Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / L'Eglise : L'Eglise en France

600 croix pour les agriculteurs suicidés à Sainte-Anne d’Auray

Six cents croix pour éveiller les consciences et rendre hommage aux agriculteurs victimes de suicides, lors d’une journée commémorative, le 11 octobre, à Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan) : c’est l’idée du maraîcher Jacques Jeffredo, avec l’appui de son évêque, Mgr Raymond Centène.

Image1"600 suicides par an dans le secteur de l’agriculture ! D’où sort ce chiffre terrifiant ?

Allez faire un tour sur les études de l’Institut national de veille sanitaire (INVS)(1). Ce dont j’ai peur, c’est qu’il y en a sans doute bien plus. Parce que ce type d’étude ne prend pas en compte, par exemple, les petits agriculteurs de moins de dix hectares (2). Depuis début 2015, on m’a signalé par téléphone entre dix et vingt suicides sur mon département (Le Morbihan, N.D.L.R.). Admettez qu’il y en a quinze et multipliez ce chiffre par la centaine de départements français : on arrive à 1 500 ![…]

Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Profond mal-être. Soucis financiers. Manque de reconnaissance. Manque de sommeil aussi. Les agriculteurs travaillent soixante-dix heures, dit-on, mais ils sont sûrement plus près de quatre-vingt-dix.

Il faut dire que leur métier est le seul dans lequel le producteur se voit imposer son prix de vente. Quand vous allez chercher votre pain à la boulangerie, ce n’est pas vous qui dites à la boulangère : « Tenez, je n’ai que cela à vous donner ! »

Ce matin encore, sur RCF, j’entends le directeur du Salon de l’Agriculture de Rennes parler de compétitivité. « Les Allemands sont compétitifs. » C’est ce qu’on nous dit tous les jours. Ce monsieur sait-il combien il y a de suicides en Allemagne chez les agriculteurs ? Au minimum 500 par an !

On demande toujours plus aux agriculteurs. Plus de travail. Pendant quelques années, on leur a demandé de faire des chambres d’hôte à la ferme. Connaissez-vous un seul métier où l’on vous dit : « On ne vous donne pas de salaire. Mais à la fin du mois, si vous voulez un salaire, faites un autre métier à côté ? »[…]

D’où la journée que vous organisez le dimanche 11 octobre à Sainte-Anne-d’Auray ?

Oui. L’évêque de Vannes, Mgr Raymond Centène, célébrera une messe à la basilique à 11h. Il bénira ensuite une stèle d’Yvon Nicolazic dédiée aux agriculteurs et à leurs familles. Puis deux conférences auront lieu, dont une par une psychologue qui accompagne les familles en deuil. Elle s’adressera aux proches de personnes qui se sont donné la mort, agriculteurs ou non.

Ce jour-là aussi, six cents croix seront temporairement installées le matin, sur le parvis de la basilique, comme un mémorial pour les agriculteurs disparus. L’idée m’en est venue lorsque Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, est venu au Mémorial de la guerre de 14. J’ai proposé cette idée à l’évêque, et il a tout de suite accepté.[…]

Partager cet article

15 commentaires

  1. Je n’aime pas l’expression “victime d’un suicide”. Le suicide est un péché. Il faut prier pour ceux qui se sont suicidés.
    Mais il faut reconnaître que bien souvent les suicides sont provoqués par toutes sortes de causes qui sont autant de circonstances atténuantes, comme c’est le cas pour les paysans aujourd’hui. C’est sur ces circonstances que prend appui notre prière.
    Et nous prions aussi pour avoir la force de combattre ces causes, et d’aider les proches de ceux qui se sont donné la mort.

  2. La France, pays de la “liberté”, du “modèle social” et du “modèle culturel”, c’est
    10 000 suicides par an : personne n’en parle, sujet tabou…
    A l’inverse, on nous harcèle avec les 1700 tués de la route ( on vient de 17000…)
    Cherchez l’erreur

  3. La France est un peuple de paysans, la socialie est un parti de cloportes.

  4. Cela part d’un bon sentiment et ce sera un bel hommage.Merci pour eux…si nombreux.

  5. “45.000 suicides par an dus au chômage dans une soixantaine de pays”
    http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/02/11/09005-20150211ARTFIG00342-45000-suicides-par-an-du-au-chomage-dans-une-soixantaine-de-pays.php
    Çà mérite aussi quelques croix, non ?

  6. Parmi les français qui déplorent le sort de nos agriculteurs, combien font leur courses au marché ? au marché paysan ? dans une AMAP ?
    Réveillons-nous, rien ne changera d’en haut. C’est en bas que cela peut changer. Cela commence par nous.

  7. très belle initiative

  8. C’est choquant qu’en France, pays de l’agriculture on se tue, et pas seulement à la tâche, mais parce qu’on ne peut pas subvenir à ses besoins alors qu’on va nourrir les autres!
    Quelle société injuste et superficielle !

  9. Cela ne doit pas être suffisant puisque l’on pousse à l’euthanasie et à toujours plus d’avortements !!!

  10. @ Gerbert
    Si l’on parle (un peu …) du suicide des agriculteurs, c’est car c’est la profession la plus touchée par ce fléau (en prenant 400 par an pour 500 000 agriculteur), or, il y a 2 générations c’était la moins touchée.
    Et cela est révèle une injustice énorme pour cette population que l’on fait travailler le double des autres pour nous nourrir, pour une rémunération dérisoire pour plus de la moitié d’entre eux.
    Sinon, évidemment que le suicide d’un chomeur, d’un policier, d’un postier, d’un technicien de surface d’un haut fonctionnaire, est toujours un drame humain, comme celui d’un paysan.

