Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Afrique : l’OMS prône la mutilation pour lutter contre le sida

Dans un rapport très officiel, une étude coordonnée par l’OMS tend à prouver que la circoncision masculine en Afrique sub-saharienne serait la solution miracle pour freiner de manière considérable la pandémie du sida. On croit rêver.
L’Eglise enseigne la chasteté et la fidélité comme moyen de lutte contre le sida. Benoît XVI lui-même l’a répété. La démonstration a déjà été faite que dans le cas de l’Afrique, les pays catholiques sont les pays où le sida a décliné le plus fortement entre 1991 et 2001.

Lahire

Partager cet article

18 commentaires

  1. Il est bien sur évident que la chasteté et la fidélité sont les meilleurs (voire les seuls) moyens de lutte contre le SIDA.
    Néanmoins, la circoncision n’est pas à proprement parler une “mutilation” car cette ablation d’un morceau de chair n’handicape pas le circoncis.
    Mais là où ce discours est très surprenant de la part de l’OMS est que le simple fait d’être circoncis diminuerait les risques de transmission ! Cela est une véritable escroquerie car cela ne protégerait que l’homme (forcément). Et surtout l’argument de la circoncision parait très léger. Le préservatif n’était pas fiable à 100% (très loin de là) mais là l’OMS défend carrément le principe des relations non-protégées sous prétexte de circoncision…Sans tomber dans le cours d’anatomie, je pense que nous sommes tous d’accord pour dire que la démonstration de l’OMS est ridicule.
    Ca sent l’esbrouffe à plein nez. L’OMS aurait-elle peur de la survie de l’Afrique ?

  2. J’attends que cette officine nous explique que l’excision réduit les douleurs dentaires…
    Mais est-ce une mutilation ? Les femmes excisées survivent généralement, si on va par là !

  3. Dictionnaire
    mutilation : retrancher une partie saine du corps.
    L’emploi de ce mot est ici parfaitement justifié.

  4. Circoncision ou non, beaucoup d’Africains continueront d’avoir des relations sexuelles “passagères”, qu’on le veuille ou non, et certainement plutôt non protégées que protégées.
    La circoncision n’est en rien comparable à l’excision, puisque l’excision, véritable pratique barbare d’un autre temps, a pour but de priver la femme du plaisir lors des rapports sexuels, alors que la circoncision n’altère pas les “sensations” masculines, ou alors très peu, d’après ce que l’on sait.
    La chasteté reste effectivement LE SEUL MOYEN 100% sûr de ne pas être contaminé par le virus du sida,
    […]

  5. @ Marie :
    J’ai supprimé une partie de votre commentaire contraire à l’enseignement de l’Eglise. Vous le savez, ce sont les règles ici.
    Pour vous aider dans votre réflexion, je vous livre ce post rédigé en avril sur le sujet :
    A propos du cardinal Martini : le moindre mal
    Martini_2 Le cardinal Martini a évoqué la notion du “moindre mal” à propos de l’usage du préservatif. C’est autour de ce point que le Figaro relate aujourd’hui l’intervention du prélat. Quand on aborde cette notion, il faut garder présent à l’esprit deux points :
    1 – Le moindre mal reste un mal : aucun homme n’a le droit de commettre le mal- fût-il moindre – ni évidemment de le prêcher.
    2 – Dieu ne peut mettre un homme dans une situation de choisir le mal. Il existe donc une alternative :
    soit le problème est mal posé et il existe une solution bonne qu’il faudra choisir, soit il reste la solution de ne pas agir face au dilemne mal et moindre mal.
    Reprenons le cas de l’usage du préservatif.
    1 – L’homme ne peut s’opposer au don divin de la vie. Toute contraception (dont l’usage du préservatif) est donc un mal.
    2 – Il n’est pas bon de transmettre la mort ou le risque de la mort (cas particulier des malades du sida).
    Les deux solutions sont mauvaises. Il en existe une troisième, la voie du bien, celle qu’enseigne l’Eglise qu’est l’abstinence.
    Ce serait offenser Dieu et nier la puissance de Sa grâce que de penser que les hommes ne peuvent s’abstenir et donc devraient utiliser le préservatif, comme solution du moindre mal.
    Ce serait aussi nier l’héroïcité des vertus à laquelle le Seigneur nous appelle. Le naturalisme ambiant ne veut pas entendre ces propos et pourtant ce sont ceux de la Vérité, de l’Eglise.
    Lahire
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/04/du_moindre_mal.html

  6. Aux anticirconcisionneurs
    Je rejoins Marie sur le fait qu’il est peut-être un peu exagéré de comparer la circoncision à l’excision. En effet, l’excision supprime le plaisir sexuel chez la femme. C’est un acte barbare et handicapant.
    La circoncision n’a aucune conséquences ni sur ce plan, ni sur un autre. C’est quelque chose de neutre. C’est pour cette raison que le terme mutilation peut sembler un peu fort, tant il a une connotation très péjorative. On associe généralement mutilation à la perte d’un bras ou d’une fonction fondamentale (vous m’aurez compris).
    Après tout, les juifs sont circoncis et ils ne s’en porte pas plus mal.

