Adoption : le lobby LGBT manipule les dossiers

Unknown-26Les Directions Départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) sont des services de l'État officiant auprès du préfet de département dans les domaines de la politique sociale, du logement, de la politique de la ville, de la jeunesse, des sports, de la vie associative et, le cas échéant, de la protection des populations. Depuis le 1er janvier 2010, les DDCS et DDCSPP ont remplacé diverses directions, notamment les directions départementales de la jeunesse et des sports, de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, et de l'action sanitaire et sociale. Cette dernière action regroupe notamment les procédures d'adoption.

Or, dans certaines DDCS, il semble que des personnes LGBT favorisent les nouveaux "mariés" de même sexe au détriment des couples qui offrent l'avantage, qui n'est pas mince, d'offrir une famille composée d'un père et d'une mère aux orphelins.

Certains agents ont alerté leur direction (puis, suite à l'absence de réaction, Le Salon beige) pour les informer de cas de dysfonctionnements dans les procédures d'adoption. Les membres du conseil de famille ont des mandats de six ans, renouvelables une fois. Cette composition relève du code l’action sociale et des familles. A ce stade, plusieurs dysfonctionnements ont été signalés dans l'une des antennes DDCS d'Ile-de-France :

  • cinq membres sur le premier conseil et trois sur le second siègent avec des mandats expirés (depuis une dizaine d’années pour certains) ;
  • les arrêtés de nomination ont été sciemment signés par le chef de pôle (visiblement proche du mouvement LGBT) et non la direction comme auparavant pour permettre ces renouvellements hors cadre ;
  • la longévité des membres et la proximité de certains avec le chef de pôle, notamment pour des raisons privées, conduisent à une confusion des rôles de chacun et des interventions récurrentes de certains membres dans la gestion du tuteur ;
  • un candidat à l’adoption est également membre du conseil de famille alors que le conflit d’intérêt est clairement identifié.

O-GAY-ADOPTION-facebookAinsi, lors de l'examen de l'adoption d'un petit garçon de cinq et demi, qui vit en famille d’accueil depuis son plus jeune âge, le lobby LGBT a favorisé des adoptants du même sexe. Toutefois, la maison de l’adoption a immédiatement alerté le chef de pôle des répercussions de la composition familiale sur l’enfant. En effet, elle a préparé celui-ci à avoir un papa et une maman. Aucun dialogue n’ayant pu être engagé entre la maison de l’adoption et le chef de pôle, ce dernier a décidé que l’adoption devait aboutir, et ceci même si l’enfant avait exprimé son désir d’avoir une maman. La maison de l’adoption a tenté d’alerter le couple des risques d’échec. Mais les 2 hommes avaient déjà de nombreuses informations sur la situation de l’enfant, par l’intermédiaire d’un membre du conseil de famille, proche du chef de pôle… ce qui n’est pas conforme à la réglementation. Ces 2 hommes font partie d’une association de parents adoptants dont est également adhérent un membre du conseil de famille… Malgré les rapports effectués par la maison de l’adoption, le chef de pôle est resté bloqué dans son choix.

Lors de l'examen de l'adoption d'un bébé, le même chef de pôle n'a pas examiné les quatre dossiers proposés par la maison de l’adoption et a choisi, en moins d'un quart d'heure, en premier choix, le couple homoparental. La maison de l’adoption s’est étonné de ce choix pour un bébé, alors qu’il a été préparé pour un enfant plus grand. Par ailleurs, les agents ont reçu l’injonction de leur chef de pôle de ne pas informer la Direction des problèmes liés à l’adoption évoquée. Le chef de service en cause est un ami des deux adoptants et partage leur pratique sexuelle. Il a été nommé à ce poste par un directeur qui était dans la même situation. C'est d'ailleurs un ancien élu PS…

Le ministère concerné comme l'IGAS auraient été informés de cette situation, sans réaction à ce jour. Une mission d'inspection générale a bien été diligentée, mais elle a « regardé ailleurs », tant la pression du lobby LGBT est puissante. Toutefois, compte tenu de la détérioration des relations avec le Conseil Départemental et de la défiance de la totalité des agents, il a été décidé de lui retirer la responsabilité des Conseils de famille qui seront placés directement auprès de la Direction.

Laisser un commentaire