Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay / L'Eglise : François

Abroger la loi Taubira et toutes les lois contraires à la doctrine sociale de l’Eglise

Excellente tribune du Père Cédric Burgun qui donne suite aux paroles prononcées par le Saint-Père aux parlementaires français : 

"[…] Voilà donc la phrase mise au banc des accusés :

« Votre tâche est certes technique et juridique, consistant à proposer des lois, à les amender ou même à les abroger. Il vous est aussi nécessaire de leur insuffler un supplément, un esprit, une âme dirais-je, qui ne reflète pas uniquement les modes et les idées du moment, mais qui leur apporte l’indispensable qualité qui élève et anoblit la personne humaine. »

Tout d’abord, une petite leçon de diplomatie vaticane : le pape François s’est exprimé devant un groupe d’une cinquantaine de parlementaires, des deux chambres, représentant les groupes d’amitié France – St-Siège de l’Assemblée et du Sénat (les tenants d’une laïcité intransigeante s’étonneront de l’existence de tels groupes, mais passons …). Ce n’était pas une visite non-officielle des membres de l’association « Chrétiens Élus publics » : auquel cas, les propos du Pape n’auraient pas nécessairement été rendus publics « officiellement ». C’était la visite de parlementaires français au chef d’État du Saint-Siège. Son discours avait été préparé par la Secrétairerie d’État du Vatican – celle-là même qui gère toutes les relations diplomatiques – et le pape ne s’est pas écarté du discours d’un iota, contrairement à son habitude.

Certes, je comprends qu’on ne veuille pas comprendre : comme disait Jésus, « que celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende » ! Mais on ne peut pas dire que les mots du Pape n’étaient pas pesés et qu’ils ne concernaient pas la loi Taubira…

Plus largement encore, ils ne concernaient pas seulement la loi Taubira, mais toutes les lois ! La Secrétairerie d’État – comme le souverain pontife – est parfaitement au courant de la situation politique en France. Les infos lui remontent régulièrement et pas uniquement par les journaux ! Le pape François connaît les lois qui viennent d’être votées et celles qui attendent encore les Français.

La Secrétairerie d’État savait aussi que c’était la première fois que le Pape allait s’adresser officiellement à la France. Et donc – comme à son habitude – dans tout discours officiel diplomatique, chaque mot est pesé, évalué, considéré. Oui, le Pape a invité les parlementaires à abroger les lois qui sont contraires à la doctrine sociale de l’Église et sa conception de l’homme. Qu’on le veuille ou non, la parole pontificale de ce samedi 15 juin fut aussi claire que cela ! Et c’est bien cela qui dérange.

Pourquoi ? Parce que, là, le pape François a posé une question politiquement incorrecte : on s’en rend compte ! Trop souvent, nous avons une vision rectiligne de l’histoire d’un pays, et de son avenir. Nous considérons qu’il n’y a pas de retour en arrière possible et que les choses vont continuer à évoluer en se « dégradant ». C’est la vision de nombreux chrétiens : les choses sont foutues, on a perdu ce « combat », on ne pourra pas revenir en arrière, etc.

Or, le pape François a rappelé une évidence : avoir toujours comme but d’abroger les lois profondément contraires à la dignité de l’homme et à la vision chrétienne de l’humanité.

En ce sens-là, oui, le pape François a appelé à l’abrogation de la loi Taubira, mais aussi aux lois de recherches sur l’embryon, aux lois sur l’avortement, et encore à toutes les lois qui créent plus de pauvreté, plus d’inégalité, plus de souffrance (pensons à la faim dans le monde ou aux inégalités toujours plus croissantes).

Il y a toutes celles qui dégradent la protection sociale des mineurs, qui encourage de nouvelles formes modernes d’esclavage (par exemple la drogue et à l’exploitation de la prostitution). Il y a encore toutes celles qui concernent le droit  à la liberté religieuse ; le développement d’une économie qui n’est plus au service de la personne et du bien commun. Il a appelé à abroger les lois concernant l’euthanasie et qui dessaisissent l’homme de sa responsabilité et de sa dignité.

Oui, il a appelé à abroger celles qui suscitent des conflits et qui mettent la paix en danger ; oui?il  a appelé à abroger les lois qui reflètent « uniquement les modes et les idées du moment, mais qui (n’) apporte(nt) (pas) l’indispensable qualité qui élève et anoblit la personne humaine ». C’est clair. Il vient d’ailleurs d’écrire une lettre au G8 pour demander de ne pas dissocier l’éthique de l’économie.

On peut ne pas être d’accord […]" (suite).

Partager cet article

5 commentaires

  1. Vive le Pape! “Viva el Papa!” point barre.

  2. Vous oubliez l’essentiel, la cause de tous nos maux, c’est bien dommage, le régime contraire à la Doctrine sociale de l’Eglise : la république, régime franc-maçon, cathophobe et satanique que nous supportons depuis 200 ans. Le régime légitime, c’est la Monarchie, avec le Roi Très Chrétien sacré à Reims, lieutenant de Dieu sur Terre. “Tout pouvoir [légitime] vient de Dieu.” avec application du droit d’aînesse pour la loi de succession.
    A bas la Gueuse !
    Vive Louis XX !

  3. Ce rappel par le Saint Père d’une évidence que tout le monde fait semblant d’ignorer m’a remplie d’espoir. Puissent nos politiques entendre ce que François 1er leur a dit et le mettre en pratique.
    Désormais mes choix électoraux vont être déterminés par la réponse à cette question : allez-vous oui ou non abroger ces lois scélérates ? Si oui, vous aurez ma voix. Sinon, allez vous faire pendre ailleurs.
    Si tous les catholiques de France pratiquent ce tri certes un peu obtus mais très clair, le paysage va changer.

  4. On ne pourrais pas abroger une loi qui dit que deux et deux font cinq ?
    Bon courage pour continuer à faire des maths dans ces cas là….

  5. Nos médias qui ont pris un malin plaisir à opposer le Pape François à Benoît XVI (TF1 se demandait même – avec une fausse naïveté ou par idiotie ? – si le Pape allait prêcher des nouveautés sur l’avortement et le mariage homo) ne vont pas tarder à lui sauter dessus main dans la main.
    Et Hollande qui disait se réjouir de travailler avec le Pape François, allez ! maintenant, il faut enlever cette loi scélérate !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services