  7. Merci pour votre réponse Lahire, car je n’avais pas lu ce post d’avril dernier.
    Cependant, désolée d’insister, mais un point me paraît toujours franchement obscur : Si un homme refuse obstinément la chasteté ( ce qui est loin d’être un cas rare en ce bas monde ), et qu’il ignore son statut sérologique, ce surtout dans une région du monde où le sida fait des ravages telle que l’Afrique, il vaut donc mieux qu’il… ne fasse pas de son mieux pour éviter de contaminer sa (voire ses ) partenaire(s) !?
    Autre chose : Dans le cadre un couple marié, dont l’un des deux époux aurait été contaminé par le virus lors d’une transfusion sanguine par exemple, quelle est la démarche à adopter ? Vu qu’il n’y a là pas de moyen de donner la vie sans risque certain de transmettre la mort… Que doit faire un tel couple s’aimant d’un amour fusionnel ? Surtout s’il souhaite avoir des enfants ?
    Ce sont là les aspects du sujet qui me perturbent sérieusement et que je n’arrive pas à élucider clairement.
    Toute mon amitié

  8. “Surtout s’il souhaite avoir des enfants”
    Je ne connais pas l’évolution des traitements du sida mais il me semble qu’il est plus sage dans ce cas-là de renoncer à avoir des enfants. Il reste l’adoption.
    Pour le reste de votre question, chaque cas est particulier et doit être étudié avec un confesseur ou un directeur spirituel.

  9. @ Agnès et Marie :
    ces interrogations sont totalement d’actualité et figurez-vous que Benoît XVI s’est posé les mêmes. Je vous invite donc à lire ou relire ce post en sachant que je guette le débouché de cette étude, si toutefois elle est rendue publique :
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/04/document_sur_le.html
    Document sur le préservatif : réponse du Saint Siège
    Le cardinal Javier Lozano Barragán, président du Conseil pontifical pour la Pastorale de la Santé, a répondu à Zenit sur la rumeur concernant un futur document sur le préservatif. Les élements donnés sont d’une importance capitale pour contrecarrer la désinformation. En effet, “les catégories de conservateur et libéral sont absolument incompétentes. Il s’agit d’examiner les choses sur le plan scientifique et moral” a déclaré le cardinal.
    Ce post un peu long essaie de vous présenter la majeure partie des propos tenus par ce cardinal de manière aussi claire que possible.
    Une « étude » pour dialogue interne, et non un « document » (comme certains médias l’ont annoncé) sur le préservatif et le sida :
    Le cardinal a expliqué que cette « étude approfondie », recommandée par le pape Benoît XVI, tient compte « aussi bien des aspects scientifiques et techniques liés au préservatif, que des implications morales dans toute leur ampleur ».
    Un dicastère non doctrinal :
    Le Conseil pontifical pour la Pastorale de la Santé n’est pas « compétent pour présenter un document à l’Eglise. Le Saint-Père lui-même est compétent, ou celui à qui le Saint-Père confie » cette tâche.
    « Ce dicastère du Vatican n’est pas un dicastère doctrinal ; il n’émet pas de documents. C’est là l’erreur de certaines informations. Nous sommes un dicastère pastoral chargé de garantir la présence de l’Eglise auprès des malades, spécialement de ceux qui souffrent du virus du sida…
    Dans le cadre de ces compétences nous possédons nos conseillers médicaux, nos experts, nos théologiens, et c’est avec eux que nous réalisons cette étude».
    Point sur l’étude en cours :
    « Nous sommes à la première étape. Cette étude est en train de promouvoir un dialogue au niveau du Saint-Siège uniquement et elle n’est pas terminée. Un document sera-t-il rédigé une fois l’étude terminée ? Il est possible mais cela n’est pas certain. Ce dicastère n’est pas habilité à émettre des documents. C’est le Saint-Père qui décidera s’il doit être émis par un autre dicastère ou si l’on ne publie aucun document».
    La problématique :
    La question examinée de façon particulière par cette étude est celle des couples unis dans le mariage sacramentel, dont l’un des conjoints souffre du sida.
    “Lorsque le Saint-Père Benoît XVI m’a fait la faveur de m’accorder une audience, il m’a dit qu’un dialogue sur ce sujet serait opportun », parmi les personnes compétentes du Saint-Siège.
    Les deux questions clés :
    « Quelle garantie le préservatif offre-t-il pour empêcher la contagion du sida ? »
    « Est-ce moralement licite d’adopter un préservatif ‘technique’ ? »
    La base de la réflexion :
    « il existe deux grands principes, qui sont le Sixième Commandement qui dit : ‘Tu ne commettras pas d’actes impurs’, et le Cinquième, dont il faut toujours tenir compte : ‘Tu ne tueras pas’ ».
    « Il faut tenir compte des deux commandements. Mais il s’agit de principes très généraux. L’étude se fait en examinant différentes opinions d’experts sur l’application de ces deux principes au cas concret du préservatif dans ces circonstances spécifiques ».
    La méthode :
    « Les théologiens offrent leurs opinions. En tant que Conseil, nous ne pouvons dire ‘j’adopte cette opinion’. Dans le dialogue nous apportons les opinions qui existent, et qui d’ailleurs sont connues…
    Le Saint-Père verra les résultats de ce dialogue et avec l’assistance de l’Esprit Saint il nous dira, s’il le souhaite, dans quelle direction il faut aller. Il peut également juger que ce n’est pas un moment opportun pour se prononcer».
    « Je le répète, ma mission, c’est de me faire l’écho de ce que dit le pape dit. Je n’ai pas d’opinion personnelle en tant que chef de ce dicastère. Mon opinion officielle est de reproduire au pied de la lettre ce que dit le pape ».
    Lahire

