Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Alzheimer spirituel et Parkinson ecclésial

A l’invitation du Dr Rowan Williams, l’archevêque de Cantorbéry, le cardinal Ivan Dias, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, s’exprimait mardi dernier sur le thème "Mission, justice sociale et évangélisation" devant l’assemblée de Lambeth, qui réunit les évêques de la Communion anglicane :

Id
"Le monde d’aujourd’hui a besoin de chrétiens qui s’affirment et non
de gens qui s’excusent
. Il a besoin de gens comme le cardinal John
Henry Newman, G. K. Chesterton, C. S. Lewis, Hilaire Belloc et
d’autres, qui ont brillamment exposé la beauté de la foi chrétienne
sans honte ni compromis (…)
L’évangélisation est la prérogative unique de l’Esprit Saint qui a
besoin de canaux au travers desquels il peut s’écouler librement. Cela
ne se pourra que dans l’exacte mesure  où il y aura unité et cohésion
entre les membres de l’Église
, entre ces membres et leurs bergers, et,
par-dessus tout, entre les bergers eux-mêmes (…)
mais quand la diversité dégénère en division, elle devient un
contre témoignage qui compromet gravement leur image et leurs efforts
pour répandre la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ (…)
On parle beaucoup de nos jours des maladies comme l’Alzheimer et le Parkinson. De manière analogique, on peut parfois trouver les symptômes
de ces maladies jusque dans nos communautés chrétiennes.
Par exemple
quand nous vivons en myopes dans un présent fugace, oublieux de notre
héritage du passé et de nos traditions apostoliques, on pourrait dire
que nous souffrons d’un Alzheimer spirituel
.
De même, quand nous nous
conduisons de manière désordonnée, allant notre chemin selon notre
caprice sans aucune coordination entre la tête et les autres membres de
la communauté, on pourrait qualifier cela de Parkinson ecclésial
(…)
Le rôle de berger auquel les évêques sont appelés dans l’Église
exige de leur part de toujours savoir discerner si leurs entreprises
pastorales sont inspirées par Dieu, ou motivées par des critères
humains, ou provoquées par le Malin
".

Un cardinal qui "envoie du bois" ! Maintenant que ces paroles sont retranscrites, il convient de lire l’excellente analyse de Daniel Hamiche pour en comprendre le contexte et la portée. Ses précédents billets sur cette conférence (20 juin 2008; 22 juillet 2008).

Lahire

Partager cet article

2 commentaires

  1. Excellent, pédagogique, et sans langue de bois!
    On pourrait sans doute ajouter un peu de trouble obsesionnel du comportement de certains qui oublient l’essentiel en ayant comme seul objectif celui de lisser la doctrine de l’Eglise pour la rendre plus “XXIème siècle”.
    Mais au moins le Salon Beige ne doit pas se sentir visé dans ce discours!
    Attention soixante-huitards attardés et alzheimerés continués à trembler dans vos spasmes parkinsoniens la génération JPII et Benoît XVI arrivent!

  2. Mes questions sont à prendre au premier degré car je ne connais pas assez bien les rouages de l’Eglise :
    Il semble que de nombreux prélats prennent des positions de plus en plus claires. Cela a t il toujours été le cas ?
    [Oui. Lahire]
    la pression interne les a t elle empêché de parler pendant des années, même sous JPII ?
    [Non,pas de pression interne, il suffit de lire au moins les documents signés du cardinal Ratzinger et d’autres sous l’autorité de Jean-Paul II. Lahire]
    De même ont ils été nommés récemment et ont ils été “formés” de cette manière ou s’agit il de “convertis” ?
    [En fait, vous levez une question très judicieuse et qui mériterait un très long développement. Je me permets de vous donner très succinctement ma vision : Jean-Paul II, pendant tout son pontificat, a donné au monde d’aujourd’hui tout l’enseignement de l’Eglise. De plus, il est allé partout, Croix en main, ravigorer les catholiques et les mettre en route vers l’Evangélisation. Enfin, il a redonné son rayonnement international à l’Eglise qui est désormais écoutée et entendue.
    Benoît XVI n’aura pas un pontificat aussi long et s’inscrit dans la continuité de tous les successeurs de Pierre. (Il faut se méfier d’une vision étroite qui consisterait à opposer ou à comparer JPII et BXVI). L’enseignement de JPII est tel que BXVI est celui qui le connaît le mieux et qui connaissant le mieux aussi les arcanes du Vatican et du Saint-Siège, propage, exploite et développe cet enseignement de JPII.
    JPII s’est mis en marche et a réveillé les cathos, BXVI marche en tête de l’Eglise et il sait qu’il faut parfois taper fort pour réveiller les torpeurs, corriger les erreurs. JPII a réconcilié les cathos avec Rome, BXVI doit les maintenir dans la vérité et sa douceur et sa fermeté l’aident. Si JPII a re-expliqué tout l’enseignement, BXVI et la Curie doivent parfois répéter et en bon pédagogue, il faut parfois hausser le ton.
    Voilà ma vision. Évidemment, c’est tout-à-fait sommaire et incomplet. Mais j’ai essayé de dégager les grandes lignes et surtout gardons-nous d’opposer sur le fond JPII et BXVI qui ont travaillé tant d’années ensemble, même si la culture germanique et la culture slave qui les ont façonnés ne s’expriment sur la forme de la même manière! Lahire]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services