Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Après l’éducation, la santé à l’école à l’insu des parents?

Dans un récent rapport, le Haut Conseil de la santé  publique préconise un vaccin à l'école pour les jeunes filles à partir de 9 ans. Mais quel est donc ce vaccin à propager à tout prix? 

"La vaccination contre les papillomavirus (HPV), responsables de la plupart des cancers du col de l'utérus, devrait être proposée en milieu scolaire et éventuellement dès l'âge de 9 ans, estime une haute instance sanitaire française qui dénonce "la défiance injustifiée" vis à vis de ce vaccin.

C'est un sujet particulièrement polémique en France. Invité par la Direction Générale de la Santé (DGS) à donner son avis sur la vaccination contre les papillomavirus  (HPV), responsables de la plupart des cancers du col de l'utérus, le Haut Conseil de la santé  publique (HCSP) a estimé, dans un avis rendu public lundi, que ce vaccin devrait être proposé en milieu scolaire dès 9 ans.

Il s'est montré très rassurant tant sur la question de sa sécurité  que de son efficacité. "Les données internationales démontrent en situation réelle une efficacité  vaccinale sur la prévalence des infections à papillomavirus, l'incidence des  condylomes et des lésions pré-cancéreuses (grade B)", note le HCSP dans son  avis.

Il ajoute également que les données de pharmacovigilance disponibles avec  un recul d'utilisation de plus de sept ans et plus de 170 millions de doses  délivrées dans le monde (dont 5,8 millions en France) "ne permettent pas de  retenir l'existence d'un lien de causalité entre cette vaccination et les  évènements indésirables graves qui lui ont été attribués en France, notamment  la sclérose en plaques et d'autres maladies auto-immunes".

Une lectrice, professionnelle de la santé, joint son avis ci-dessous : 

"Le vrai danger de ce vaccin est la stérilité, et non la sclérose en plaques ou le cancer. Par ailleurs le virus en question est une MST, on ne voit donc pas pourquoi il faudrait s'en protéger dès 9 ans. C'est intéressant de voir qu'on parle directement de l'évolution néfaste possible de cette MST (cancer) sans rappeler qu'on attrape d'abord ce virus en étant volage. 

Bref c'est juste une occasion de plus de parler de sexualité débridée aux plus jeunes, ce qui facilitera certaines bassesses, et d'abaisser l'âge de prise de contraceptif du même coup. 

Enfin on appréciera que c'est à l'école qu'ils veulent mettre en place cette vaccination…

N'oublions pas que l'on se rend de plus en plus compte que les vaccins ne contiendraient pas que les anticorps prévus… Une forme de stérilisation forcée peut passer par ce type de vaccination".

Partager cet article

23 commentaires

  1. Il y eu ces jours-ci beaucoup de problèmes graves dans un pays d’amérique latine auprès des jeunes femmes ayant reçu ce vaccin : perte de l’usage des jambes, évanouissements, ect..
    http://www.rtl.be/info/monde/international/1122474/mystere-en-colombie-des-centaines-de-jeunes-filles-frappees-par-un-mal-etrange

  2. Déjà fait au canada.
    Deux gros problèmes des vaccins : la multiplicité des souches, qui rend inopérant un vaccin contre la grippe, par exemple ;
    et les adjuvants, dont l’aluminium, ultra nocifs et directement injectés dans le sang (ce qui est complètement différent d’une ingestion traditionnelle, les reins et l’organisme faisant leur travail de filtre)

  3. Ce vaccin n’a d’utilité que chez les filles qui ont l’intention de pratiquer du vagabondage sexuel, puisque la transmission du papillomavirus est exclusivement sexuelle.
    Puisqu’un doute demeure sur son innocuité (malgré les paroles rassurantes de ceux qui sont intéressés par la vente de millions de doses du-dit vaccin), protégeons-en donc nos petites filles : les jeunes chrétiennes et toutes celles qui n’ont pas l’intention de mener une vie désordonnée, comme nos politicards et nos journaleux pervers et débauchés, n’ont par conséquent aucune raison d’accepter cette vaccination, et seulement des arguments pour la refuser !

