Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Après la crise… Les mêmes causes continueront à produire les mêmes effets.

Après la crise… Les mêmes causes continueront à produire les mêmes effets.

En attendant le numéro d’avril dont la distribution est commencée (mais tributaire du fonctionnement des messageries et de La Poste), Politique Magazine, sous la plume de Philippe Mesnard son rédacteur en chef, nous propose une synthèse peu réjouissante de la situation, dont le réalisme n’est pas à proprement parler optimiste.

Nous vivons des moments passionnants. Le système va-t-il exploser ou se maintenir, évoluer ou revenir à son équilibre dément ?

Cette pandémie est unique par tout ce qu’elle met à nu : les vices de la mondialisation, l’aveuglément des élites humanistes, la crispation idéologique de l’Union européenne, l’incurie française, les mensonges de la technocratie, l’égoïsme des politiques, la fragilité de nos économies, la dictature du sentiment… Car à quoi bon nous faire applaudir des médecins et des infirmières qu’on ne peut pas, qu’on ne sait pas, qu’on ne veut pas équiper ? Pourquoi invoquer sans cesse la science comme boussole quand la même science, ailleurs, indique un nord différent ? Pourquoi avoir nié la crise de longues semaines, de long mois, pour reprocher ensuite aux Français leur inconscience ?

Pour justifier que tout change pour que rien ne change. Voilà Macron, encore une fois, capable de nous expliquer qu’il est l’homme providentiel quand il est clair que lui, ses ministres et leurs conseils ont précipité la France dans une telle ornière qu’on n’imagine pas comment en sortir. Les administrations sont incapables de réagir, elles découragent les bonnes volontés privées qui se manifestent, n’imaginent rien de mieux que d’expédier à la campagne les chômeurs, mettent en place des consignes contradictoires et tatillonnes, qu’une police applique, selon les cas, avec une sévère idiotie (cette femme verbalisée pour être allée abreuver ses chevaux en pleine campagne, sous prétexte que ce n’était pas vital !… pour ne citer que ce cas) ou un laxisme nonpareil, comme à Saint-Denis, où les journalistes suisses du Temps décrivent un territoire qui n’est pas régi par les même règles.

Macron chef de guerre !

Mais on nous assure qu’il y aura un avant et un après et que cet après ressemblera de très près à l’avant : l’État sera plus féroce, les services publics seront encore mieux déréglés, l’Union européenne sera encore plus forte, la France sera encore plus affaiblie, et tout cela est supposé nous assurer que tout est géré à merveille, la merveilleuse Sibeth expliquant imperturbablement que tout est sous contrôle, mieux, que personne n’aurait su mieux faire, à aucun moment. On aurait dû retrouver le sens des frontières, celui de la souveraineté nationale, celui du bien commun, on aurait dû retrouver le sens commun, mais non ! Le président et ses troupes s’agitent dans un univers parallèle où la justice leur garantit qu’ils sont intouchables, où le régime leur promet l’impunité, où l’opposition politique est paralysée par le souvenir de ses insuffisances et incompétences passées, où l’Union européenne est l’horizon du salut.

Et Macron s’agite ! Il explique aux Français qu’ils sont en guerre, qu’il est un chef de guerre, qu’il a la stature des illustres qui ont su se dresser face à l’adversité, qu’on va voir ce qu’on va voir, qu’il prépare une « nouvelle initiative importante » avec Trump ! (en gros, les structures déjà en place vont continuer à se réunir…) et qu’il va adresser à l’Europe un de ses sermons qu’elle a appris à goûter si fort – et qui ne produisent jamais aucun effet. L’Europe n’en peut plus de Macron et de la France, de ce pays qui prétend donner des leçons scientifiques et n’est pas capable de comprendre rapidement que fermer ses frontières, dépister les malades et équiper les autres de masques étaient des solutions si évidentes que tous les pays les appliquaient au fur et à mesure que l’épidémie enflait. L’Europe contemple avec effarement ce jeune coq dressé sur son pays confiné dont il achève de ruiner l’économie pour pouvoir prétendre n’être responsable d’aucun mort.

L’Europe contemple avec inquiétude ce chef d’État qui n’aime ni son pays ni ses compatriotes, qui leur en veut de présenter, depuis bientôt deux ans, le spectacle de leur indiscipline, contrepoint de sa propre incapacité à réformer. L’Europe politique se demande si Macron mesure le caractère aberrant de son ambition européenne, lui qui n’est pas capable d’administrer son pays et n’a toujours pas compris que les Allemands mènent une politique allemande – Merkel a rejeté les “coronabonds” de Macron –, même et surtout à Bruxelles, que les Anglais mènent une politique anglaise, et les Hongrois une politique hongroise, et les Suédois une politique suédoise. Macron n’en a cure. Il avance démasqué, ivre de lui-même et de ses chimères. Qu’importe la France.

Partager cet article

11 commentaires

  1. Tout à fait mais nous avons Jésus et Marie.

    • Oui mais je souhaiterais que les structures officielles de notre chère Eglise de France le rappellent à temps et à contretemps à ceux qui prétendent nous diriger mais considèrent le culte religieux comme une activité moins essentielle que celle d’un supermarché! Quelle honte!

  2. Il paraît que la popularité de Macron est en forte augmentation, ainsi que celle d’Edouard Philippe : c’est à désespérer des français.

