4ème semaine de la Neuvaine au Saint Enfant Jésus pour la promotion d’une filiation vraiment humaine en France

Du dimanche 18 février au samedi 24 février

Thème de méditation de la 4ème semaine : La Circoncision de l'Enfant Jésus

Pour aider à méditer sur le thème de cette 4ème semaine

La circoncision de Jésus symbole du baptême

Sans titreÀ Noël, la gloire du Ciel se manifeste dans la faiblesse d'un nouveau-né ! Dieu s'est fait petit enfant et c'est bouleversant… Quand on voit un enfant qui vient de naître et que l'on se dit : "Dieu s'est fait homme comme cela, dans ce dénuement… cela paraît presqu'inconcevable…" et beaucoup sont tentés de s'insurger : "non c'est impossible !…" Or à Dieu rien d'impossible, et il s'est abaissé jusqu'à nous, c'est la "kénose" – mot grec qu'emploie saint Paul (cf. Ph 2,7) et signifiant le "dépouillement de soi-même" – c'est l'abaissement de Dieu par amour jusqu'à nous.

Car la Trinité sainte a voulu que Dieu le Fils naisse parmi nous et naisse aussi en chacun et chacune d'entre nous pour que nous vivions de sa vie ! Ainsi, si l'immense et inouï mystère de l'Incarnation s'est produit une fois : à la première naissance de Jésus à Bethléem, il se reproduit sacramentellement chaque fois que Jésus renaît dans un être humain par le baptême ! Jésus par le sacrement du baptême et tous les sacrements naît en nous et nous fait naître à sa vie divine, ainsi, par les sacrements le fait historique de la naissance de Jésus qui s'est produit il y a près de 2020 années et qui transcende toute l'histoire humaine devient aujourd'hui vécu par moi ! Oui c'est bien là l'aboutissement et l'enjeu déterminant pour chacun et chacune d'entre nous du mystère de l'Incarnation : que nous renaissions à la vie de Celui qui est né pour nous ! Et comme disait le grand poète religieux allemand Angélus Silésius "Christ serait-il né 1000 fois à Bethléem s'il n'est pas né en toi c'est ta perte à jamais".

Pour permettre à Jésus de naître en nous il nous faut aussi entrer dans cette descente de Jésus jusqu'à nous, dans cet abaissement qui le conduira ultimement jusqu'à la Croix jusqu'où il a voulu aller pour moi. C'est là que nous avons à nous positionner en accueillant dans la confiance "l'Emmanuel" "Dieu avec nous" qui s'abaisse jusqu'à nous pour nous élever jusqu'à Lui ! Tout est là, et il nous faut en particulier en ce temps de Carême entrer plus résolument dans cette voie d'abaissement et d'humilité et peut être nous débarasser d'un christianisme de simples concepts pour renaître en tout notre être du Christ et que concrètement cela change notre vie !… La Vierge Marie n'a pas enfanté un concept mais un enfant en qui nous devons renaître ! En nous donnant Jésus le Père ne nous donne pas un "manuel" du parfait croyant, il nous donne "l'Emmanuel" – le 2ème nom de Jésus qui signifie "Dieu avec nous" ! Alors accueillons "l'Emmanuel" dans notre vie, il veut naître en nous pour nous combler de sa vie et de sa grâce ! Vivions ce mystère de Noël et de la vie chrétienne en disant comme la Vierge Marie qu'il me soit fait "selon ta "Parole" ; notons qu'en français le mot "parole" est une traduction faible, en effet le mot hébreu dabar, que l'on traduit par "parole", signifie "discours" comme en français mais aussi et en même temps "événement" : c'est un même mot – pour les Hébreux qui sont gens concrets – pour "parole" et "événement" et qui signifie ici en particulier que ce que Dieu dit, sa "Parole" il le réalise ! c'est une parole et en même temps un "événement" ! Et il faut que cet événement qui transcende l'histoire : l'Incarnation et la naissance de Dieu le Fils en ce monde, se réalise aussi en ma vie ! C'est l'enjeu essentiel de notre vie chrétienne et cela se fera si nous aussi, comme Jésus, nous devenons enfant, si nous aussi nous abaissons et devenons petit afin de "naître d'en haut" (Jn 3, 7) ; il nous faut "naître de Dieu " (Jn 1, 13) pour "devenir enfants de Dieu" (Jn 1, 12). Le mystère de Noël s'accomplit en nous lorsque le Christ "prend forme" en nous (Ga 4, 19). Noël est le mystère de cet "admirable échange"

"O admirable échange ! – chante la Liturgie des Heures dans l'antienne de l'octave de Noël – Le créateur du genre humain, assumant un corps et une âme, a daigné naître d'une vierge et, devenu homme sans l'intervention de l'homme, Il nous a fait don de sa divinité."

