Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

A quand un vrai chef d’Etat pour la France ?

C'est la question clé de toute solution politique pour notre pays, selon l'analyse d'Hilaire de Crémiers dans le numéro de février de Politique Magazine.

Un chef d’Etat, un vrai ! C’est ce qu’attend la France. Pas un candidat qui réussit, mais un chef. Et qui sera en mesure de prendre toutes les décisions qui s‘imposent pour le salut de la France.

Serait-il possible que la France ait un jour un chef de l’État ? D’une légitimité telle qu’elle soit incontestable ? Qu’il puisse être cette personne dont la constitution de la Ve République définit la fonction en son titre II, de l’article 5 à l’article 19 ? Mais voilà : son mode de désignation est aujourd’hui tel qu’il empêche l’exercice correct de cette magistrature parce qu’il porte atteinte à l’esprit même de l’institution.

La France sans chef

De l’effroyable chaos partisan que crée, maintenant de manière durable, l’élection présidentielle, avant, pendant et après, peut-il émerger une personnalité capable « d’assurer, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État », « d’être le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, du respect des traités », « de nommer » souverainement « le Premier ministre », « de soumettre au référendum » un projet de loi, « de signer les ordonnances et les décrets » délibérés en Conseil des ministres, sans provoquer immédiatement l’effervescence des factions opposées ; et que dire s’il s’avisait de prendre des mesures extraordinaires qui seraient exigées par des circonstances exceptionnelles ?

À trois mois de la prochaine élection présidentielle qui mettra fin au calamiteux quinquennat de François Hollande et qui est censée ouvrir une ère nouvelle, n’y a-t-il donc personne pour énoncer avec simplicité cette évidente contradiction qui est au coeur de notre système politique et qui en altère profondément le fonctionnement ? Chacun des candidats, actuels ou futurs – et ils sont déjà nombreux ! – est trop persuadé que son tour viendra une prochaine fois pour vouloir mettre en cause des procédés institutionnellement aussi nocifs. Et les partis qui vivent politiquement et financièrement de ce désordre permanent ne se risqueront pas à en interrompre le cours, la France dût-elle en périr. En France – et parce qu’elle est la France et que son histoire est une leçon en elle-même –, cette situation est plus grave qu’elle ne le serait en aucun autre pays civilisé. Cette chienlit perpétuelle lui est funeste. Pas un Français qui ait le cœur un peu haut placé, pour ne pas le ressentir !

L’avilissement de la fonction

Les primaires de la gauche comme celles de la droite ont illustré la vanité et la vacuité de la politique politicienne en France. Quel avilissement ! Ravaler la dignité du chef de l’État à cette comparution devant des jurys de journalistes ! Quel misérable spectacle que celui d’une nation réduite dans son expression à une salle de classe ! Des petits « profs » qui font les savants et qui harcèlent de questions péremptoires de minables élèves qui doivent répliquer à la moindre injonction. Mais la direction de la France ne relève pas d’un concours !

D’où l’absurdité de tant de paroles et d’engagements : à droite, des palanquées de chiffres soupesées aux balances d’improbables budgets ; à gauche, des palanquées de promesses, de droits à « qui qu’en veut »,  selon la chanson, de faire naître des enfants ou de les tuer à volonté et gratuitement, de mourir, de jouir, de ne plus travailler, jusqu’au revenu universel financé sur le miracle de recettes introuvables. Voilà un futur chef de l’État qui doit dire ce qu’est l’école « républicaine », comment il faut y enseigner, à quel âge l’enfant doit être orienté, mais tout aussi bien comment l’hôpital devrait fonctionner, quel est le périmètre de la Sécurité sociale, ou encore combien de gendarmes, de policiers, de juges, de médecins il convient de déployer sur le territoire. Et chacun de rajouter des précisions, des projets dans son programme, sans jamais s’arrêter sur les vraies causes de tant de gabegies, de pagailles, d’incuries, de désorganisation généralisée.

Où est le chef de l’État ?