  10. Je suis très étonné par les commentaires que je lis, ici ou là, au sujet de la circoncision. Appartenant à une famille d’origine écossaise, je peux vous dire que beaucoup de chrétiens non-juifs d’origine, aussi bien en Ecosse qu’aux USA sont circoncis. Ce n’est en rien une mutilation, c’est absolument sans conséquence, aussi bien physique que psychologique. D’ailleurs on n’en connait pas très exactement la raison, sans doute à cause des fortes implications bibliques de l’Eglise presbytérienne.
    Quant à y trouver une protection contre la diffusion du SIDA, j’ai l’impression que cela relève de la plus haute fantaisie.

  11. Cher Lahire,
    Je m’étonne (doux euphémisme) du traitement pour le moins étrange de certains commentaires, que ce soit ceux des lecteurs comme ceux de certains blogueurs. En effet, le fait que bon nombre de commentaires passent régulièrement « à la trappe » ne me surprend pas vraiment, vu le contenu parfois volontairement subversif de certains d’entre eux.
    Cependant, ce qui me choque énormément, c’est que, par exemple, une bonne partie du post de Marie ait été supprimé, sans qu’on puisse en apprécier au moins le contenu total, aussi contestable puisse-t-il être, alors qu’il ne semblait contenir aucune forme d’injure ni même la moindre provocation ( je n’ai pas pu lire l’original ), TANDIS QUE vous laissez « tel quel » un POST VERITABLEMENT CHOQUANT d’un immonde provocateur, proférant les pires insanités envers l’Eglise ! ( http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2006/07/education_la_mi_1.html#comments )
    Mais ça n’est malheureusement pas tout, loin de là : La réponse de Michel Janva, qui prend clairement à partie ce même minable individu visiblement dérangé, dans des termes d’énervement et de perte du contrôle de soi à contre-pied total de son style habituel, sont absolument INACCEPTABLES et INDIGNES de la qualité d’un blog tel que celui-ci.
    En espérant que vous aurez le bon vouloir de remédier à cela dès à présent ainsi qu’à l’avenir, soyez assuré de mon soutien appuyé.
    Jean

  12. @ Jean
    “La réponse de Michel Janva, […] dans des termes d’énervement et de perte du contrôle de soi à contre-pied total de son style habituel, sont absolument INACCEPTABLES et INDIGNES de la qualité d’un blog tel que celui-ci”.
    C’est très surprenant en effet, mais pas plus que le “coup de boule” de Zidane 🙂 !!! Je pense qu’il y a des moments où trop c’est trop et que l’on peut craquer. Les trolls sont capables de pourrir un forum et ils ont souvent beaucoup de mal à comprendre qu’ils emmm… le monde. Alors je suppose qu’il ne reste parfois que la manière forte, même si on peut le déplorer.
    P.S. Mais est-ce vraiment Michel Janva qui a écrit ?

