Bannière Salon Beige

Partager cet article

Religions : L'Islam

Alors, les Talibans afghans : musulmans ou islamistes ? Musulmans, bien sûr !

Alors, les Talibans afghans : musulmans ou islamistes ? Musulmans, bien sûr !

Les talibans afghans ont repris le pouvoir en Afghanistan suite à la prise de Kaboul le 15 août 2021. Unanimement, les medias parlent de « talibans », d’ « islamistes » mais, bien sûr, jamais, de « musulmans » encore moins d’ « islam ».

Il a donc paru intéressant de retrouver les termes employés par des entités ou des individus répertoriés comme musulmans à l’égard de cet événement pour en qualifier ses acteurs : musulmans ou islamistes ? Nous nous sommes concentrés sur quelques comptes Twitter pendant les huit jours qui ont suivi la prise de Kaboul. Dans un premier temps, nous collectons les réactions. Nous essaierons dans un deuxième temps d’en tirer quelques conclusions.

Notons d’abord qu’un certain nombre d’entités en France n’ont pas spécifiquement réagi :

Rien sur le compte Twitter officiel du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), union d’associations gestionnaires de lieux de culte musulman (13 000 abonnés).

Quasi-rien sur le site de la Fondation de l’Islam de France, à vocation éducative, culturelle et sociale, et qui indique 5 500 abonnés. Seule manifestation liée à l’actualité, deux messages publiés le 16 août et de portée générale, faisant explicitement référence à l’islam comme l’un des enjeux des événements :

On notera avec un léger étonnement la mention de l’Afghanistan comme « berceau de la civilisation islamique », qualificatif que se disputent déjà le monde arabe, le monde persan et le monde turc.

Quasi rien également sur IslamMag.fr, « chroniqueur qui parle de la réalité des musulmans et répond aux nombreuses problématique rencontrées dans leur quotidien », qui a 12 000 abonnés. En fait, un seul tweet sur lequel nous reviendrons plus loin.

Faisons un détour par un compte significatif de la réalité mondiale musulmane ; le compte Twitter de la Ligue islamique mondiale (LIM) dont le siège est à La Mecque et affiche 615 000 abonnés :

La LIM a publié sur son compte deux textes (Un communiqué, puis une invitation pour le bien de l’Afghanistan et de son peuple) et a enfin fait référence à un texte publié suite à une réunion de l’OCI (Organisation de la coopération islamique).

Prenons d’abord le communiqué en date du 18 août :

Le secrétaire général de la LIM, qui est aussi Président de l’Organisation des savants musulmans, y « a exprimé son espoir pour la stabilité de la situation en Afghanistan et appelle le peuple afghan à s’unir pour le bien de sa patrie ». Il a ajouté que

« la LIM, au nom de tous les muftis et savants membres de ses comités, conseils et organismes internationaux ainsi que ceux de la Haute Commission de la Charte de La Mecque, se tient aux côtés du peuple afghan, soutient ses choix et son droit à une vie décente dans le cadre des conditions de la foi et de la fraternité nationale. Toute personne doit avoir une conscience religieuse et nationale… l’Afghanistan est une partie importante du monde musulman ».

L’invitation, du 21 août, reprend des éléments identiques : l’Afghanistan fait partie du monde musulman ; la LIM réaffirme son soutien au peuple et son plein droit à vivre une vie digne et appelle à concrétiser la fraternité avec le bon discernement religieux ; elle appelle tous les décisionnaires à œuvrer en cohésion avec le monde musulman. Enfin, la LIM soutient les résultats de la réunion exceptionnelle de l’OCI (« La voix collective du monde musulman »)

Le communiqué final à l’issue de cette réunion publié le 22 août explique :

« 1° La réunion a exprimé sa solidarité avec le peuple afghan et a réitéré l’engagement des États membres de l’Organisation de Coopération Islamique (OCI) à l’aider à instaurer la paix, la sécurité, la stabilité et le développement en Afghanistan… 4° En application des principes islamiques de tolérance et de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la réunion a souligné la nécessité de protéger et de respecter le droit à la vie, à la sécurité et à la dignité du peuple afghan… 10° La réunion a réaffirmé l’engagement total de l’OCI à soutenir un processus de paix mené et dirigé par les frères afghans pour la réconciliation inclusive en vue de parvenir à une solution politique inclusive et durable ».

