Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Foi

Apocalypse now

Apocalypse now

Aux âmes citoyens ! est le cri du coeur de Natalie Saracco pour faire aimer le Sacré-Coeur de Jésus. Après sa conversion racontée dans Pour ses beaux yeux, la cinéaste Natalie Saracco, avec toute la fougue des nouveaux convertis, veut réveiller les consciences pour l’amour du Bon Dieu, mais en ne niant en rien le terrible combat que nous oppose celui qui veut notre perte, l’homicide depuis l’origine, Satan. Loin donc d’un ouvrage dégoulinant de bons sentiments dans une ambiance de bisounours, Natalie Saracco, à force de citations tirées de l’Ecriture Sainte, du Livre de Daniel à l’Apocalypse, et aussi de bons mots, dévoile cette bataille acharnée de “l’e.monde”.

Dans un chapitre intitulé “le double scandale de la Croix ou le poison dans le bonbon”, l’auteur écrit ainsi :

“La manipulation est un exercice de style dans lequel le Père du Mensonge excelle. Mais pas n’importe laquelle : “La manipulation bienheureuse.” Celle-ci consiste à pousser les pauvres créatures que nous sommes sous le couvert de prétendus bons sentiments, à offenser le Tout-Puissant. “L’enfer pavé de bonnes intentions.” Afin d’apaiser les nombreuses tensions liées aux religions, le chrétien, nouvel Adam, cherche à se substituer à Dieu. Il se projette non plus en artisan de paix, mais en maître de cérémonie. “Le Vizir à la place du Vizir.” Ce n’est plus le règne de Dieu qui apporte la paix mais le règne de l’Homme-Dieu. Pour cela, il suffit de réduire Jésus-Christ : on garde Jésus et on sucre le Christ ! Afin d’être en harmonie avec les autres, cela va sans dire. Voici comment en deux coups de cuillère à pot et trois coups de fourche, le Démon nous met “in the Pocket” ! Le Père du Mensonge se faufile dans ce filet de charité pour nous faire purement et simplement renier le Christ. Du reste, est-ce vraiment de la charité ou bine de la lâcheté ? Le dialogue inter religieux est indispensable – et particulièrement en ces temps électriques – mais gare aux dérives souterraines cherchant à occulter le Fils de Dieu pour le mettre au rang de simple prophète. Tout cela par “amour” et par “générosité” afin de ne pas heurter bos frères d’autres confessions. Voilà un exemple-type du “poison dans le bonbon” dont Satan nous abreuve. Ce n’est pas en gommant le Christ Rédempteur que nous allons apaiser les tensions. Bien au contraire. En faisant cela, nous pactisons avec le Diable et lui donnons davantage de force.  En coupant la tête du Christ, dont l’Eglise est le corps, nous livrons l’Eglise à l’Ennemi sur un plateau comme Hérode l’a fait jadis avec le tête de Jean le Baptiste. Le dialogue inter religieux doit être recardé à la Lumière de l’Esprit Saint dans l’Eglise. Et l’Eglise, c’est le Christ et le Christ, c’est Dieu fait Homme. […] On se réfère à l’Eglise, on est bien content d’être sauvé par le Christ mais en même temps, on “planque” le Fils de Dieu, l’nique porte qui mène jusqu’au Père ?

Et dans un autre chapitre, elle ose cette impertinence… :

“Un curieux vent de sable, de modes et de pensées, souffle sur la barque de saint Pierre. L’Eglise couve une embolie pulmonaire d’une rare envergure : minimiser le Christ Rédempteur. Réduire le Verbe de Dieu à celui de “ponctuation”. La question posée par le Christ sur l’état de la foi à Son retour concerne en premier les chrétiens. Chers frères et soeurs, c’est l’heure du bilan. Un check-up de l’âme s’impose – profitons tant qu’il nous en reste une ! “France, qu’as-tu fait de ton baptême ?” Cette interrogation s’étend au monde entier : “Chrétien, qu’as-tu fait de ton Christ ? ” La question nous est adressée à tous, qui que nous soyons. Pape, cardinaux, évêques, prêtres diacres, religieux, consacrés ou bien brebis de base.

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services