Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France

2368 mosquées et 64 minarets en France

Le ministre de l'Intérieur et des cultes, Brice Hortefeux, interrogé sur le référendum anti-minarets en Suisse, a déclaré :

"La
France est une République laïque qui doit protéger l'ensemble des
cultes [la République française
doit] condamner à la fois l'islamophobie et l'islamisme radical".

Le
ministre a précisé qu'il existait en France 2368 lieux de prières musulmans recensés, allant de la simple salle de prière à la mosquée.
Parmi ces lieux de cultes, on trouve 64 mosquées ayant des minarets
dont sept ayant "des minarets élevés". La
construction de minarets "n'est pas une obligation religieuse", a-t-il
souligné.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. 2 368 mosquées de trop. Et dire “de trop” n’est pas une honte, c’est tout à fait naturel car outre le petit jeu politiquement correct qui veut que l’on doit aimer tout le monde et construire pour tous les cultes, il y a une réalité, une urgence, celle de rechristianiser notre Nation. Dans ce sens, nous devons, non pas être des chrétiens progressistes qui déformons l’Évangile du genre “il faut s’ouvrir au monde” mais des chrétiens engagés dans la rechristianisation, dans le respect et l’application de la Sainte Écriture et donc, contre le racisme et pour l’évangélisation. C’est la raison directe pour la quelle il ne faut pas accepter les mosquées, outil de l’islamisation progressive de la société française. Soyons dans l’ouverture à l’autre et dans le respect de l’autre, c’est naturellement que nous devons discuter, convaincre, écouter mais ne pas accepter l’hérésie, l’erreur et le mal.

  2. Je ne comprends pas pourquoi il serait interdit de critiquer l’islam.
    C’est sensé être une “religion” (enfin, pas pour moi!), mais c’est aussi et surtout un système politique et social.
    Ce système promu par le Coran définit entre autres très clairement le statut de l’infidèle, celui de “dhimmi”, comme l’a rappelé Jean-Marie LE PEN lors de son discours de Marseille en novembre,ce qui est inacceptable dans notre pays.
    Par conséquent, il n’est pas question d’islam “radical” ou non, il est question de refuser l’asservissement de notre pays à la dictature islamique.

  3. Il me semblait qu’un groupe qui opérait des pressions sur ses membres pour éviter qu’ils quittent le groupe était une “secte”.
    J’ai pourtant cru comprendre qu’un enfant de musulman n’a guère de liberté d’adopter soit une autre religion soit l’athéisme.

  4. Et que risque-t-on pour l’hortefobie?
    J’en fais une crise aiguë!

  5. Et celui qui dénonce l’islamisme radical, peut-il être poursuivi pour islamophobie?
    On fait tout un foin de l’islamophobie, en décrétant que c’est un crime.Or, avoir des phobies, c’est naturel. C’est une réaction de peur face à ce que notre jugement estime être un danger pour sa vie, la conservation de son identité. Pour ma part, je suis islamophobe, pas du tout par l’effet d’une peur irraisonnée, mais par la simple appréciation des choses. L’Islam est actuellement une religion qui porte dans son texte fondateur, le Coran, de nombreux versets belliqueux, parfaitement hostiles aux Juifs, aux chrétiens, bref à tous ceux qui ne partagent pas la “weltanshuung”du petit chamelier mecquois.En outre, aucun des attentats de toutes sortes perpétrés depuis des siècles par certains musulmans n’ont fait le moindre objets d’une quelconque relecture critique de la part d’une autorité morale musulmane quelconque. Quelle “fatwa” a été lancée contre les terroristes islamistes? Aucune. On réserve les “fatwa” aux infidèles.
    Je constate aussi que partout où règne l’Islam la liberté religieuse est inexistante, à de rares exceptions près,que dans ces pays où est instaurée la charia, de toutes petites filles sont mariées de force, on lapide les adultères, on coupe la main des voleurs, on pratique la loi du talion, on torture les homosexuels, on organise des pogroms contre les chrétiens.
    L’histoire, ensuite, nous enseigne que cette religion s’est toujours diffusée par le glaive, l’intimidation, la violence, physique ou morale, et que tout cela n’est pas accidentel mais consubstantiel à cette religion, qui porte dans ses flancs les principes de cette violence. Je ne nie pas qu’il y a des musulmans parfaitement pacifiques, mais cela ne signifie pas que leur religion le soit.
    Pour toutes ces raisons, je suis islamophobe et je pense que c’est la quadrature du cercle que de dire que l’on puisse à la fois lutter contre l’Islam radical et contre ceux qui luttent précisément contre l’Islam radical. Revendiquer l’érection de minarets en Europe, ce n’est pas un requête inoffensive de braves musulmans . C’est un plan de conquête de l’espace publique, et un moyen de porter loin l’appel du muezzin. Or la profession de foi que les muezzin hurlent dans leur haut-parleur plusieurs fois par jour est une déclaration permanente de haine anti-trinitaire. Personnellement, comme OSS 117, ça me dérangerait d’entendre hurler, dans une langue étrangère à la mienne, les mots- d’ordre d’une religion qui vise à la conquête de l’Europe.
    En même temps, nous pouvons nous interroger sur la pertinence du vote suisse. Nos bons blogueurs catholiques y voient une sorte de sursaut populaire chrétien . Que nenni! C’est la réaction d’Européens apostats du christianisme, qui ne veulent d’aucune religion, ni celle du petit chamelier, ne de celle de Jésus-Christ. De ce point de vue-là, ce vote sera sans lendemain, car l’Europe matérialiste, hédoniste, laïciste, ne pourra dresser aucun rempart efficace contre la déferlante islamique, qui occupera simplement la place vide laissée par des Européens sans religion. On aurait envie de penser: bien fait pour eux. Ils ont rejeté le joug bienfaisant de l’Evangile, il faudra donc qu’il porte celui de l’Islam. Ces faces de craie laïcistes jouent donc un jeu bien imprudent en faisant les yeux doux à l’Islam pour faire la nique au christianisme, au pape et à l’Eglise. Ils se plaignent, comme des sales gosses, de tout ce que la civilisation chrétienne leur a apporté,en particulier la liberté de conscience, la distinction du spirituel et du temporel, la liberté de parole. Ils verront bien, dans les geôles islamistes, combien ils regretteront la bénignité du Christ, qu’ils auront blasphémé, persécuté et tourné en dérision.

  6. 2368 et 64 minarets de trop. France catholique , alors ce sont des Eglises avec de beaux clochers qu’il faut construire et rien d’autres. Et de plus , le sacré coeur sur le drapeau. Et après tout ça on sera bien…

  7. Comme le fait remarquer Erwann Mabille l’islam est un système politique et social tyrannique .
    Il encourage la polygamie qui est interdit par la loi française ; que font nos gardiens de la Loi si sourcilleux et vigilants d’habitude ?
    2368 … Si mes souvenirs sont bons dans les années 60 en métrople il y avait 150 lieux de cultes !
    Nous finirons comme le Liban et la Bosnie ..

  8. Plus fort que “Brice de Nice” :….Hortefeux !
    il surfe mieux que le premier sur la vague consensuelle mais finalement ce “comique” s’avère surtout doué pour organiser la tragédie qui nous attend !

  9. @ HB
    Guère plus que pour la sarkophobie, l’uhempophobie, la socialophobie ou la bolchophobie. Donc, pourquoi se gêner ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services