8 mai 1429 : Orléans est libérée

"Grand Dieu, sauvez la France !"

Jda

Les cérémonies militaires en l'honneur de Jeanne d'Arc.
Les festivités à Orléans.

"Les honneurs qu'on me rend, c'est Dieu qui les réclame
C'est lui qui me conduit, c'est lui qu'il faut louer
Sans lui vous eussiez vu mes efforts échouer".

Extraits de "Jeanne d'Arc poème en six chants" par François Amand de Gournay :

"Jeanne comme un vieux chef conduit toute l'armée.
Sa noble voix console et rappelle au combat
eux qu'au sein des revers le désespoir abat,
Les aidant à souffrir les travaux de la guerre.
Elle invoque le nom du grand roi de la terre :
"Que chacun, disait-elle, ait espérance en Dieu,
L'heure approche où l'Anglais partira de ce lieu
Son exil c'est le ciel qui par moi le publie".
(…)
Mais malgré ses douleurs qu'elle endure en silence
Sur son blanc palefroi légèrement s'élance.
L'héroïne portant son étendard sacré
Jusqu'au bord du ravin ses pas ont pénétré.
A sa vue étonnés les fiers ennemis tremblent;
Rassurés à leur tour les Français se rassemblent
Et redoublant d'ardeur retournent à l'assaut.
Le boulevard par eux est gravi d'un seul saut
Malgré cent coups divers qui menaçaient leur tête.
En vain pleuvent les traits lancés par l'arbalète,
En vain la poudre brûle et le boulet bondit,
Plus le danger s'accroît plus la valeur grandit,
Plus les guerriers blessés voudraient se battre encore.
(…)
L'héroïne a repris sa marche triomphale
Et déjà d'Orléans touchant la cathédrale,
Elle passe humblement sous le divin portail
Déjà sanctifiant son glorieux travail
Au son lent et joyeux des cloches ébranlées,
Au ravissant concert de cent vierges voilées
Qui portaient l'habit blanc des anges immortels.
Devant le soleil d'or brillant sur les autels
Sous la douce vapeur d'un odorant nuage
Qui de l'urne échappée embaumait son passage,
Jeanne au milieu du peuple amassé sur ses pas
Chante en un Te Deum l'arbitre des combats,
Celui qui prit pitié de son peuple fidèle,
Celui dont seulement la gloire est éternelle,
Celui qu'en son palais éclatant de saphirs,
Chante l'auguste chœur des saints et des martyrs".

Lahire

5 réflexions au sujet de « 8 mai 1429 : Orléans est libérée »

  1. ALM

    Fort intéressant. Ce matin, nous avons eu la messe solennelle avec Mgr de Germigny : lisez son homélie qui devrait être disponible sur le site de l’eveché d’Orléans sans trop de retard : remarquables à la fin ses paroles sur l’université…C’était percutant et juste. Très belle messe au demeurant, devant un parterre de personnalités qui ont du s’apercevoir que l’Eglise est encore bien vivante et aime les belles choses !
    Pour le reste, comme le déplore Mgr Fort, c’est bien laïque, mais bien suivi.

  2. Joel Dubois

    En l’honneur de Sainte Jeanne d’Arc, me semble-t-il !
    [Eh oui, on aimerait bien, mais vous savez bien que ce n’est pas la sainte, mais la femme que la République honore. C’est pour cette raison que je mets juste en dessous cette phrase de Sainte Jehanne pour changer le niveau et le remettre à sa juste place. Lahire]

Laisser un commentaire