    • Pierre-Jean Qui vous a dit ça? Des sondages truqués évidemment desquels on a exclu tout le corps médical, les gilets jaunes, les pme, les agriculteurs?. La nouvelle France en somme exclue des sondages comme elle l’est à l’Assemblée Nationale. Le grand coup de pied au cul que les Français sont en train de recevoir d’un petit virus de rien du tout va-il enfin les réveiller?

  3. Je viens d’entendre les 5 minutes impeccables sous tout rapport de l’allocution de la reine Elisabeth II . Allocution historique cela saute aux yeux. Ces cinq minutes-là auront bien plus d’effet que les interminables heures de logorrhée déversée continuellemet par macron et consorts. Bien triste situation que celle des Français aujourd’hui. Saurons-nous nous boucher les oreilles et entendre les voix de la raison et du coeur?? Prions, prions, prions.

  4. Nous avons Jésus et Marie… pour une petite minorité qui les honore, oui. mais la grande majorité est au mieux indifférente, et au pire hostile au Cœur Sacré de L’Un et au Cœur Immaculé de l’Autre !
    Matérialisme agressif et éroto-pornographie débile voire sordide ont envahis l’Occident jadis Chrétien.
    Or nous sommes tous dans même galère et c’est une galère quasi barbaresque.
    Il n’est jamais trop tard pour prier, rehausser nos exigences, et se convertir.

  5. Il est clair que l’unique réponse qui sera apportée par Emmanuel Macron, relauyé par tout le gouvenement, les marcheurs (et en particulier la nouvelle coqueluche des médias ( la “compagne” de l’ineffable ministre de la santé ) et également de tous les autres partis nationalistes européistes (PS, LR et autres) c’est: le problème durant la crise aura été celui d’un manque d’interdépendance intra-européen permettant le retour au “repli sur soi” tout juste digne de tous les populistes. Donc la seule solution avant que le monde ne s’autodétruise, la énième dernière chance, c’est PLUS D’EUROPE !!!!!!!!!!

  6. Les inévitables faillites de PME que nous allons connaître immanquablement tant en France qu’en Italie et en Espagne et qui vont s’étaler dans les années à venir vont créer une grave crise économique qui devrait achever cette Europe moribonde. Et je ne parle pas de ce qui attend les USA sans structures hospitalières ni couverture sociale avec une population à 25% d’obèses et de diabétiques.
    Tant cette crise que le renaissance des nations devraient nous faire redécouvrir les fondamentaux et vraisemblablement nous donner les dirigeants de qualité que toute crise sait donner à un pays en détresse.
    Tel sera sans doute le prix à payer pour que les Français se ressaisissent. Avec l’aide de Dieu…

  7. Oui peut être à plus d’Europe,mais pas n’importe laquelle,celle des nations souveraines.Nous ne pouvons plus nous permettre ce démantèlement culturel,social,technique,industriel,bref national,auquel nous assistons depuis près de cinquante ans désormais.Non,les PS,PC,LR,la REM(la République En Miettes)et autres UDF,RPR,UMP pour ne parler que d’un passé récent,n’ont pas été et ne sont pas des partis nationalistes,bien au contraire,mais des partis de l’étranger qui ont vidé la France de sa substance(comme Jacques Chirac l’avait défini dans son appel de Cochin,lorsqu’il s’imaginait encore gaulliste-on a vu la suite…trahison du RPR et de son essence gaullienne au traité de Maastricht contre l’avis de la majorite des militants,monnaie unique…).Tous ces partis,au fil des décennies ont conduit notre nation dans la déliquescence,à tous niveaux.Le drame que nous vivons-c’est bien là l’esentiel aujourd’hui car il s’agit de vies humaines-n’est que le fruit de cette politique du renoncement à la souveraineté et à là défense de l’être humain,à la faveur de la religion du commerce,du pragmatisme,spectacle et de l’abandon de notre identité.Comme si pour être heureux et libre,il fallait consommer et avoir une inflation en dessous de 3%.Nos pseudos élites ont ostensiblement oublié dans le même temps qu’un être humain n’est pas ce qu’il possède,mais ce qu’il est.Giscard,Mitterrand,Chirac,Sarkozy,Hollande et maintenant Macron nous ont trahis.Notre peuple-à l’image de toutes les nations européennes-a une occasion unique de se réveiller et d’expédier ce système et cette Europe dans les poubelles de l’histoire,là où est leur place.
    De toute façon,que les responsables,les institutions de ce drame et leurs alliés médiatiques le veuillent ou non,ils n’échapperont pas au jugement de l’Histoire et de leurs victimes(sans oublier l’avis objectif de la population)ils ne pourront pas éternellement se défiler et fuir leur responsabilités,Macron,Philippe,Castaner,N’Diaye…compris.La vérité finit toujours par éclater,et c’est d’ailleurs cette vérité qui nous rendra libre.
    De notre côté,en tant qu’êtres humains,nous devons mettre à profit cette tragédie pour nous retrouver autour de vraies valeurs,et de choses simples,car quelquefois des ténèbres jaillit la Lumière.Le village-monde et les institutions qui l’ont établi et nourrit de manière artificielle,au détriment de toute considération humaniste ont fait leur temps,à notre tour de construire une nouvelle Histoire !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services