Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Agression de Perpignan : le MRAP rejoint l’AGRIF

Nous vous avions rapporté cette agression qui avait visé un jeune couple qui l'avait contraint à quitter la ville. L'AGRIF nous indique cette première par communiqué de presse :

"Par communiqué du 27 avril 2010, le MRAP 66 annonce qu’il se porte aux côtés du jeune couple odieusement agressé dans le centre ville de Perpignan avec injures à caractère racial et menaces de mort, échappant in extremis au pire.

Devant l’exaspération qui monte dans une population livrée à la sauvagerie de bandes incontrôlées, le MRAP, pour la première fois de son histoire, découvre l’existence du racisme anti-blanc avec 25 ans de retard sur l’AGRIF.
Dès le 21 avril 2010, l’AGRIF, sollicitée en ce sens, a annoncé avoir bien évidemment accepté de prendre en charge la défense de ce jeune couple aujourd’hui défendu par son avocat de Perpignan.

Bernard Antony s’est rendu à cette occasion à Perpignan le 26 avril pour conférer avec la famille et l’avocat".

Cette information est relayée ici :

"Le thème délicat du « racisme anti-blanc » est officiellement entré dans
Perpignan suite à l’agression dont a été victime une famille originaire
de la partie Nord de la France.
Le 17 avril, la famille Picard,
installée dans le quartier Saint-Jean, a subi les assauts et menaces de
mort d’un groupe de jeunes, énervés par une réprimande du père,
Marc-Henri Picard, contre un ballet de scooters au pied de sa porte, rue
des Trois Journées. Face à la crainte physique, sa compagne, s’était
réfugies avec son bébé de 8 mois dans les toilettes de l’appartement.

Dans un communiqué de ce lundi, le Mouvement contre le Racisme et pour
l'Amitié entre les Peuples (MRAP) "condamne tout naturellement
l’agression et les propos racistes"
tenus pas les agresseurs,
après
avoir proposé aux Picard de déposer une plainte contre X auprès du
Procureur de la république de Perpignan pour “injures raciales”.

Pour le MRAP, qui explicite pour la première fois, en Pays Catalan, des
faits discriminatoires portant sur une famille d’origine européenne qui
s’apprêterait à « quitter la ville par peur », le combat
contre ce « racisme anti-blanc »,
régulièrement brandi par
l'extrême droite, est justifié car « aucun racisme ne peut en
justifier un autre, aucune discrimination ne peut en justifier une autre
»"

Partager cet article

9 commentaires

  1. C’est à des petits signes comme cela qu’on sent qu’on est sur la bonne voie : d’un côté, des élites déconnectées du monde réel, de l’autre, des Français qui peu à peu s’organisent dans leurs coins.
    Les petits cours font les grandes rivières.

  2. Pour info : la victime n’est pas inconnue des lecteurs du SB car elle avait écrit cet ouvrage relayé alors sur ce blog :
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/05/dans-lenfer-de-nulle-part.html

  3. Allons, allons, le premier avril c’est passé depuis un mois!
    Ou alors c’est une forme de miracle.
    Comme quoi, il ne faut jamais désespérer.
    ça doit quand même les chatouiller au MRAP d’être obliger d’en arriver là!

  4. Ah. Tout de même. Ca bouge. Quelqu’un a compris au MRAP que la position de l’anti-racisme à sens unique devenait intenable.
    Il ne faut se faire aucune illusion, le MRAP restera une association islamiste à façade “républicaine”. Mais nous n’allons pas bouder cette victoire…

  5. Il faut espérer que cette démarche innovante et à priori honnorable ne soit pas une “couverture” pour des actes beaucoup plus dans le sens de l’histoire du Mrap jusqu’à présent, telle la participation de monsieur Aounit à la curée médiatique contre l’Eglise de Bob Hard’or sur la 2 dernièrement.

  6. Je n’en démords pas : je préfère l’original aussi vrai que pauvre, plutôt l’AGRIF que le MRAP lequel ne connaît ni rédemption ni pardon.
    Il y a un glissement tectonique en France qui laisse entrevoir que l’exaspération aboutira à l’irréversible dans les urnes mais ailleurs, dans la rue.
    Le français est assiégé dans son sanctuaire, chez lui, dans sa terre, sa patrie. Pire encore, il est nié et insulté depuis des lustres par ces MRAP et toutim.
    Avant que casse la corde, il faut encore faire le coup de la takya, les français sont si….

  7. Il s’agit d’un comité départemental, le MRAP 66 et non du mouvement national .
    Déjà par le passé , des personnalités du MRAP se sont opposées à la direction nationale en particulier sur l'”islamophobie” ou la viande hallal .
    Disons que la tendance qui conteste à un comportement plus laïciste et/ou universel que Mouloud Aounit (direction nationale) qui lui , fait des distinctions en fonction des religions ou des appartenances ethniques.

  8. J’aime bien : ” Le thème délicat du « racisme anti-blanc » ” … on sent que c’est dur à dire..

  9. Ca sent le mensonge, la combine, la justification à taire tant d’autres méfaits anti français, anti blanc.
    Etre défendu par le mrap, brrrr… ça fait froid dans le dos!
    M. H. Picard devrait savoir gérer cette poudre aux yeux.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services