Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Histoire du christianisme

Abrogation de la Terreur : 51 sénateurs soutiennent Bruno Retailleau

Dans un communiqué, le sénateur Bruno Retailleau explique l'intérêt de sa proposition de loi :

"Les 1er août et 1er septembre 1793, la Convention votait deux décrets, dits d’anéantissement et d’extermination de la Vendée. C’est sur ce fondement légal que furent organisés les massacres de masse dont furent victimes les Vendéens.

Ces deux textes étaient d’autant plus iniques qu’ils furent appliqués dans leur pleine rigueur après l’écrasement de l’armée vendéenne, alors même que la Vendée ne représentait plus un danger pour le pouvoir en place. Loin d’entreprendre une œuvre de pacification, la Convention mit au contraire en place une véritable logique de terreur, incarnée par les Colonnes Infernales, et dont tous les historiens s’accordent aujourd’hui à reconnaître l’issue tragique.

Or, ces deux décrets n’ont jamais été formellement et explicitement abrogés.

C’est pourquoi Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée, vient de déposer au Sénat une proposition de loi d’abrogation de ces deux décrets, cosignée par 51 sénateurs. Il ne s’agit pas d’une proposition de loi mémorielle, qui imposerait une vision officielle de l’histoire ou qui inciterait la représentation nationale à faire acte de repentance. Il s’agit de rompre symboliquement avec une législation contraire aux Droits de l’Homme, au premier rang desquels figure la dignité humaine."

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

7 commentaires

  1. Pas de repentance surtout…Les vrais vendéens ne se satisferont pas de ce faux semblant…Rembarre

  2. Il aurait pu en profiter pour proposer l’abrogation de l’article 2 de la loi du 24 juin 1950.
    La loi du 26 juin 1886 est abrogée par la loi du 24 juin 1950, sur proposition du député Paul Hutin-Desgrées[1]. L’article 1 abroge la loi; l’article 2 dispose toutefois:
    « Au cas où les nécessités de l’ordre public l’exigerait, le territoire de la République pourra être interdit à tout membre des familles ayant régné en France par décret pris en Conseil des ministres. »
    Cet article interdit toujours à notre Roi, Louis Alphonse de Bourbon, de revenir à la tête de son royaume…

  3. Ce n’est pas la loi qui interdit Louis de Bourbon, mais son peu de goût pour se battre dans l’actuelle fange française.
    On le comprend.
    Au contraire son cousin Jean est tout disposé, mais il n’a aucun charisme.
    Et Dieu sait qu’il en faudrait pour pénétrer les idéologies, les médias, et tous les correctitudes du monde !

  4. Comme doit s’amuser à dire de là où il demeure notre ami Vladimir Volkoff :”ce n’est qu’un début continuons le combat”.
    J’observe que le nombre de sénateurs paraît proche, si je me souviens bien, de celui des opposants à la recherche sur les embryons , en février dernier.
    C’est à la fois très peu , compte tenu de la gravité de l’enjeu, mais c’est beaucoup aussi compte tenu des “deux siècles de mensonges” qui ont précédé, comme l’avait judicieusement souligné son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de Russie dans une tribune ,en effet libre pour le coup, du Figaro au moment de la commémoration des massacres de Katyn.
    Que ces lucides sénateurs soient sincèrement remerciés pour l’effort de libération et de réconciliation qu’ils accomplissent pour notre pays et au-delà pour l’humanité toute entière.

  5. Pendant qu’on y est on pourrait aussi abroger la condamnation à mort du Gal.deGaulle, soigneusement archivée à Vincennes…

  6. Pour l’ abrogation de la condamnation à mort du sieur de Gaulle, si mes souvenirs sont exacts, c’est lui-même qui s’y est opposé. Logique de sa part puisqu’il considérait que le régime de Vichy était illégitime et donc tous ses actes.

  7. Voici le nom des sénateurs qui ont cosigné la proposition de loi de Bruno Retailleau : Par MM. Bruno RETAILLEAU, René BEAUMONT, Michel BÉCOT, Claude BELOT, Jean BIZET, François-Noël BUFFET, Christian CAMBON, Jean-Noël CARDOUX, Marcel-Pierre CLÉACH, Raymond COUDERC, Francis DELATTRE, Robert del PICCHIA, Mmes Catherine DEROCHE, Marie-Hélène DES ESGAULX, MM. Éric DOLIGÉ, Michel DOUBLET, André DULAIT, André FERRAND, Bernard FOURNIER, Christophe-André FRASSA, Francis GRIGNON, François GROSDIDIER, Michel HOUEL, Alain HOUPERT, Mme Christiane HUMMEL, MM. Benoît HURÉ, Jean-Jacques HYEST, Marc LAMÉNIE, Daniel LAURENT, Jean-René LECERF, Jacques LEGENDRE, Dominique de LEGGE, Jean-Pierre LELEUX, Claude LÉONARD, Philippe LEROY, Jean-Louis LORRAIN, Roland du LUART, Michel MAGRAS, Philippe MARINI, Pierre MARTIN, Alain MILON, Albéric de MONTGOLFIER, Jackie PIERRE, Hugues PORTELLI, Charles REVET, André TRILLARD, François TRUCY, Pierre BERNARD-REYMOND, Philippe DARNICHE, Jean-Paul AMOUDRY, Joël GUERRIAU et Jean-Claude MERCERON. Qu’ils en soient remerciés !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services