Bannière Salon Beige

Partager cet article

Agir contre l’avortement aux États-Unis et en Europe : La voie à suivre

Culture de mort : Avortement / Vidéos

La gauche a essayé d’empêcher une conférence au Parlement européen. Normalement ce genre de manifestation au sein du Parlement est interdit et sanctionné (article 10 du règlement intérieur).  Ils devraient donc être sanctionnés. Ils étaient plus d’une centaine. Parmi eux, il y avait notamment de nombreux députés français, socialistes, écologistes et de Renaissance.

Finalement, la conférence a pu avoir lieu et le public a pu y participer en entrant par une porte dérobée, protégée par la sécurité du Parlement. La conférence était centrée sur les femmes et les enfants, pour les protéger de la violence de l’avortement et des militants pro-avortement.

Grégor Puppinck, directeur de l’ECLJ, a exposé la situation en Europe, le lobbying de l’industrie de l’avortement et la nécessité de mener une politique de prévention de l’avortement. Il est basé à Strasbourg et intervient depuis plus de vingt ans notamment auprès de la Cour européenne des droits de l’homme.

Une intervention inédite d’Andrew Ekonomou a ensuite eu lieu. Il est avocat à l’American Center for Law and Justice, ACLJ, à Washington. Le Dr. Ekonomou a exposé la situation de l’avortement aux États-Unis depuis les années 1970. Il a en particulier commenté les conséquences de l’arrêt Dobbs de la Cour suprême en juin 2022.

Voici les chapitres des interventions :

  • 00:00 Introduction du contexte
  • 02:03 Présentation de l’événement et du premier orateur par Mme de la Pisa
  • 06:17 Discours du Dr Puppinck
  • 22:52 Présentation du deuxième orateur par Mme de la Pisa
  • 24:58 Discours du Dr Ekonomou

Partager cet article

3 commentaires

  1. Peut-on avoir les noms des députés délinquants qui ont ainsi violé les lois du Parlement pour essayer d’exercer leur censure en faveur du Génocide ?
    Merci d’avance.
    (Dans la mesure du possible, il faut toujours fournir les NOMS des ordures.
    D’abord parce que les malfaiteurs aiment agir dans l’ombre.
    Jeter de la lumière sur leurs méfaits, c’est déjà les gêner.
    Ensuite, parce que le nom des criminels mérite d’être flétri publiquement.
    C’est un devoir de justice auquel on ne pense pas assez.
    Les bons ont droit à la louange publique, les mauvais à l’opprobre public.
    Enfin, parce qu’on aura certainement l’occasion de retrouver l’un ou l’autre de ces nuisibles dans telle ou telle circonstance. Et qu’il sera utile, alors, de pouvoir facilement retrouver la liste de ses méfaits.
    Pour toutes ces raisons, donner SYSTÉMATIQUEMENT, autant que possible, le nom des malfaiteurs impliqués dans une mauvaise action, une mauvaise loi, un mauvais jugement (qu’ils soient députés, fonctionnaires, magistrats ou simples militants) devrait être un réflexe.

    • Oui c’est une bonne chose mais il y a une condition formelle c’est de garder la Charité envers eux comme le fit toujours Jesus concernant les pharisiens et la meilleur facon est d’entrer en controverse avec eux.
      S’ils ne veulent pas retrouver la voie droite on pourra alors les traiter de “Sepulchre blanchis”
      Il est justement necessaire a ce propos de controverser en public avec eux.
      Mais a cet effet tous les arguments pour le respect de la vie du bébé doivent etre devoppés y compris les temoignages de femmes qui furent violees et sui ont ete aidees avec amour poue elles a trouver les solutions pour les aider totalement a garder leur enfant jusqu’au terme de leur naissance au jour.
      La proposition de tenir ou pas le bebe dans leurs bras pour lui dire au revoir si elles decident de le donner a l’adoption est également faite et de toute facon la certitude a elles donnees qu’elles seront aidees pour repartir dans la vie serainement sans peur avec de l’aide si elles le gardent.et d’autres solutions encore et toujours.
      La presidente de l’association internationale dans les annees 1995 est venue en France et a fait l’honneur a la Nièvre de sa presence, en interview radio Morvan elle ‘s’esr trouvee confrontee a une journiste veritable harpie qui est entree dans le studio d’audition sans permission du directeur de la radio qui intervievait la presidente en hurlant litterallement “et les femmes violees qu’est-ce que vous en faites?…la presidente est restee tres calme et avec un sourire d’amour a regarde la jeune fille qui l’accompagnait dans ses tournees et a répliqué calmement : ” Madame, vous voyez czte jeune fille qui est a cote de moi, en accord avec elle je vous indique que sa mere a ete violée, et bien voyez-vous sa mère c’est moi , et j’ai eu la grace de trouver des personnes dans ma detresse d’etre quasi obligee d’avorter car tellement degoutee de porter en moi un être issu de mon viol, ces personnes m’ont consolee, m’ont encadrée, m’ont fait comprendre que le petit bebe en gestation n’etait pas responsable de l’acte odieux que j’avais subi et qu’il avait le droit de vivre sa vie; elles m’ont aidee, accueillie, aidee ensuite a trouver du travail pour que nous puissions vivre toutes les deux ma fille et moi…..et Elle est la maintenant et vous voyez j’en ai toujours et elle aussi les yeux mouillés de ce bonheur.
      La vie doit etre accueillie …..
      Pour ceux qui ont fait le mal, la justice humaine doit les punir et les faire réparer le mal qu’ils ont fait si Elle les retrouve..
      Ce temoignage est a citer chaque fois que on est confronté a: et le viol alors, il est normal d’avorter. NON IL N’EST JAMAIS NORMAL d’avortet.
      Le seul cas ou “hors miracle” ou il est permis d’operer une mamman pour enlever un petit bebe de 4 mois maximum est en cas de grossesse extra uterine car le bebe en gestation qui a la taille d’une crevette a ce moment s’il s’est fixe dans la trompe de Faloppe par où il descend vers l’uterus, va en grandissant plus dechirer totalement celle ci en provoquant d’ailleurs d’horribles douleurs a la mere avant que tous deux si l’enfant n’est pas retiré , ils meurent tous les deux.
      C’etait d’ailleurs un acte chirurgical connu depuis l’antiquité. Peu de meres en rechappaient mais elles en rechappaient.
      Peut etre des medecins et chirurgiens qui se battent pour la vie, de la meme veine que le professeur Lejeune trouveront’ils le moyen de prelever le bébé dans la trompe de Falloppe avec son placenta et de les regreffer sur la paroi de l’uterus de la mamman, il faut beaucoup prier aussi pour ces cas exceptionnels pour qu’ils trouvent les traitements necessaires a donner a la mere et au bébé pour que cette transplantation réussisse
      C’est dans ce cas que des ecographies rapprochees peuvent certainement anticiper le drame de la chirurgie mortifere et que l’operation de greffe pourrait etre envisagée.
      Je m’empresse de dire que il y eut quelques cas où les parents ont obtenu de la Providence divine le transit naturel du bébé arrêté dans les trompes vers l’uterus son nid naturel. Comme quoi, la Foi souleve les montagnes en ce cas precis aussi.

  2. Je n’ai pas une admiration pour ce que font les États-Unis
    Mais eux au moins n’auront pas constitutionnaliser la mort pour les innocents.

Publier une réponse