Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Angleterre et Pays de Galles : avortements records

Angleterre et Pays de Galles : avortements records

Lu sur IFamNews :

Les avortements en Angleterre continuent de croître, atteignant un nombre record en 2020. Le rapport annuel présenté ces derniers jours par le gouvernement britannique fournit des données qui font froid dans le dos.

Car malgré le verrouillage, 209 917 femmes en Angleterre et au Pays de Galles ont avorté l’année dernière. Il s’agit du chiffre le plus élevé depuis que le Royaume-Uni a libéralisé l’avortement en 1967. Ce rapport montre également le taux d’avortement le plus élevé, 18,2, calculé pour mille femmes en âge de procréer. Le rapport ne couvre pas l’Écosse et l’Irlande du Nord, mais les chiffres écossais pour 2020 sont similaires à ceux de l’Angleterre. En fait, le taux d’avortement le plus élevé jamais enregistré l’a été là aussi.

Il convient également de préciser que les chiffres ne se réfèrent pas au nombre d’enfants avortés, mais au nombre de femmes ayant subi un avortement et que, par conséquent, étant donné que certaines d’entre elles portaient plus d’un enfant, le nombre de fœtus avortés est encore plus élevé.

Sur le plan démographique, 81 % des femmes qui ont avorté en Angleterre et au Pays de Galles en 2020 sont célibataires, une proportion qui n’a pas changé au cours de la dernière décennie. 51% d’entre elles sont célibataires avec un partenaire.

Par ailleurs, si les avortements continuent de baisser chez les jeunes filles mineures, ils sont en hausse pour toutes les autres tranches d’âge, une tendance que l’on observe dans tous les pays occidentaux et qui s’explique par deux phénomènes : la socialisation en ligne des plus jeunes et la normalisation de l’avortement dans le reste de la population.

Aujourd’hui, les jeunes ont moins de contacts directs, ils se socialisent sur Internet et, par conséquent, il y a moins de grossesses précoces et d’avortements. D’autre part, la légalisation de l’avortement dans une grande partie de l’Occident au cours des cinquante dernières années a conduit à sa normalisation, ce qui explique que l’interruption de grossesse soit perçue par beaucoup comme une simple méthode de contrôle des naissances.

Selon le rapport cité ci-dessus, plus de la moitié des femmes de plus de 30 ans qui ont avorté en 2020 l’avaient déjà fait auparavant. Il y a dix ans, elles étaient 44 %. Les avortements répétés sont donc de plus en plus fréquents.

Cependant, 2020 a été une année exceptionnelle et le rapport du gouvernement britannique pour l’Angleterre et le Pays de Galles donne une idée claire de l’impact du CoViD-19 sur l’interruption volontaire de grossesse.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services