Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

A quand l’équité positive pour les mères ?

Christian Vanneste défend la retraite des mères de famille :

V "Depuis Aristote, la réflexion philosophique et politique définit l’équité comme étant la correction intelligente de la loi générale. L’égalité est de nos jours devenue une obsession dont on se demande si elle ne nous conduit pas à renoncer à 25 siècles d’intelligence politique. Certes, la loi nous amène à reconnaître l’égalité des deux sexes que différencie la nature. Pour autant, l’intelligence et la lucidité devraient nous faire admettre que toute société quelle qu’elle soit doit accepter une définition des rôles sociaux qui tienne compte des différences naturelles. C’est ainsi que le rôle maternel est nécessairement attribué aux femmes et que celles qui deviennent mères, en élevant leurs enfants, consacrent une part importante de leur temps à cette mission essentielle à la société et à son avenir. A partir de ces évidences, il semble logique que l’équité s’applique au détriment de l’égalité et qu’ainsi les conditions différentes de retraite bénéficient à celles qui ont été mères. Il est curieux de constater qu’à l’époque où l’on parle de « discrimination positive », parfois de façon absurde, on ne reconnaisse pas cette équité positive (excusez le pléonasme !) en faveur du mérite : il est bien sûr indispensable que l’intelligence française, qui est notamment à l’origine d’une politique familiale jusqu’à présent efficace, se rebelle contre une application aveugle et injuste d’un article de la CEDH."

Partager cet article

1 commentaire

  1. “Que l’équité s’applique au détriment de l’égalité…”
    C’est évident. Ce n’est tout de même pas l’homme qui porte l’enfant !
    Les femmes “construisant” le renouvellement des générations (dans leur entrailles) ont déjà été “amputées” (par le travail) de leur vocation d’éducatrice, il est juste qu’elles soient en quelque sorte “remerciées” (ou reconnues) pour les enfants qu’elles ont fait naître.
    Ne dit-on pas : “mettre au monde” ?
    On peut aussi considérer qu’il y a encore une grande disparité, à travail égal, dans les salaires masculins et féminins.
    Tant que l’on n’aura pas une politique familiale qui reconnaîtra la vocation et les tâches réelles insdispensables de la cellule basique de notre société, l’état sera toujours le “Profiteur”.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services