  4. Comme c’est curieux ! On ne cherche à vendre que des graines stériles ! On fait tout pour que les enfants deviennent homos. On sait aussi que les vaccins ont servi à réduire la population !
    http://effondrements.wordpress.com/2012/05/13/reduction-de-la-population-par-les-vaccins/

  5. Rappel Historique des vaccins tueurs
    1. En 1868, 1873 et 1881 les vaccinations contre la variole aux États-Unis ont entraîné une extension alarmante de la lèpre comme le rapporte le Board of Heath (Conseil de Santé).
    2. En 1883, un document intitulé : Dossier d’une catastrophe vaccinale fait état de 400 décès après vaccinations.
    3. En 1990, le Syndicat Rokefeller et JP Morgan a acheté l’Encyclopedia Britannica. Toute information et références défavorables aux vaccinations ont été éliminées de l’Encyclopédie.
    4. En 1917, au cours de la première guerre mondiale, des soldats américains qui avaient été vaccinés avant de s’embarquer pour l’Europe tombaient subitement morts à la suite d’un syndrome bizarre qui semblait n’affecter que les jeunes personnes.
    5. Le 27 août 1928, la Société des Nations (qui a précédé les Nations Unies) a publié sur l’encéphalite (inflammation du cerveau) qui stipulait : « L’encéphalite post-vaccinale qui nous occupe est devenue un problème en soi…C’est un nouveau risque précédemment inconnu et insoupçonné qui est lié à la vaccination… »
    6. En 1942, le Secrétaire à la Guerre, Henry L.Simpson a publié un rapport qui précisait : « La dernière expérience que nous avons eue du vaccin à l’armée contre la fièvre jaune nous a valu 28.505 cas d’hépatite et 62 décès »
    7. L’expérimentation de l’Ecole Willowvrook en matière de vaccins s’est déroulée de 1950 jusqu’à 1972. Au cours de cette période des enfants handicapés mentaux ont été délibérément infectés par l’hépatite dans le but de pouvoir mettre au point un vaccin !
    8. En 1957, The New York Times a signalé que près de 50% des cas de polio chez des enfants âgés de 5 à 14 ans se produisaient chez des enfants qui avaient été vaccinés contre la polio.
    9. En 1972, au cours d’une audition devant le Sous Comité du Sénat, l’inventeur du vaccin anti polio, Jonas Salk, devait témoigner que presque toutes les poussées de polio depuis 1961 étaient le résultat ou avaient été provoquées par le vaccin polio oral.
    10. En 1976, the Lancet a signalé que les vaccins ne protégeaient pas efficacement contre la coqueluche et que près d’un tiers des personnes qui avaient fait une coqueluche avaient bel et bien été complètement vaccinées.
    11. En 1977, the Lancet encore a rapporté qu’aucune protection contre la coqueluche n’avait été démontrée chez les nourrissons
    12. En 1977, la revue Science a signalé que 26% des enfants qui recevaient la vaccination contre la rubéole développaient de l’arthrite
    13. En 1984, on pouvait lire dans le journal médical Archives of Disease in Childhood, Vol.59, n°2 pp.162-65 : « Depuis la diminution du nombre de vaccinations contre la coqueluche, les admissions à l’hôpital et les taux de décès faisant suite à la coqueluche ont décliné d’une manière inattendue…La gravité des attaques et des taux de complications des enfants admis à l’hôpital n’a virtuellement pas été modifiée ».
    14. En 1986, le Congrès Américain a voté le « Vaccine Injury Compensation Act. » (Acte visant à dédommager les victimes des vaccinations).
    15. C’est en 1988 que le « Vaccine Injury Compensation Program » a été financé.
    16. En 1984, The Lancet a signalé que l’asthme était cinq fois plus fréquent chez les enfants vaccinés que chez les enfants non vaccinés.
    17. Le Manuel de 1996 de Merck a publié : « Des maladies auto immunes peuvent être provoquées par les encéphalites qui peuvent faire suite à la vaccination contre la rage. Des réactions auto immunes croisées pourraient probablement être provoquées par du tissu cérébral animal qui se trouve dans le vaccin ».
    18. En 1999, The Lancet publie un article qui fait état de 15.229 cas de diphtérie en Russie, alors que la plupart des enfants étaient complètement vaccinés.
    19 . Selon le NIH (Institut National de Santé), une étude japonaise de 2002, « Développement de la politique Vaccinale au Japon », explique que le nombre des enfants qui sont devenue autistes varie en proportion directe du nombre d’enfant qui ont été vaccinés chaque année.
    20. Annoncés froidement par Bill Gates : 10 milliards de dollars pour amplifier la dépopulation, par les nouveaux vaccins « service de santé », réducteurs de population.
    – Source : Article extrait du journal de Michel Dogna n°99 – Mars 2012