  11. L’idée est certes généreuse, mais la réalisation de bien mauvais goût… (sans parler du prix que les fidèles règleront encore une fois de leur poche.)
    En tant que paysan catholique du diocèse de Vannes, je connais assez la situation d’impasse de l’agriculture dans le Morbihan comme dans le reste de la Bretagne ainsi qu’une bonne partie de la France.
    L’Eglise oublie un peu facilement qu’elle a sa part de responsabilité dans ce désastre.
    Par le biais de l’Action Catholique et de la JAC, elle a contribué dans les années 50 et 60 à l’industrialisation sans limite et sans discernement de l’agriculture sans pour autant garder dans son sein les agriculteurs qui sont aujourd’hui majoritairement matérialistes, voire agnostiques ou indifférents.
    Pour preuve, il n’y a qu’à voir le taux de participation aux Rogations, quand elles existent encore.
    Il est toutefois indéniable que jusqu’à une certaine époque cette action fut bénéfique, il y avait des choses à faire évoluer, mais pas jusqu’à ce point de non-retour…
    Par la suite, la machine emballée, et les tentatives de modernité alternative se sont muées en modernisation forcée des campagnes qui allait de pair avec la modernisation de la liturgie et la destruction des traditions populaires.
    Les chambres d’Agriculture de Bretagne sont aujourd’hui massivement monopolisées par la FNSEA et ses réseaux mafieux qui perpétuent la destruction de l’Agriculture et de l’environnement. Il n’y a qu’à voir le président de ce syndicat (Xavier Beulin magnat multi-millionnaire de l’agro-business qui n’est plus exploitant agricole depuis belle lurette) pour se faire une idée de l’ambiance qui règne ici.
    Les paysans qui sortent de cette doxa totalitaire en essayant de recréer une agriculture qui sorte de cette spirale de destruction sont marginalisés et caricaturés – voire emprisonnés ou jugés comme des casseurs quand ils mènent une action pour bien commun (démontage de la ferme des mille vaches, fauchages OGM…) –
    Dans le même temps, les actions violentes du syndicat majoritaire sont suivies de rallonges de subventions par les pouvoirs publics. Cherchez l’erreur…
    Les paysans qui cherchent à restaurer une agriculture humaine et responsable sont souvent éloignés de L’Eglise. Il faut dire que celle-ci a perdu (du moins sur le plan local) toute crédibilité) et c’est dans des milieux souvent éloignés d’elle que la véritable contestation s’opère (ex : syndicat de la Confédération Paysanne plutôt classé à gauche)
    Au lieu que de se remettre en cause sur sa propre responsabilité et de soutenir des alternatives qui pourraient faire sortir par elle-même la paysannerie de la crise, (auto-gestion, agriculture biologique, circuits courts, produits de qualité à forte valeur ajoutée, priorité aux petites exploitations familiales, régulation des cours par les paysans eux-mêmes…) les instances ecclésiales officielles préfèrent rester sur leur ligne de conduite historique en validant le discours du syndicat majoritaire. A savoir, réduction du nombre d’exploitation au nom de la compétitivité, caractère de plus en plus scientifique et financier de l’agriculture…
    Pour exemple de la collusion entre instances ecclésiales et milieux financiers agricoles, le spectacle (de belle qualité au passage) à sainte Anne d’Auray sur la vie du voyant de sainte Anne intitulé “Nicolazic, Paysan Breton” le Crédit Agricole, banque spéculatrice et mercantile qui se fait de l’argent sur le dos des paysans ( et des autres), banque qui a honteusement spéculé sur la dette grecque avec l’argent de ses sociétaires et qui y a perdu des milliards, était sponsor officiel du diocèse alors qu’il est peu ou prou responsable dudit suicide d’agriculteurs bretons!
    Que le diocèse de Vannes cesse ici la tartufferie ! On ne verse pas des larmes sur le sort des paysans désespérés et endettés à mort au même endroit où on a fait la promotion deux mois plus tôt d’un spectacle financé en partie par le Crédit Agricole sur le nom d’Iwan Nikolazig, exemple de sainteté et de vertu de la paysannerie bretonne.
    Il fut un temps où l’Eglise Catholique excommuniait ipso facto les spéculateurs, les usuriers et les accapareurs, cela a bien changé, maintenant, on leur cire les pompes pour qu’il se refassent une respectabilité.
    Les instances agricoles de Bretagne étaient à l’origine des émanations de L’Eglise Catholique. même si elles ont été sécularisées depuis, elles gardent le même fonctionnement de ce qu’il peut y avoir de pire dans l’Eglise : la bonne volonté et la générosité prises en otage par l’idéologie datée et l’autoritarisme.

  12. Que Mgr Raymond Centène organise une cérémonie identique pour TOUS CEUX qui se suicident.
    L’Église n’a pas à effectuer de distinctions entre les catégories sociales.

  13. Bonjour,
    Oui, 600 suicides d’agriculteurs par an, c’est horrible.
    Mais dites donc, que dites-vous quand on tue volontairement, dans le ventre de leur maman, plus de 600 bébés par JOURS !
    Merci!
    JFL

  14. ..oui, le terme est juste..!
    Nos agriculteurs sont victimes de suicide…!
    Le péché..ce n’est pas eux qui le commette..mais nous qui tolérons
    les ordures de gouvernements qui acceptent les ordres venus des EU
    et qui étouffent ceux qui nous nourrissent…
    Péché collectif dirait Saint Jean-Paul II…mais pas le leur!

Les commentaires sont fermés pour cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services