Accident de car en Suisse : le récit de l’abbé Robert Zuber, curé de Sierre

SL’abbé Robert Zuber raconte à Famille chrétienne le drame qui s'est produit en Suisse. Extrait :

"La seule réponse que nous pouvons  apporter est notre prière, notre silence, notre compassion et notre présence. Nous croyons que Dieu rejoint les familles dans ce moment de drame insupportable. Il n’est pas responsable de cet accident et se fait proche des familles à travers ces démonstrations de solidarité."

5 réflexions au sujet de « Accident de car en Suisse : le récit de l’abbé Robert Zuber, curé de Sierre »

  1. senex

    Certes… Mais est-il bien raisonnable de faire des trajets aussi harassants pour les chauffeurs et les enfants… pour quelques glissades.Tous les ans des centaines d’enfants sont sacrifiés à ces modes de transhumance touristique pseudo éducative.Dieu n’est pas contre la plus élémentaire réflexion…RIP

  2. Jean Theis

    On ne peut pas rester toujours chez soi au motif que l’extérieur comporte des dangers. Dans ce cas on serait toujours à l’âge des pierres. La vie est dangereuse et finit toujours par la mort.
    Sur le présent accident, on ne peut épiloguer sans en connaître véritablement la cause.
    10 minutes du départ mais déjà 21 h 35. A cette heure là des enfants de cet âge après toute une journée de sport, devraient se coucher.

  3. soizic

    dans ce genre de déplacement ne devrait-il pas y avoir 2 chauffeurs ? La T.V nous dit que le conducteur n’avait pas bu,qu’il n’y avait pas de vitesse excessive alors pourquoi un car dans un tel état, et tant de morts ? Encore une manipulation des médias.

  4. domi

    “10 minutes du départ mais déjà 21 h 35. A cette heure là des enfants de cet âge après toute une journée de sport, devraient se coucher”… Mais ce ne sont pas les enfants qui conduisent que je sache !!! Et en général, dans ce genre de situation, après les bavardages du début de soirée, après une journée de ski, je peux vous garantir qu’ils s’endorment très vite.
    “dans ce genre de déplacement ne devrait-il pas y avoir 2 chauffeurs ?” Il y avait 2 chauffeurs. Morts tous les deux. Mais qu’est-ce que cela change malheureusement ? Qu’il y ait eu erreur humaine ou problème technique, 2, 5, 15 chauffeurs n’auraient rien pu faire.
    Quant à la “manipulation des médias”, là je suis perplexe… Un mur de béton, un autocar qui le percute frontalement, aucune manipulation derrière tout ça. Les règles de la physique, tout simplement.

Laisser un commentaire