Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

6 décembre 2014 : 769ème procession aux flambeaux

Voici une vidéo de la 765e :


765 procession de st nicolas par gebern 

Le samedi 6 décembre 2014, la petite ville de Saint Nicolas de Port (7 500 habitants) verra ses habitants tripler : les festivités en l’honneur du Grand Saint réuniront toute cette foule. S’entremêleront sur cette journée défilé de chars, messe, procession dans les rues, feux d’artifices, prière et vêpres, feux d’artifices et la procession aux flambeaux dans la Basilique à 20h30.

Quelle est l’origine de l’antique procession aux flambeaux ? Quel est l’origine du pèlerinage que tout lorrain doit faire au moins une fois dans sa vie ?

Lors de la sixième croisade, Cunon de Linange, Sire de Réchicourt, fut fait prisonnier. Jamais il ne perdit espoir et toujours se souvint de Saint Nicolas, patron des prisonniers, que l’on priait dans l’église de Saint Nicolas de Port. Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1240, il fut transporté miraculeusement devant le parvis de l’église, avec ses chaînes et son carquois, et dans une grande lumière. Le bruit que firent ses chaînes, et la lumière abondante au milieu de la nuit, réveillèrent les habitants. En robe de chambre et bréviaire à la main, le  curé de l’époque constata le miracle. Un second miracle fit tomber les chaînes de Cunon, en souvenir duquel il pendit ses chaînes à une colonne de l’église. Dés 1245, Cunon décida qu’en mémoire du miracle une procession serait instituée dans l’église d’alors, église qui plus tard devint une Basilique.

Depuis cette époque, une délégation de Réchicourt vient chaque année porter la bannière du Sire Cunon de Réchicourt. Le costume du Sire est également revêtu chaque année, Sire entouré de la foule de ses pages. L’éclairage est assuré par les bougies uniquement, en souvenir de la grande lumière qui accompagna la libération miraculeuse du preux chevalier. Les chaînes (ce qu’il en reste) sont portées en procession également. Moult bannières se lèvent aux chants en l’honneur du Saint Patron, et la voix des pèlerins surclassent régulièrement l’Orgue et les cuivres qui retentissent sous les voûtes. Evidemment, les reliques et la statue du Saint Patron font partie du cortège.

Partager cet article