Revenons à d’autres sites français qui ont été plus réactifs à la prise de pouvoir des talibans.

Le site Dômes et minarets se veut le journal des mosquées de France et a presque 20 000 abonnés. Ci-dessous, un échantillon de ses tweets :

Le compte Twitter du site Islametinfo veut apporter L’information parle musulman pour le musulman. Il a 40 000 abonnés. Les tweets les plus explicites reproduits ci-dessous avaient disparu de ce compte lors d’une nouvelle consultation le 2 septembre… :

Le message ci-dessous reste lui encore accessible :

Consultons aussi le site d’Elias d’Imzalène : un peu plus de 5 000 abonnés quand même (comme la Fondation de l’islam de France). Elias d’Imzalène se définit comme artiste-interprète-compositeur. Les lecteurs du Salon beige l’avaient déjà rencontré à la faveur d’un article « Guerre culturelle : paroles de musulmans en France ». Il est l’un des fondateurs du site islametinfo et un orateur apprécié dans certaines mosquées. Il réagit dès le 15 août, puis à nouveau le 23 août :

M.Idriss Sihamedi a un compte suivi par 44 000 personnes. Il s’y définit comme « humanitaire, défenseur des droits humains, film-maker, journaliste ». Il est surtout connu comme fondateur de Barakacity, organisation dissoute en 2020 par le gouvernement français et qui du coup a déménagé son siège en Turquie.

M.Sihamedi ajoute le 19 août :

Et puis, il y a les comptes Twitter d’observateurs avertis, même si parfois controversés, et d’origine arabo-musulmane : ils ont l’énorme avantage de parler et lire l’arabe, sans que nous ayons par ailleurs d’information sur le fait que ces personnes confessent ou non une foi musulmane.

Le premier est Mohamed Sifaoui, né en Algérie, journaliste-écrivain et réalisateur, dont le compte revendique 56 000 abonnés https://twitter.com/Sifaoui. Il est engagé dans la lutte contre ce qu’il appelle l’islamisme. Sa notice Wikipedia précise qu’il est protégé par la police. Voilà ses tweets principaux à propos de cet événement :

Mohamed Louizi est, quant à lui, un ancien adepte des Frères Musulmans. « Ingénieur, essayiste », il est maintenant un des meilleurs décrypteurs des radicalités et des radicalisations au sein de l’islam. Son compte Twitter a une diffusion plus confidentielle : près de 5 000 abonnés.

Il ajoute un message faisant référence à une lettre de « félicitations » adressée aux talibans par l’Union internationale des savants musulmans (source citée en arabe seulement sur le site qu’il référence) :

Que peut-on en conclure :

  • Aucun des sites consultés représentant soit des institutions musulmanes soit des acteurs musulmans et présentés comme tels ne condamne la prise de pouvoir par les talibans.
  • Aucun de ces sites ne qualifie les talibans d’islamistes.
  • Ces sites d’une façon générale condamnent la guerre menée par les Occidentaux.
  • Ces sites prônent une sorte de bienveillance (et même parfois relaient des félicitations), ou en tout cas une sorte d’œcuménisme musulman dans dequel tous les musulmans, quels qu’ils soient, doivent se retrouver et travailler ensemble en frères.
  • Une incidente concernant l’allusion aux principes islamiques de tolérance: rappelons-nous que nous avons affaire à des experts puisque l’Arabie Saoudite, à l’origine de la réunion exceptionnelle de l’OCI, est  membre de la commission de la condition de la femme de l’ONU au même titre d’ailleurs que l’Irak, et que… l’Afghanistan (celui-ci, désigné jusqu’en 2025 !!!!)
  • Ces sites resituent le nouvel Afghanistan dans l’ensemble plus vaste du monde musulman, sans exclusive.
  • On aura aussi remarqué la subtilité de ces institutions musulmanes qui n’hésitent pas à utiliser le vocabulaire occidental et répètent à l’envi le mot inclusif
  • Une confirmation claire de ce soutien aux talibans, considérés comme faisant partie du monde musulman, et de la critique des Occidentaux est fournie par les messages consacrés par ces sites à la condition féminine. Ce sont des tweets d’Islam&Info du 18 août :

