Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : L'Islam en France

Albi : des musulmans placent des drapeaux algériens, marocains et tunisiens sur le toit de l’église Saint-Jean

Albi : des musulmans placent des drapeaux algériens, marocains et tunisiens sur le toit de l’église Saint-Jean

La police locale a refusé d’intervenir.

Addendum – précision du curé :

Je prends très au sérieux cet incident exécrable. C’est pourquoi j’ai déposé plainte auprès de la police.

En revanche, contrairement à ce qui est dit sur certains réseaux sociaux, la police s’est immédiatement rendue sur place après avoir été alertée par un habitant d’Albi. Mais, une fois arrivée, il n’y avait plus de drapeau et la bande de jeunes s’était déjà dispersée. Manifestement, ces jeunes sont montés sur le toit juste le temps de se faire prendre en photo pour faire le “buzz”.

Ci-dessous, la réponse que je fais diffuser par la déléguée à communication du diocèse d’Albi.

En union de prière.

Communiqué du diocèse :

L’église catholique Saint-Jean-Baptiste, au cœur du quartier de Rayssac à Albi, a été utilisée par un groupe de jeunes dimanche 9 février pour poser un acte de défiance.

Le curé de la paroisse, le Père Paul de Cassagnac, a déposé plainte ce lundi 10 février.

Il exprime son soutien à ceux qui ont été heurtés par cette scène exécrable, en particulier les habitants du quartier.

Il appelle à rechercher la paix et à réveiller le sens religieux « pour faire face aux tendances individualistes, égoïstes, conflictuelles, au radicalisme et à l’extrémisme aveugle sous toutes ses formes et ses manifestations », comme y invitaient le pape François et le Grand Imam d’Al-Azhar le 4 février 2019 à Abou Dhabi.

L’AGRIF compte aussi réagir :

L’exhibition de drapeaux de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie sur le toit de l’église Saint-Jean du quartier de Reyssac à Albi, révélée par l’Observatoire de l’islamisation, constitue évidemment une emblématique provocation d’affirmation suprémaciste islamique. Cela est intolérable et tombe à l’évidence sous le coup de la loi. Songeons que pour avoir seulement déployé une banderole sur le chantier de la mosquée en construction de Poitiers, des militants identitaires ont été lourdement condamnés.

L’AGRIF va tout de suite confier à ses avocats le soin d’entamer la procédure de dépôt de plainte qui s’impose.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services