  13. Je suis autant surprise que déçue par cet excès de colère. Michel Janva ne nous avait pas habitué à ça, au contraire, il avait toujours administré les débats avec brio, clairvoyance et sang-froid.
    Mais bon, je peux comprendre, sans pour autant cautionner.
    Rita

  14. Merci à tous de m’avoir signalé ces horreurs : je viens de faire le ménage.
    Aucun lecteur habituel n’a pu croire une seule seconde que Michel ait pu écrire de telles abominations.
    D’abord, ce commentaire n’est pas du tout dans l’esprit de Michel, ensuite il est truffé de fautes d’orthographe (il manque même une majuscule à son nom de famille) et enfin, il date d’hier. Or tous vous avez remarqué que Michel n’a rien écrit depuis 48 heures, profitant de vacances méritées! Vous avez donc aussi constaté que j’étais tout seul pour tenir la barre du Salon Beige (image foireuse!).
    Chers lecteurs, vous connaissez l’esprit du Salon Beige! Alors n’hésitez pas à nous signaler par mail (les commentaires ne sont pas filtrés!) ce genre d’attitudes tout à fait déplorables! Oubliez cet incident, c’est une usurpation d’identité qui ne restera pas sans suite.
    Un grand merci quand même à tous de m’avoir permis de mettre de l’ordre.

  15. La circoncision est-elle totalement sans conséquence ?
    Pas si sûr.
    Inconvénients :
    D’une part la personne circoncie souffre terriblement de l’opération. Cela se calme bien sûr une fois la cicatrisation réalisée.
    Le prépuce est une protection pour le gland. Le couper ne peut être sans conséquence pour la protection du gland.
    Avantages : néant.

  16. Je cite Jean-François “D’une part la personne circoncise souffre terriblement de l’opération. Cela se calme bien sûr une fois la cicatrisation réalisée.”
    Vraiment ?
    Je ne m’en souviens pourtant même pas, et mes deux frères me disent la même chose !
    Quand aux avantages ? C’est seulement un rite religieux, il n’y a donc pas d’avantages en termes d’utilité humaine, mais pas de désavantage non plus.

  17. Je rentre de week-end. Je confirme bien évidemment qu’un rigolo a subtilisé mon pseudo pour écrire des insanités.
    Je suis un peu déçu que certains aient pu un instant croire que j’avais perdu tout mon sang froid.
    Michel Janva

  18. Cher Monsieur Svenhought,
    La bible raconte l’histoire de Hémor et de son fils Sichem qui avaient enlevé et, pour Sichem, violé Dina, une fille de Jacob et de Lia. Hémor et Sichem n’étaient pas de la famille d’Abraham, ils étaient des étrangers, des incirconcis.
    Les fils de Jacob, pour venger leur soeur, imaginèrent un stratagème : ils proposèrent au violeur, qui était amoureux de Dina, de se faire circoncire, lui son père et ses compatriotes, pour que Sichem puisse l’épouser régulièrement. Hémor et Sichem, qui étaient de famille princière, consentirent à se faire circoncire et à inciter leurs compatriotes à le faire en vue du mariage et de la réconciliation. Et cela donna cela :
    Genèse ch. 34
    “24 Tous ceux qui sortaient par la porte de la ville écoutèrent Hémor et Sichem, son fils, et tout mâle fut circoncis, tout homme sortant par la porte de la ville.
    25 Le troisième jour, lorsqu’ils étaient souffrants, deux fils de Jacob, Siméon et Lévi, frères de Dina, prirent chacun leur épée, marchèrent sans crainte sur la ville
    et tuèrent tous les mâles.
    26 Ils passèrent aussi au fil de l’épée Hémor et Sichem, son fils ; et, ayant enlevé Dina de la maison de Sichem, ils sortirent.”
    Jacob désapprouva le procédé. Il le reprocha à ses fils Siméon et Lévi, qui rejetèrent les reproches de leur père. Mais cela est une autre histoire…
    Faisons un saut de plusieurs dizaines de siècles pour me permettre d’ajouter un souvenir d’enfance. Lorsque mon frère fut circoncis, j’ai bien le souvenir qu’il a souffert terriblement.
    Il est difficile de s’entretenir sereinement de ces affaires qui sont souvent chargées d’affectivité et de piété familiale.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services