Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Après la Grèce, le Portugal ?

De Michel de Poncins :

P"'La Grèce s'est enfoncée dans le malheur parce que, selon la propagande officielle, elle n'avait pas joué le jeu. Le Portugal, selon la même propagande, nous est présenté comme un « bon élève ». Il a obéi en tous points aux injonctions de l'Europe et du FMI. C'est pourquoi, il a reçu en mai dernier 78 milliards d'euros d'aide. A la même époque, la dette publique représentait 107 % du PIB. En 2012, on vient d'annoncer que selon les prévisions, elle pourrait monter à 118 %. C'est l'une des preuves de la nocivité des politiques imposées par la prétendue « communauté internationale ». En effet cette dégradation prévisible vient pour l'essentiel de ce que l'économie se réduit : les médecins de Molière étaient connus pour tuer le malade grâce à leur médecine.

Vitor Gaspar, le ministre des Finances, est apprécié de ses collègues : par des mesures dures il a réduit le déficit budgétaire de plus d'un tiers. Le résultat est que l'économie s'est contractée de 1,5 % en 2011, avec une tendance vers 3% en 2012. Les analystes extérieurs calculent que les mesures prises qui conduisent à l'étouffement ne permettront pas de rembourser les dettes même à long terme. Début février, un échange entre Vitor Gaspar, ministre des finances, et son homologue allemand a fuité. Ils prévoyaient carrément qu'une rallonge serait nécessaire. C'est maintenant officiel, Bruxelles envisageant un deuxième sauvetage. (…]

La différence, aujourd'hui, avec la Grèce est que les Portugais ne se révoltent pas encore : la rue ne s'est pas enflammée. Cela va-t-il durer ? Pour le moment les gens semblent accepter les mesures d'austérité imposées par la force. Il est envisagé une baisse des pensions de vieillesse, une dégradation des salaires, des hausses d'impôt. Les Portugais constatent, chemin faiant, que, comme ailleurs, la classe politique ne participe nullement aux sacrifices communs.

A qui le prochain tour ? Il est bon de s'interroger. L'Espagne avait une dette publique de 36 % du PIB avant la crise de la dette ; le coefficient devrait passer à 84 % d'ici à 2013. L'Italie se situait à 105 % en 2009 et devrait passer à 126 % en 2013 […]

 Quant à la France, le premier ministre, François Fillon, a dit, il y a longtemps, qu'elle était en faillite. Il faut, en outre, observer avec tristesse que, sauf chamailleries de détail, tous les programmes des candidats à l'élection présidentielle se ressemblent par l'organisation programmée de la ruine : impôts et taxes en folie, chasse aux riches, déluge de lois, bureaucraties foisonnantes, aucune mesure de véritables économies, tir sur les entreprises, etc. […]"

Partager cet article

1 commentaire

  1. Au secours !!! les ex-apparatchiks de l’ex-Union Soviétique siègent à Bruxelles et dans les gouvernements nationaux de l’Union-Européiste. Leur mission : détruire l’Europe des nations et faire le lit de l’islamisme et du mondialisme. Internationalisme oblige ! Les récents attentats djihadistes commis en France prouvent que la guerre est déclarée. L’alliance islamo-socialo-communiste ne fait plus aucun doute !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services