  • C’est aussi l’unique tweet d’IslamMag.fr consacré à ces événements, également du 18 août :

  • C’est peut-être surtout un tweet d’Elias d’Imzalène qui publie un montage photo : le bas du personnage est pris à la Statue de la Liberté. Le haut est le buste d’une femme en burka entourée de colombes. Légende : « Qui peut se dire libre ? Qui est le plus libre ? Et qu’est-ce que la liberté ?».

Alors, faisons un détour par des extraits d’un entretien avec Alexandre del Valle, géopolitologue averti du monde musulman, publié le 21 août dans Valeurs Actuelles :

« Tout est une question d’interprétation de la charia elle-même. Cette dernière est une jurisprudence qui reprend des dispositions du Coran, temporelles et spirituelles, et qui ajoute à cela la tradition des hadiths, qui sont également des sortes de jurisprudences, puisque ce sont les commentaires des propos qu’aurait tenus Mahomet. La charia ne veut donc rien dire seule. Elle peut être interprétée de mille manières.… Si elle est appliquée de manière un peu plus “douce”, vous vous retrouvez avec le Qatar, qui a le même islam que les wahhabites de l’Arabie Saoudite, mais qui l’applique de manière rigoriste mais moins fanatique. Et encore une fois, la tendance idéologique [des talibans] qui a négocié avec les Américains à Doha est celle qui prétend appliquer une version dite classique de la charia, qui se rapprocherait de ce que l’Arabie Saoudite pratiquait sur son sol avant l’arrivée de Mohammed Ben Salmane (MBS) au pouvoir…  Aujourd’hui, ils affirment ne pas avoir la même vision de la charia, mais l’avenir confirmera cela ou non ».

Et M.del Valle d’ajouter :

« Ça peut paraître surprenant pour nous, mais pour un Afghan moyen de 50 ou 60 ans, qui a une vision clanique de la société et des mœurs des plus rigoristes, les talibans sont redevenus ce qu’il y a de moins mal, après 20 ans de bombardements et d’humiliation américaines et de règne de gouvernements anti-talibans “collabos” ultra-corrompus. Je ne parle donc pas des progressistes ultra-minoritaires qui plaisent beaucoup à nous, les Occidentaux, mais qui n’ont hélas jamais rien représenté dans cette société tribale ultra-traditionnaliste et majoritairement islamiste… Une étude du Pew Research Center, un centre de recherche américain, de 2019 montrait que 99 % des Afghans étaient favorables à la mise en place de la charia. 85 % d’entre eux étaient même pour la lapidation des femmes jugées infidèles ».

On aura donc compris qu’aux pays de la charia et de la pax islamica, il y a cinquante nuances de musulmans. Même si, le 26 août 2021 sur TV Libertés, le président de l’Union des Musulmans de Levallois-Perret, alertait sur les réfugiés afghans : « Il faut les surveiller ! Un musulman [il dit bien « musulman »] afghan ce n’est pas pareil qu’un musulman français ! », tous font partie de ce même monde musulman. Y compris l’Afghanistan des talibans.

Bien sûr, beaucoup d’Européens et en particulier beaucoup d’hommes politiques s’obstinent à ne vouloir qualifier les talibans que d’islamistes pour éviter d’avoir à se poser quelques questions gênantes :

  • Si les talibans sont des musulmans, comment comprendre que l’islam puisse encore être présenté comme une grande religion de tolérance, de paix et même de miséricorde ?
  • Si la communauté musulmane mondiale est tellement fraternelle, comment expliquer que les pays charia-compatibles n’accueillent pas les Afghans qui veulent partir d’Afghanistan ?
  • Quelles sont alors les origines de la violence en islam (question interdite comme Benoit XVI pourra vous le confirmer….) ?
  • Et même plus, comment protéger la France de la violence musulmane ? Mais là, nous rentrons carrément dans la science-fiction avec les cadors politiques dont nous sommes dotés :

 

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services