  6. Les soupçons de ceux qui hésitent à faire vacciner leurs enfants sont confirmés. Une grande étude récente corrobore une autre analyse de sondages indépendante qui compare les enfants non vaccinés aux enfants vaccinés.
    Elle montre que tous les enfants vaccinés attrapent deux à cinq fois plus de maladies infantiles, dérangements et allergies, que les enfants non vaccinés.
    http://www.brujitafr.fr/article-les-enfants-vaccines-developpent-jusqu-a-cinq-fois-plus-de-maladies-que-les-enfants-non-vaccines-107165873.html

  7. Tout est bon pour écouler leurs doses et s’en mettre plein les poches !
    La plupart des vaccins sont néfastes à la santé !
    Fuyez les !

  8. Quelle époque formidable…

  9. Le vaccin contre le papillomavirus, c’est pour les filles qui papillonnent, et le gouvernement veut que toutes les filles papillonnent dès 9 ans.
    C’est simple.
    Et surtout, qu’elles n’aient pas d’enfants. Un être humain, c’est dangereux pour le gouvernement, surtout un être humain qui pense.

  10. Le HPV (Human Papilloma Virus) est probablement impliqué dans le cancer du col de l’utérus, qui se détecte bien par frottis vaginal et pris à temps est curable.
    Le HPV est bien transmis par les relations sexuelles, le risque augmentant avec la multiplication des partenaires.
    Puisqu’il est toujours transmis par l’homme à la femme, pourquoi cette discrimination sexuelle et ne pas vacciner aussi les garçons, qui auraient le droit aux mêmes risques de complication que les filles ? Cela doublerait la population ciblée et les bénéfices des firmes pharmaceutiques.

  11. Vaccin, effets indésirables.
    Les encéphalopathies et encéphalomyélites provoquées par les vaccinations sont une réalité non contestable. Ces atteintes du système nerveux ne sont qu’une des manifestations auto-immunes qui peuvent être déclenchées par les vaccins (agent infectieux ou surtout adjuvants).
    Les EncéphaloMyélopathies Aigues Disséminées (EMAD) à épisode unique post-vaccinal peuvent évoluer vers d’autres pathologies inflammatoires auto-immunes multifocales. (ADEM des anglo-saxonx : Acute Disseminated EncephaloMyelitis).
    L’OMS met en garde contre les « vaccine-associated adverse events » (VAAEs)
    Les firmes pharmaceutiques (et les autorités sanitaires, toujours en collusion avec ces dernières pour cause d’emploi), font tout pour minimiser leur importance et ne pas mettre « en péril » une activité aussi lucrative. (relire « vaccins : stop ou encore »).
    Le discours sera toujours négationniste ou minimisant, ou attribuant les effets secondaires à une « susceptibilité individuelle particulière. », voire à un état « idiopathique » qui n’a rien à voir avec la vaccination. La vaccination de masse doit passer par vous, de préférence consentant ou, si nécessaire, contraint.variées, multiples importantes.
    Malheureusement les faits sont têtus.
    Pourtant la Classification Internationale des Maladies (voir CIM-10) reprend bien ces diverses formes de ces pathologies, multiples et importantes, et la bibliographie est abondante (voir la bibliographie incomplète annexée)
    De nouvelles études récentes confirment de manière constante et insistante les études précédentes.
    article de 2012 de Sienkewicz et al « Neurologic adverse events following vaccination » et son abondante bibliographie. (Voir aussi l’article de Stevenson : « les dommages provoqués par les vaccins sont irréparables »),
    L’article de Dupuis.J-M  est détaillé et précis : « Vaccin, ce que tout patient devrait savoir » et
    Frompovich « vingt faits peu connus au sujet de la vaccination ».
    Dr. John-Paul LUCAS
    Sienkiewicz D.*, Kułak W., Okurowska-Zawada B., Paszko-Patej G. : Neurologic adverse events following vaccination Prog Health Sci 2012, Vol 2 , No1 Neurologic adverse events vaccination
    Catherine Frompovich, 25 octobre 2011. : 20 faits peu connus au sujet des vaccinations