Qui aura le courage de dire : « Et la France ? » Le vrai chef de l’État s’occupe de la France et de la France seule, ce qui ne veut pas dire isolée. C’est sa mission essentielle. Il assure la politique générale du pays ; il lui donne sa place dans le monde ; il garantit l’ordre intérieur qui permet la prospérité et conforte les libertés réelles. Si le chef de l’État remplit bien sa fonction, les affaires de la France se porteront d’autant mieux ; tout le monde en tirera profit. Comment ces vérités élémentaires ne sont-elle jamais rappelées ? Le chef de l’État n’a pas à répondre à toutes les envies du moindre hurluberlu qui se prend pour un citoyen supérieur, aux réclamations des éternels agités, aux


hurlements des groupuscules qui s’imaginent être la conscience avancée du monde et qui ne sont généralement que des instruments de puissances obscures et financièrement vicieuses. Et il n’est pas chargé de répartir les richesses, de juger des bons et des mauvais élèves, de promouvoir l’égalité partout, de changer les mœurs, d’endoctriner le peuple, d’accueillir l’étranger au mépris des intérêts les plus certains du Français, de légaliser à tour de bras les dispositifs qui aboutissent à la destruction des familles, des traditions, des patrimoines, des consciences, de la vie. L’État a usurpé toutes ces fonctions qui justifient le politicien dans ses prétentions ; il se comporte exactement comme une contre-Église, mais totalitaire, ce qu’il est devenu de fait et de droit et ce qui est voulu. Les dernières lois en sont l’illustration. Aucun homme politique n’est vraiment libre par rapport à cette sourde et continuelle pression qui est une oppression. Il ne peut pas parler de la France et à la France ; il est contraint à un langage convenu, ce qu’on appelle des éléments de langage. Pour plaire à qui ?

C’est une fin de régime

L’élu de la primaire de la gauche sera confronté, d’une part, à Jean-Luc Mélenchon et, d’autre part, à Emmanuel Macron. Il n’a évidemment aucune chance et il devra se désister, ce qui sera une fin ridicule. Cela a déjà été prévu dans ces colonnes. Aujourd’hui Macron rallie les suffrages ; il se montre plus candidat que tous les autres candidats. Est-ce la marque d’un futur chef de l’État ? Il dit tout et le contraire de tout, autrement dit rien. Ça plaît ! Sauf qu’il se croit et ce n’est jamais bon de trop se croire.

Fillon, lui, sera attaqué de toutes parts – et ça ne fait que commencer ! – de l’extérieur et de l’intérieur de son parti et, à chaque fois qu’il cédera à quelque chantage, il fragilisera sa position. Il oscillera, au milieu de factions et d’ambitions qui se déchirent, entre la crainte d’être soupçonné de quelques velléités réactionnaires à cause de son électorat premier et la peur de perdre le soutien des puissants à qui il sera forcément redevable.

Marine Le Pen joue sa partie. Elle a l’avantage d’une position patriotique nette qui plaira de plus en plus à des Français dépouillés de leur nationalité, de leur civilisation, de leur travail, de leur milieu de vie. Mais, à force de réduire son programme, sous l’influence de son entourage, à la seule économie dirigée et assistée, sans tenir compte des aspirations d’une France qui veut revivre spirituellement, elle risque de perdre son souffle dans une guerre impitoyable où, malgré toutes ses protestations, elle sera considérée comme l’Ennemi du genre humain.

Le plus probable et même le certain, c’est que l’élu de la présidentielle – quel qu’il soit – se trouvera dans une situation de déliquescence politique telle que, même avec une majorité à la chambre, il sera bien en peine de gouverner malgré les rodomontades des campagnes électorales et qu’il suffira de quelques difficultés majeures, dès aujourd’hui prévisibles, sécuritaires, économiques, sociales et surtout financières pour que la question du pouvoir se repose dans toute son acuité.

À quand la recherche d’une vraie légitimité ? 

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

12 commentaires

  1. Quand elle remettra le Christ Roi à l’honneur.

  2. Le Système démocratique ne peut produire que ce qu’il produit.
    En 1799, il fit appel à Bonaparte, en 1958 à De Gaulle…
    Trouver une pépite dans un égout, c’est presqu’impossible…

  3. Un seul chef !!
    Louis descendant des Capétiens, l’aîné par progéniture mâle dans l’ordre de succession à la Couronne de France selon les règles de Dévolution de la Couronne. Notre Roy, lieutenant de Dieu.
    Le reste ? Vous commencez par voir vous-même la pitrerie, des sans charisme, des aboyeurs, doublés d’assassins des plus fragiles, tous ces Hérode modernes, vicieux, malhonnêtes et malsains qui vont chercher les victimes de leurs systèmes humains immondes jusqu’au sein des mères qu’ils pervertissent.
    Ouvrez les Yeux, à minima vous qui vous prétendez catholiques, ne soyez plus complices de ces atrocités ……… C’est un devoir SUPERIEUR à toutes idées d’appartenances à une fausse démocratie, à une illégitime république, mais vrai dictature idéologique qui vous prive de votre liberté fondamentale.
    Reveillez-vous !

