Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

A Calais, les deux misères

Chronique de Guillaume de Prémare, sur Radio Espérance :

"« Ici on craint de rentrer dans les grappes de migrants qui hantent nos bords de voies rapides et d'autoroutes. » Voilà ce que m'écrit Anne Josnin hier, depuis sa région de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais. Mais si Anne a pris la plume, ce n'est pas pour me signaler un problème de sécurité routière, c'est pour me dire la détresse, l'exaspération et le sentiment d'abandon des honnêtes gens de l'Audomarois et du Calaisis.

Car il y a bien deux détresses qui s'affrontent dans la région : celle des migrants — qui vivent dans des tentes ou cabanes de fortune, dans des gymnases ou des squats — et celle des honnêtes gens du cru qui n'en peuvent plus. Anne me dit que « les discours raisonnables n'ont plus prise face à l'exaspération, au sentiment d'injustice, au constat d'impunité, à l'accumulation de frustrations, de mécontentement, d'inquiétude, de souffrances non prises en compte ».

Il y a l'insécurité bien sûr : les témoignages d'agressions relayés par Radio6 tournent en boucle sur le web. Et il y a les batailles rangées entre migrants dont le site d'information Nord Littoral se fait l'écho : Érythréens contre Éthiopiens à Calais, Égyptiens contre Afghans à St Omer. « Ils partagent le même fossé mais pas la même langue », dit Anne, avant d'ajouter que « les bénévoles débordés et épuisés, sont mal vus partout ». (…)

Faire la morale ne sert à rien. Au contraire, cela aggrave le sentiment d'abandon et d’incompréhension. Peut-être demain, des petits, des « sans-pouvoir », vont s’affronter et seront réprimés par les puissants. Ces puissants qui, d’une certaine manière, ont voulu ce qui arrive : c’est à dessein, pour servir leur cupidité, qu’ils ont fait des frontières de l’Europe des passoires pour les marchandises, les capitaux, et bien sûr les hommes. Tout cela, c’est tout un.

Dans le même temps, je lis dans Le Monde que le Luxembourg, « plaque tournante de l’évasion fiscale », a organisé l’évaporation de « milliards d’euros de recettes fiscales » grâce à « des accords fiscaux secrets » avec « plus de 300 multinationales ». Que nul ne vienne me dire, de Bruxelles ou d’ailleurs, que c’est l’âme du peuple qui est malade."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique