Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre / Homosexualité : revendication du lobby gay

Appelons un chat, un chat!

Une femme peut être enceinte. Un homme, non.
Une femme peut transformer son corps, elle restera une femme surtout quand elle est enceinte.
L'Etat-civil peut nommer "femme" un homme et vice-versa, cela ne change rien à la nature humaine tant physique que psychologique.
Alors, pourquoi faire la "une" d'une femme enceinte en Espagne?
Car elle a transformé son corps et et qu'elle veut se faire reconnaître "homme" comme la loi le lui permet. Belle occasion pour les porteurs de la théorie du genre d'avancer leur macabre projet…
Mais voilà :

"L'homme devient le constructeur du monde. Il en est le fabriquant. On
retrouve la vision prométhéenne de l'homme déjà présente dans la pensée
de Descartes
qui voyait en l'homme le "maître et le possesseur de la
nature". Même si pour cela, il lui faut nier les évidences les plus
évidentes
, qui nous sont données par la nature, particulièrement la
différence sexuée !"
"c'est grâce à l'unité des deux, homme et femme, que les enfants pourront grandir dans l'équilibre. En somme, la théorie du "Gender" oublie un seul être : l'enfant".

On relira à profit ce papier de 2006 signé de monseigneur Bagnard d'où sont extraits ces passages, cet article de Jeanne Smits la même année, cette intervention de 2008 relayée sur Zenit,

Lahire

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

2 commentaires

  1. Quand le membre est gangrené, soit on le coupe, soit le soigne. Et dans tous les cas, on l’empêche de pourrir le reste.
    Ce qui est dommage, c’est peu dire, c’est d’être entrainé par le fond à cause de ces gens, sous prétexte que nous sommes dans le même bateau.

  2. Que cela lui plaise ou pas, c’est une femme et “il” n’est pas enceint, “il” est une femme enceinte qui s’est fait trafiquer le corps par des médecins pourris en recherche d’expériences douteuses. Car elle devenue “il” artificiellement n’aurait jamais dû être inséminée. Tout cela relève d’un gag de mauvais goût qui devrait être puni par la loi.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!