  12. Tous les cancers du col de la matrice ne sont pas dus au HPV ; toutes les contaminations par le HPV ne donnent (heureusement) pas un cancer du col. La majorité des infections au HPV transmis lors des relations reste « sans conséquence grave ».

  13. c’est fou! quand on pense que la contamination ne peut qu’être sexuelle, à 9 ans? on les prépare au changement de “civilisation”

  14. Inquiétant par la sournoiserie du procédé. Toujours pour une hypersexualisation des jeunes filles. Que fait madame Jouano?

  15. Qui pourra nous décrypter la composition de ce “haut conseil de la santé” qui en est membre? quels sont leur liens avec les firmes pharmaceutiques? sont ils des malthusiens très intéressés par la stérilisation des populations ou bien encore des tenants de l’éradication des indigènes en vue d’un grand remplacement? on peut s’interroger sur tout dans ce pays ou plus personne ne fait confiance à personne , merci aux décideurs divers qui par leurs vices, tout aussi divers, nous ont conduit à cette situation.

  16. A ce sujet, un article récent est paru sur des troubles qui seraient occasionnés par ce vaccin sur de jeunes colombiennes :
    http://www.initiativecitoyenne.be/article-des-centaines-de-jeunes-filles-victimes-du-gardasil-en-colombie-124517143.html
    mais aucun risque, puisqu’on vous le dit…

  17. Ce vaccin bidon est un énorme scandale et une pompe à fric.
    Sans parler du fait qu’un simple examen annuel après 50 ans permet de prévenir tout risque que la situation dérive.

  18. Que l’on nous donne d’abord les chiffres exacts des cancers du col de l’utérus, ainsi que le nombre de décès.
    Il faut aussi donner la composition exacte de ce vaccin et PROUVER qu’il n’est pas la cause de maladies.
    Il n’appartient pas à ces organismes de décider à la place des parents et hors de leur autorité.

  19. Les effets secondaires possibles néfastes ou dangereux ne sont niés par personne. Ils sont même acceptés à demi mots (et minimisés) par les plus ardents défenseurs des vaccins.
    Le principe de précaution est donc absolument impératif, d’autant plus que dans le cas du HPV il ne s’agit aucunement d’une maladie contagieuse et qu’il n’y a absolument aucun impératif de santé publique.
    Violer la liberté et la responsabilité des parents est inacceptable.

  20. Le business mondialiste prédateur convoite vos enfants et petits-enfants, vulgaire bétail humain qui sert à enrichir les actionnaires parasitaire …..et tant pis si des milliers de gosses meurent à causent de vaccins tiroir-caisse ,et que des milliers d’autres soient handicapés dus à des vaccins inutiles, toxiques et nocifs à la santé des gens !
    L’important c’est l’argent ,la moraline et la manipulation pour faire peur en bonus ,avec la complicité des politichiens et merdias tous pourris ,c’est le progrès parait-il !

  21. Il y a une véritable polémique autour de ce vaccin… Comment savoir réellement si celui-ci est efficace ? Le corps médical le préconise, mettant en avant la prévention contre le cancer qui, détecté trop tard, risque d’empêcher la maternité chez la jeune fille…. En tant que mère, je ne sais plus qui croire… Sur quelle étude sérieuse puis-je m’appuyer ?
    Le fait que l’école “puisse être un lieu de vaccination” n’a évidemment rien de rassurant… Intérêt du laboratoire ???
    J’aimeraîs être rassurée sur ce que je dois faire pour protéger au mieux mon enfant.

Publier une réponse