Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Société

90 prêtres ont connu la déportation verticale un certain 16 novembre

Martyrisés pour leur foi et en refus de l'idéologie de leur époque. Depuis 1789, les catholiques sont confrontés aux totalitarismes, fruits d'un monde qu'ils veulent sans Dieu :

"16 novembre 1793. À Nantes, l'infâme Carrier fait noyer 90 prêtres réfractaires dans la Loire.

Certains ont inventé la chambre à gaz, Jean-Baptiste Carrier, lui, a mis au point la "déportation verticale" dans le fleuve. L'objectif est toujours le même : éliminer rapidement et à moindres frais des condamnés trop nombreux. Pour se faire la main, l'envoyé de Paris, chargé de mettre fin à la révolte vendéenne par tous les moyens, commence avec 90 prêtres réfractaires emprisonnés à Nantes. Il demande à son bras armé, l'adjudant général Guillaume Lamberty, et à ses hommes, la compagnie Marat, de les noyer dans la Loire, le "fleuve républicain".  

C'est ainsi que, le 16 novembre 1793, à la nuit tombée, la femme Pichot voit débarquer, dans son auberge de la Sécherie, Lamberty, son adjoint Fouquet et quelques hommes à la mine patibulaire. Ce n'est pas la première fois qu'ils viennent. Voilà quelques jours, ils ont demandé aux menuisiers de Baudet d'installer des trappes au fond de gabares, des péniches à fond plat. Bizarre ! Mais la femme Pichot n'est pas née de la dernière pluie. Elle se doute que cette activité a un rapport avec les prêtres réfractaires enfermés dans la galiote ancrée à proximité, La Gloire. Ne serait-ce pas pour les noyer ? Mais elle se garde d'en parler, ne voulant pas subir les foudres révolutionnaires, comme on dit.

Ces prêtres emprisonnés sont au nombre de 90. Pour certains, cela fait plusieurs mois qu'ils ont été arrêtés pour avoir refusé de prêter le serment de la constitution civile du clergé. Le 25 octobre, le Comité révolutionnaire de Nantes les a fait emmener dans une prison flottante, La Gloire, ancrée devant la Sécherie. Le plan de Lamberty, on l'a compris, est de faire transférer les malheureux sur les gabares modifiées qui seront coulées au milieu du fleuve. La veille, le 15 novembre, il a demandé au commandant chargé de la surveillance des prêtres de supprimer toute garde cette nuit-là afin qu'il n'y ait pas de témoins de la noyade. Il fait même preuve d'un machiavélisme admirable en faisant croire aux prisonniers qu'ils seront emmenés la nuit suivante au château de la Musse et leur recommande donc de déposer entre les mains du commandant tous leurs objets précieux qui leur seront rendus une fois arrivés dans leur nouvelle prison" (suite).

Partager cet article

3 commentaires

  1. Honte à la république !
    Qu’un catholique m’explique comment il peut crier “Vive la Répubique !” sans se trahir.

  2. La république a commis 10 fois plus de crimes en 140 ans que la monarchie en 1300 ans. Outre la révolution française, elle a permis la défaite de 70, la saignée de 14, la débâcle de 39 et la fin désastreuse de la guerre d’Algérie. La république n’a aucune volonté, elle ne comprend pas par exemple cet adage tout simple : “Pour avoir la paix, prépare la guerre !”. A part tuer ses compatriotes, la république n’est bonne à rien, et nous ne sommes pas au bout de nos surprises.

  3. Vous n’avez décidément rien compris! Cet acte était intrinsèquement démocratique! Ce sont ces prêtres qui se sont condamnés eux-mêmes!
    Non mais enfin!
    Pauvre France

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]