  4. “Qui aura le courage de dire : « Et la France ? » Le vrai chef de l’État s’occupe de la France et de la France seule, ce qui ne veut pas dire isolée. C’est sa mission essentielle. Il assure la politique générale du pays ; il lui donne sa place dans le monde ; il garantit l’ordre intérieur qui permet la prospérité et conforte les libertés réelles. Si le chef de l’État remplit bien sa fonction, les affaires de la France se porteront d’autant mieux ; tout le monde en tirera profit. Comment ces vérités élémentaires ne sont-elle jamais rappelées ?”
    C’est ce que propose François Asselineau. le moyen, c’est le FREXIT. Le président est au service du peuple français.Il faut sortir de l’Europe , de l’euro et de l’OTAN, pour retrouver notre liberté.

  5. Vous ne l’ignorez pas, je suis un inconditionnel du Grand Charles… Il y a pourtant quelquechose où j’estime qu’il s’est trompé sur toute la longueur, c’est l’élection au suffrage universel du président de la république !
    Avec les années, le niveau moral et intellectuel des français a énormément baissé, et la qualité comme la capacité des candidats et des élus à la plus haute charge n’a cessé de baisser en parallèle… L’affaire Fillon n’augure rien de bon pour l’échéance qui approche, et Dieu merci, tout ne va pas bien chez les socialistes non plus…
    Je crois fermement que notre pays retrouvera le chemin de la réussite, de l’honneur et de la grandeur que lorsqu’elle aura retrouvé son roi !
    Vive monseigneur Louis de Bourbon, Duc d’Anjou, roi de droit pour notre si beau royaume de France !

  6. Le Roi !!!

  7. Notre futur chef d’état est le général Didier Tauzin.
    Aidons le, le plus possible..a redonner sa dignité à la France
    Si Marine Le Pen arrive au pouvoir, que ce soit lui le premier ministre.
    Alors il y aura une bonne complémentarité.

  8. Pourtant ce n’est pas difficile :
    Louis Alphonse de Bourbon de jure Louis XX.

  9. Vous oubliez le Général TAUZIN dont le discours très Gaullien pourrait être , devrait être cet homme au-dessus des partis et de leur chienlit interne .

  10. voter le general tauzin et civitas etnon les ordures tel que umps sioniste marxk
    iste leniniste maçonique depuis 40ans

  11. Qui aura le courage de dire “Et la France?”
    Philippe de VILLIERS a eu ce courage, mais trop tôt.
    Aujourd’hui, Philippe de Villiers est encore là, mais il est sorti du cycle électif, ce qui présente l’avantage d’avoir totalement libéré sa parole (Cf son magnifique discours à l’issue de la Marche pour la vie).
    Ce même combat pour la France se poursuit avec les anciens cadres et militants de Philippe de VILLIERS et du parti qu’il avait créé, le MPF, qui ont rejoint DEBOUT LA FRANCE (DLF), et son Président Nicolas DUPONT-AIGNAN.
    Certes, certains des membres de DLF ne sont pas parfaitement en phase avec certains lecteurs du Salon Beige, mais raison de plus pour venir soutenir un peu plus la tendance villiériste de DLF.
    C’est le moment, et ce ne sera pas une goutte d’eau dans l’océan (alors que les Sens communs sont une goutte d’eau dans l’océan LR).

  12. Depuis Louis XIII, dernier roi catholique lieutenant de Dieu, il n’y a eu que des chefs d’état minables ou bien excellents au temporel mais toujours tournés vers leur propre intérêt. De Louis XIV à Flamby, Louis XVI exclu, c’est la décadence continuelle.
    Avec le mollasson actuel on a atteint le fond mais certains creusent toujours genre Fillon, Hamon, Macron …

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services