Anciens d’Algérie : l’Etat condamné

Le 5 juillet 2006, Mekachera, ministre des Anciens Combattants demandait au préfet Mutz de suivre les injonctions de Mouloud Aounit, président du MRAP et de la LDH de Toulon (Ligue des Droits de l'Homme) en interdisant la manifestation destinée à honorer les Morts/Disparus du 5 juillet à Oran au Monument national du Soldat inconnu.

Le 5 juillet 2007, la cérémonie en Mémoire des Morts-Disparus était de nouveau interdite sur injonction des mêmes organisations et médias algériens, Sarkozy étant entre-temps devenu Président et Alliot-Marie, ministre de l'intérieur. Pour mémoire, elle est la compagne d’Ollier, le maire de Rueil-Malmaison qui vient de créer la place du 19 mars dans sa ville.

"Les risques de troubles à l'ordre public" invoqués pour ces interdictions étaient un prétexte fallacieux. 2 plaintes ont été déposés par l'association ALLO (Anciens du Lycée Lamoricière d'Oran) dirigée alors par Jean.jpgerre Rondeau. Le Préfet et l'Etat viennent d'être doublement désavoués, par deux jugements du Tribunal administratif, les arrêtés d'interdiction annulés et l'Etat condamné à verser à ALLO deux fois 500€.

5 réflexions au sujet de « Anciens d’Algérie : l’Etat condamné »

Laisser un commentaire