Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / Culture de mort : Avortement

Afrique : une conférence pro-avortement s’en prend à l’Eglise

Lu sur le blog de Jeanne Smits :

G "Une conférence réunissant 250 personnalités africaines politiques, juridiques, du monde de la santé s'est déroulée du 8 au 11 novembre au Ghana au Collège des Médecins et des Chirurgiens pour s'attaquer à «l'avortement dangereux» (unsafe abortion) qui cause selon les organisateurs quelque 67.000 morts maternelles dans le monde chaque année, dont plus de la moitié en Afrique, et surtout chez les femmes de moins de 25 ans.

Vrai problème : mais au lieu de mettre l'accent sur l'aide nécessaire aux femmes enceintes, l'éducation à l'abstinence sexuelles chez les femmes jeunes et avant le mariage, l'existence de soins adéquats aux futures mères pendant leur grossesse et leur accouchement, les conférenciers ont préféré plaider pour l'avortement légal, supposé sûr, sans danger et sans conséquences néfastes pour la mère. […]

Selon les pays, les intervenants ont dénoncé l'emprise des leaders religieux sur les populations elles-mêmes, par la présentation de l'avortement comme un acte peccamineux, ou le poids de la pression de certaines Eglises sur ceux qui prennent les décisions politiques. L'Eglise catholique était particulièrement visée comme responsable de cet état de fait, par son opposition «d'un autre âge» à l'avortement et à la contraception ; une représentante ghanéenne d'Ipas a dénoncé le rôle de la hiérarchie catholique au Kenya".

Partager cet article

8 commentaires

  1. « surtout chez les femmes de moins de 25 ans ».
    J’aurai parié que c’était plutôt chez les femmes de plus de 70 ans…
    On ne sait pas quoi inventer comme argument idiot pour frapper les esprits…
    Remarquez qu’on se sent obligés de mettre le nombre de morts au niveau mondial pour accréditer les choses… Si on faisait un parallélisme avec les morts du tabac, on parlerait de millions de morts annuellement…
    de quoi relativiser bien des choses…
    Et la relativisation, « ils » connaissent bien, n’est-ce pas ?

  2. Je me souviens d’un temps lointain… Je demande des nouvelles d’une “collègue” de mes connaissances à un ami. Il me répond sans trop de ménagement, comme si c’était “la vie” :
    “- Elle est morte… oui, elle était enceinte de siamois. Ella a avorté, elle a fait une septicémie…”
    L’avortement était légal, dans des bonnes conditions chez une femme très cultivée, de bourgeoisie…
    Une femme de pas trente ans, en bonne santé, gaie, dynamique… je m’en souviens des dizaines d’années plus tard.
    http://www.ivg.net/les-risques-de-ivg/avortement-et-taux-de-mortalit%C3%A9-chez-les-femmes
    L’avortement est trois fois plus dangereux pour une femme qu’un accouchement.
    “On” s’en prend à l’Eglise très injustement.

  3. 67000 morts maternelles dans le monde, causées par des avortements “dangereux”…c’est bien triste, mais combien d’assassinats d’enfants dans le MONDE causés par l’avortement, sachant que, RIEN QU’EN FRANCE, on en compte déjà 200.000 à 220.000, soit 3 fois plus?

  4. @ Malloy.
    “67000 morts maternelles […]c’est bien triste”
    En toute amitié, n’allez surtout pas croire ces chiffres fantaisistes !
    Les partisans de l’avortement ont toujours menti et mentiront toujours.
    Seul un mensonge organisé, béni par l’état et de grandes personnalités,financé massivement, répété à grande échelle, bref un “mensonge industriel” pourrait pousser tant de femmes à commettre cette folie contre nature.
    Une brillante démonstration en est donnée ici
    http://www.avortementivg.com/article-24690238.html
    le courrier international prétend dans son article qu’en “Uruguay, petit pays qui compte 3,3 millions d’habitants, environ 33 000 femmes avortent clandestinement chaque année.”
    “Or en France l’avortement est légal, admis et remboursé (et promu par le planning familial), et on enregistre…220000 avortements par an.
    On a donc un taux d’avortement – illégal, non admis et non remboursé – 3 fois supérieur ? Joli record…”
    Nous savons aujourd’hui en consultant les archives de l’Insee sur l’année 75 que les chiffres avaient été grossis honteusement.
    C’est la meme méthode pour les homfous
    “200 000 familles homoparentales en France !
    il faut vite donner un cadre légal à cette réalité”. Pareil pour le C02 etc.
    Le C02 réchauffe la planete, il faut donc réduire la population humaine etc…
    La politique, c’est ça.

  5. Encore un mot.
    On a fait passer la loi veil en braquant les projo sur des cas alarmants, en disant vouloir résoudre ces cas extrêmes, misant sur l’émotion et la complicité des merdias.
    Une fois la boite de pandore ouverte, c’est vite devenue un ivg de confort, avec maintenant 200 000 gamins dépecés et aspirés dans les structures de santé (!) publiques. La grossesse est une pathologie.
    En politique, “l’effet pervers de la loi” est souvent le but visé…

  6. @ Egide
    Je vous rassure, je ne suis pas dupe du tout et connais plutôt bien tous ces procédés manipulateurs,et le résultat sera bientôt le même pour l’adoption par des homosexuels et l’euthanasie…entre autres…
    Mon propos était plutôt de dire que QUAND BIEN MÊME il y aurait 67000 morts maternelles dans ces circonstances, ce serait regrettable, mais toutefois rien à côté du massacres de millions d’innocents.
    Pour ce qui est de la grossesse = pathologie, j’en sais quelque chose, car ayant eu l’idée saugrenue d’avoir un 5e enfant à 38 ans, ce qui n’a tout de même rien d’extraordinaire,j’ai eu un certain nombre de commentaires particulièrement désobligeants, et l’on voulait me faire suivre comme “grossesse à risque”, avec tous les examens prénataux que vous pouvez imaginer…ce que j’ai bien évidemment refusé.
    Merci pour le lien.
    Cordialement.

  7. L’Église a souvent raison à contre-courant et avant tout le monde.
    Son opposition au communisme a été pendant plusieurs décennies une hérésie scandaleuse contre “le sens de l’histoire” et les “lendemains qui chantent”; sauf que ceux qui ont véritablement connu le communisme ont fini par réussir à faire savoir que rien n’y chantait, ni les lendemains, ni les aujourd’hui.
    “Son opposition «d’un autre âge» à l’avortement et à la contraception” s’avèrera probablement, dans très peu d’années, avoir été une vision prémonitoire de ce que doit être une véritable politique de “santé reproductive” et de promotion de la santé des femmes.

  8. @ Malloy
    Merci pour votre témoignage. Un exemple qui vaut mieux qu’un long discours !

Publier une réponse