Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Alençon : le patrimoine catholique dilapidé

260 lots d’une vente aux enchères particulière a rapporté 200 000 euros. Elle proposait :

Alen
"Parmi les 260 lots proposés, un Christ en ivoire du XVIIe siècle de
76 cm de haut
, [photo] finement sculpté en un seul morceau, proposé entre 8.000
et 10.000 euros, a été adjugé 13.000 euros.
Un
"ornement" composé notamment d’une chasuble en soie noire et blanche a
été acquis par un séminaire américain pour la somme de 4.000 euros.
Un
ciboire en vermeil orné d’améthystes, fabriqué en 1926
pour la
communauté du Mont-Saint-Michel -dispersée pendant la guerre- et mis à
prix entre 2.000 et 3.000 euros, a été acquis pour 4.000 euros par le
département de la Manche et reviendra donc au Mont.
Les
objets vendus provenaient essentiellement de communautés religieuses
d’Eure-et-Loir et de Haute-Normandie
, ainsi que d’un collectionneur du
sud de la France qui cédait l’ensemble de sa collection".

Monseigneur Boulanger, évêque de Sées, avait fait connaître son désaccord sur cette dispersion du patrimoine religieux par une simple vente aux enchères. Il aurait préféré voir ces objets donnés, notamment à des musées d’art religieux, plutôt
que vendus.

Lahire

Partager cet article

4 commentaires

  1. C’est proprement scandaleux. Ca frôle la simonie.
    Seuls les propriétaires de ces oeuvres sont en mesure de vendre de tels objets. Or je doute que les membres des communautés religieuses en question puissent en être propriétaires. Qu’ils en soient les usufruitiers, je le reconnais ; mais cela ne leur donne pas le droit de saborder le patrimoine religieux de leur région.
    Que la Mère Mitte vende au plus offrant les breloques de son defunt époux, cela m’est strictement égal. En revanche, que le patrimoine religieux et culturel de Normandie soit bradé pour en tirer du lucre est tout simplement scandaleux. Ces gens-là n’ont aucun respect de la valeur de tels objets de culte. Ce ne sont ni plus ni moins que des Judas qui – pour quelques milliers d’Euros – vendent le passé historique et religieux de leur province.
    Le seul maigre bénéfice de ces marchandages repose sur l’identité de certains acquéreurs (comme la communauté du Mont Saint Michel ou bien l’Eglise Catholique des USA).

  2. Le ton de l’article d’Ouest-France!…

  3. Pathétique
    Rien que l’âge du Christ en Ivoire le rendait invendable. Il eut été en bois, c’était pareil.
    Qui est responsable de cette vente scandaleuse ?

  4. J’espère que les “prix” ont quand même permis que certains Instituts ou Fraternités rachètent des objets…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]