Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Société

Angelus sonné à Seraincourt : auraient-ils le même rage pour faire taire un imam?

Oui, la tradition des cloches, c'est que les églises rappellent que le temps donné par Dieu, que les heures doivent tourner l'âme vers l'église, que la prière de l'Angelus sonnée au clocher permet à tous les paroissiens de s'unit dans une prière commune quelque soit l'endroit où ils se trouvent. Les cloches, ce ne sont que des tintement qui unissent les hommes.

A Seraincourt, le maire l'a compris, quelques habitants râlent contre le "bruit" qu'elles représentent, sans même parler de celui-ci qui placent le début de la tradition au début de sa propre vie.

Les racines ne se choisissent pas : 

"« Cela sonne à toute volée dès 8 h 5 du matin et pendant deux minutes et demie… C’est vraiment violent ! » Un mois après avoir été instauré dans le village, l’Angélus exaspère les riverains de l’église de Seraincourt. Ces derniers ont bien l’intention d’interpeller leurs élus lors du conseil municipal de ce vendredi soir, pour tenter de faire taire les cloches.

 Le 21 septembre dernier, la mairie a en effet pris un arrêté municipal pour instaurer de nouvelles modalités de sonnerie. L’Angélus a alors fait son apparition dans le village, trois fois par jour à 8 h 5, 12 h 5 puis 19 h 5. Mais ce retour à la tradition n’est pas du goût de tout le monde. « On ne peut pas dire que cette mesure s’appuie sur la tradition, estime Régis un riverain. Moi je suis né ici et quand j’étais jeune il n’y avait aucune sonnerie ! » Pour protester, cet habitant a lancé une pétition qui a déjà recueilli 55 signatures, soit la majorité de ceux qui habitent dans les environs de l’église".

Partager cet article

6 commentaires

  1. Les riverains préfèrent la sonnerie de leur portable !
    Les cloches sont pourtant bien pratiques pour délimiter la journée ! Les gens portent de moins en moins de montres !

  2. Dans ma commune (socialiste), je n’ai jamais entendu une fois le son des cloches depuis que j’y habite.

  3. Faut remarquer le langage idéologique et manipulateur : les sonneries, c’est « vraiment violent », dit le mec.
    En revanche, d’un simple point de vue légal, le nommé Régis a raison : si la sonnerie des heures appartient à la municipalité, la sonnerie de l’Angélus appartient à la paroisse. Seul le curé est maître des sonneries religieuses (dont l’Angélus) ; le maire ne peut pas en décider.

  4. Les bons petits bourgeois qui veulent vivre à la campagne sans rien y connaître : je connais des mairies où certains se plaignent… des bouses de vache sur la route !

  5. Bonsoir, bonjour.
    Dans mon village je suis en charge des sonneries des cloches et de la maintenance de l’ensemble de leur fonctionnement et je puis témoigner que lorsque un dysfonctionnement se présente, ils se trouve rapidement un où des villageois pour signaler celui ci et réclamer la remise en bonne conformité des dites sonneries, et personnellement j’en suis très heureux. Quant à l’Angélus il est sonné au mêmes heures qu’à Seraincourt pour une durée maxi d’une minute. Bon courage à Mme le Maire, surtout ne pas céder aux caprices de grincheux.

  6. En retraite dans un important monastère bénédictin, j’avais discuté de la déclaration sur la « liberté religieuse » du dernier Concile.
    « Que direz-vous quand le muezzin hurlera ses appels à la prière près de votre monastère? » ai-je demandé au Père Abbé.
    Réponse un tantinet méprisante: « Voyons, nous n’en sommes pas encore-là! ».
    C’était en 1987…

Publier une réponse