Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / Liberté d'expression / Pays : Allemagne

Angela Merkel n’est pas Charlie et interdit l’humour satirique envers Erdogan

Un pas de plus vers le totalitarisme en Europe ? Un humoristique allemand est en train de s'en rendre compte :

"Le journaliste satirique de la chaîne de télévision publique ZDF s’est vu interdire mardi par le tribunal de grande instance d’Hambourg de déclamer à l’avenir publiquement ce poème de sa composition, lu à l’antenne le 31 mars. Seuls 6 des 24 vers ont échappé à la censure. Le poème avait eu le malheur de déplaire au président turc Recep Tayyip Erdogan, personnage principal du texte (…)

Petit retour en arrière. L’affaire Böhmermann débute mi-mars sur une autre chaîne de la télévision publique allemande, la NDR, qui dénonce en chanson la remise en cause des libertés publiques en Turquie, sous le joug du «boss du Bosphore». Ankara tonne, convoque l’ambassadeur d’Allemagne. L’affaire prend un tour politico-diplomatique inconfortable pour Angela Merkel, qui a besoin du gouvernement turc pour se dépêtrer de la crise des réfugiés.

Présentateur vedette de l’émission Neo-Magazine Royale, Jan Böhmermann est l’auteur de plusieurs coups d’éclat (…) En s’en prenant à Erdogan, Böhmermann assure clairement «vouloir tester les limites de la liberté d’expression» en Allemagne. Le risque est grand. La République fédérale possède en effet un instrument redoutable pour le polémiste : l’article 103 du code pénal, dit «de lèse-majesté», largement tombé en désuétude. Il permet à un chef d’Etat ou de gouvernement étranger de porter plainte en Allemagne contre des propos jugés injurieux à son égard. George Bush avait à plusieurs reprises tenté de faire jouer l’article 103 contre des humoristes ou polémistes allemands. En vain : l’article ne s’applique qu’aux pays assurant la réciprocité, ce qui n’est pas le cas avec Washington. Mais bien le cas avec Ankara.

Le 15 avril, Angela Merkel fait savoir que son gouvernement donnera suite à la demande de la Turquie de poursuivre au pénal l’humoriste Böhmermann, qui risque donc trois ans de prison (…) Le débat est vif en Allemagne. Angela Merkel a-t-elle sacrifié la liberté de la presse à la gestion de la crise des réfugiés, comme le lui reproche l’opposition ? Et quid de la sacro-sainte indépendance de la justice ?"

Partager cet article

11 commentaires

  1. Ach ! La grosse teutonne a sans doute la nostalgie des régimes totalitaires qui se sont succédé en Allemagne et sous lesquels liberté d’expression rimait avec répression…

  2. Il faut appeler la chancelière allemande Angela Merdogan…

  3. Jan Böhmermann, humoriste apprécié a usé de rhétorique dans son poeme … “voici ce qu’il ne faut pas dire en Allemagne … et a déclamé sur le personnage.
    Aristote sera son meilleur défenseur.

  4. Si Angela n’est pas Charlie, Hollande non plus. Lors des manifs du 28 avril aux 4 coins de la France contre la loi Khomri, pourquoi donc avoir envoyé une milice déguisée en casseurs ? Une curieuse milice apatride puisque des étrangers en font partie, qui bénéficie de la non intervention des forces de l’ordre. Oui, pourquoi ? Que nous cache le cynique et fieffé menteur Hollande dans cette affaire ? Existerait-il une milice mondialiste chargée d’aider les états à faire appliquer les consignes du Nouvel Ordre Mondial ?
    https://www.youtube.com/watch?v=rHzmiDV9ibw

  5. Clairement, l’ennemie c’est la Turquie !

  6. Ach !!!! Que voulez vous ? Ce sont les vieux réflexes d une ancienne habitante de la RDA , c est dans ses gènes à la vieille Mutti et disons-le franchement , elle a son auguste fessier assis entre deux chaises, tellement elle s est avancée dans la dhimmitude, jusqu à prendre son peuple en otage, tout ça pour un barbare.

  7. Angela Merkel, marquée de façon indélébile par le “protestantisme libéral” de son père (Pasteur qui émigra de RFA en RDA !) et ses fréquentations communistes de jeunesse, fait partie de la fausse droite, non anticapitaliste, mais irrécupérable sur le plan du redressement des valeurs …

  8. @ Robert :
    Pour moi, vous mettez le doigt où il faut, et je pense que nous sommes nombreux à nous poser les mêmes questions…
    Encore que ces casseurs ressemblent fort à la “Révolte des Pastoureaux” qui commirent bien des crimes et des dégâts en leur temps, vers 1250. Ils durent être taillés en pièces par les troupes royales dans le Berry et près de Beaucaire pour que cessent leurs déprédations…
    Aujourd’hui, un casseur ne risque plus grand chose, en raison d’une politique judiciaire laxiste et irresponsable ; on pourrait par exemple les condamner à une interdiction (temporaire ou définitive) de postuler à un emploi public, et de passer tout concours ?
    Au nom de quoi nos impôts devraient-ils servir à payer des (ex)casseurs ou émeutiers ?

  9. Un peu volumineuse comme carpette mais carpette quand même !

  10. Je me suis souvent posé la question ,merci Robert@.les casseurs de 68 venait bien de la vaillant gauche.

  11. A côté de cela, la présentatrice française de l’Eurovision (excusez moi, j’étais à l’hôpital et on a bien peu de distraction en ces endroits..) se permet, et pas avec humour, de dire que “le Vladimir” va mettre le chanteur russe au goulag parce qu’il n’a pas gagné…. Il y a des chefs d’Etat que l’on peut insulter, d’autres non… même si ces derniers massacrent des populations civiles kurdes!!!!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.