emploi fictif à son encontre.

Rappel : Madame Guerriau, encartée chez Les Républicains, a été déclarée comme assistante de son époux, le sénateur UDI Joël Guerriau, avant d’être déclarée comme assistante du sénateur socialiste de Mayotte, Mohammed Thani. Ce dernier ayant lui-même mis à disposition son propre assistant au profit de Joël Guerriau. Le sénateur socialiste explique qu’il a versé à Christine Guerriau un salaire de 1 195 euros pour son expertise sur les droits européens. Une somme bien modique, pour une conseillère régionale qui revendique son diplôme en gestion et ingénierie des fonds européens. Dans ces conditions, les soupçons d’emploi fictif ne sont pas hors-sujet. L’intéressée qui se justifie d’avoir « travaillé » pour un sénateur de gauche - « En dehors d’un élu FN, je peux travailler avec n’importe qui » dit-elle, sans doute en guise d’excuse morale – apporte ainsi la preuve que les élus du FN et leurs assistants sont les seuls à vraiment travailler.

Le groupe régional FN-RBM prend acte de la tendance échangiste des élus de l’UMPS, qui se passent et repassent des assistants comme s’ils s’échangeaient des billes. Ces petits arrangements entre élus démontrent une fois de plus l’absence totale de conviction de ces professionnels de la politique, qui s’imaginent indéfiniment pouvoir berner le peuple en prétendant tantôt être à droite, tantôt être à gauche, alors qu’ils ne sont en réalité que du système. Au pouvoir, Marine Le Pen, remettra de l’ordre dans les institutions et ne tolèrera ni copinage, ni emploi fictif."

Laisser un commentaire