Alors pour vivre pleinement cet "admirable échange" il me faut entrer plus résolument dans cette descente jusqu'où Jésus a voulu venir pour moi y compris jusqu'à subir la circoncision qui était le signe de son appartenance au peuple juif et qui préfigurait pour nous le baptême. Ce fut le 8ème jour de sa vie, qui est traditionnellement pour les Juifs le jour de la circoncision et de l'imposition du nom, que l'Enfant de Bethléem fut circoncis et reçut le Nom de Jésus qui signifie "Dieu sauve". C'était et c'est toujours un moment solennel pour nos Frères juifs car c'est le jour de l'admission légale dans la communauté d'Israël, avec les promesses et les obligations qui s'ensuivent. Dans la vie de Jésus, le 8ème jour signifie donc l'incorporation à son peuple, l'insertion dans la descendance d'Abraham, dans le peuple de l'Alliance dont la circoncision était le signe dans la chair des Hébreux.

Le 8ème jour c'est aussi le jour de sa résurrection : en effet, Jésus est ressuscité le lendemain du sabbat – 7ème jour de la semaine – il est donc ressuscité le 1er jour de la semaine qui deviendra dès lors pour les chrétiens le jour du Seigneur le dimanche – de dominus : Seigneur. Et le dimanche qui est le 1er jour de la semaine acquièrera aussi le rang de huitième jour ou jour éternel car étant le jour de la résurrection du Seigneur et en espérance de la nôtre il nous introduit déjà hors du cycle du temps, hors du cycle des 7 jours de la semaine, dans l'éternité bienheureuse déjà commencée depuis la naissance, la mort et la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ !

Le 8ème jour de la vie de Jésus et jour de sa circoncision est donc la préfiguration de "la circoncision du Christ" qu'est le Baptême (cf. Col 2, 11-13), et ainsi le symbole de l'espérance chrétienne en la résurrection : la vie de l'enfant Jésus est plus forte que la mort ! pour que la vie de chaque enfant de Dieu soit plus forte que la mort et le péché !

Frère Jean-Marc Miele sv

A dire chaque jour de la 4ème semaine du dimanche 18 février au samedi 24 février

Dieu, viens à mon aide.
Seigneur, à notre secours.
Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,
au Dieu qui est, qui était et qui vient,

Pour les siècles des siècles. Amen Alléluia !

Notre Père qui es aux cieux…

Prière : O très doux Enfant Jésus, qui avez été circoncis au bout de huit jours et appelé du glorieux nom de Jésus, et qui, par votre nom aussi bien que par votre sang avez été proclamé Sauveur du monde, ayez pitié de nous.

Ayez pitié de nous, Jésus Enfant, ayez pitié   de nous.

Je vous salue, Marie…

Prière du Père Cyrille de la Mère de Dieu (1590-1675)

Ô Divin Enfant Jésus, j'ai recours à Vous. Je Vous en prie, par votre Sainte Mère, assistez-moi dans cette nécessité, car je crois fermement que votre Divinité peut me secourir. J'espère avec confiance obtenir Votre sainte Grâce. Je Vous aime de tout mon cœur et de toutes les forces de mon âme. Je me repens sincèrement de mes péchés et je Vous supplie, ô bon Jésus, de me donner la force d'en triompher. Je prends la résolution de ne plus jamais Vous offenser et je viens m'offrir à Vous, dans la disposition de tout souffrir plutôt que de Vous déplaire. Désormais, je veux Vous servir avec fidélité, et pour l'amour de Vous, ô Divin Enfant, j'aimerai mon prochain comme moi-même. Enfant tout puissant, ô Jésus, je Vous en conjure de nouveau, assistez-moi dans cette circonstance ; faites-moi la grâce de Vous posséder éternellement avec Marie et Joseph et de Vous adorer avec les saints Anges dans la cour céleste. Ainsi soit-il. »

Invocations à l'Enfant Jésus

Ô Saint Enfant Jésus de Prague, je me prosterne devant vous.

Ô Saint Enfant Jésus aidez-nous à donner à notre pays des lois respectueuses de l'humain 

Ô Saint Enfant Jésus aidez-nous à ne pas nous trouver esclave de la dictature de l'individu surpuissant qui voudrait fabriquer des enfants à sa mesure et pour son intérêt mercantile ou guerrier ou les sélectionner en fonction de critères subjectifs et eugénistes.

Je vous demande de protéger les enfants. Accordez-leur de grandir sous votre regard.

Je vous demande de protéger tous ceux que j’aime. Accordez-leur de vous connaître et de vous servir.

Je vous demande de protéger les familles, plus particulièrement celles qui vivent des situations difficiles. Accordez-leur votre paix.

Je vous confie tous ceux qui se sont éloigné de Vous. Accordez-leur la grâce de la conversion.

Je vous confie tous ceux qui souffrent. Accordez-leur d’unir leurs souffrances aux vôtres et réconfortez-les dans l’épreuve.

Je vous confie les âmes du Purgatoire. Accordez-leur sans tarder la gloire du Paradis.

Laisser un commentaire