Archives quotidiennes :

Tous ces meurtres en France des trois derniers jours

C"était sans compter sur le crime du jour :

Lire la suite de l'article

Centenaire de la bataille d’Amiens : Theresa May et le Prince William présents, Macron et Philippe absents

Honteux

"Pour représenter la France au centenaire de la bataille d'Amiens, la ministre des Armées Florence Parly et sa secrétaire d'État Geneviève Darrieussecq sont cet après-midi en Picardie. Ni Emmanuel Macron, ni Édouard Philippe ne sont présents.

En ce mercredi 8 août, la première ministre de Grande-Bretagne, Theresa May, et le Prince William sont en Picardie à l'occasion de la commémoration du centenaire de la bataille d'Amiens, premier succès des forces alliées sur l'armée allemande lors de la Première Guerre mondiale.

Côté français, la ministre des Armées, Florence Parly, et sa secrétaire d'État, Geneviève Darrieussecq assistent à la cérémonie. Jusqu'à ce lundi, seule la secrétaire d'État devait représenter la France, mais Florence Parly a finalement été rappelée pendant ses congés estivaux. L'absence d'Emmanuel Macron, amiénois de naissance, actuellement en vacances au fort de Brégançon, ou encore celle d'Édouard Philippe, est critiquée dans les rangs des élus locaux d'Amiens".

 

Lire la suite de l'article

Affaire Benalla – Macron : le préfet de police a affirmé sous serment ne pas connaître Benalla. Preuve du contraire par le Canard

Lire la suite de l'article

En Afrique, tout est toujours à recommencer…

De Bernard Lugan :

"Alors qu’ils sont inscrits dans la longue durée, les conflits africains sont paradoxalement analysés à travers une trilogie idéologique étroitement contemporaine : « déficit de développement », absence de « bonne gouvernance » et manque de démocratie.

Prisonniers de ces trois concepts européocentrés, journalistes et « experts » sont incapables de prendre la véritable mesure des crises africaines. Emblématiques à cet égard, les exemples de l’Ituri et du Mali sont étudiés dans ce numéro de l’Afrique Réelle.

En Ituri, le 13 juillet 2018, l’ONU a dénoncé des « violences barbares » commises, entre autres, par les miliciens Lendu. Quinze ans après l’opération française Artemis (juin à septembre 2003), en dépit de la présence de plusieurs milliers de casques bleus, et après les procès devant la CPI de La Haye de chefs miliciens impliqués dans les massacres des années 2000, tout a donc recommencé…

Comment aurait-il d’ailleurs pu en être autrement quand les tueries inter-ethniques y sont d’abord la reprise de mouvements précoloniaux ? La lutte pour les richesses naturelles n’est en effet pas la cause des actuels massacres, mais un facteur aggravant se surimposant à la longue durée historique régionale.

Voilà donc pourquoi aucun intervenant extérieur ne pourra régler la question de l’Ituri puisque c'est celle des relations séculaires entre les Lendu, les Héma, les Alur et les Bira. Voilà également pourquoi le « remède » électoral y sera sans effet.

Au Mali, les jihadistes ont perdu leurs sanctuaires sous les coups de boutoir de

Lire la suite de l'article

Lire Humanae Vitae : 3e jour, La paternité responsable

HumanaeVitae_texte_commenteLa paternité responsable

« L’amour conjugal exige donc des époux une conscience de leur mission de "paternité responsable", sur laquelle, à bon droit, on insiste tant aujourd’hui, et qui doit, elle aussi, être exactement comprise. Elle est à considérer sous divers aspects légitimes et liés entre eux.

Par rapport aux processus biologiques, la paternité responsable signifie connaissance et respect de leurs fonctions : l’intelligence découvre, dans le pouvoir de donner la vie, des lois biologiques qui font partie de la personne humaine.

Par rapport aux tendances de l’instinct et des passions, la paternité responsable signifie la nécessaire maîtrise que la raison et la volonté doivent exercer sur elles.

Par rapport aux conditions physiques, économiques, psychologiques et sociales, la paternité responsable s’exerce soit par la détermination réfléchie et généreuse de faire grandir une famille nombreuse, soit par la décision, prise pour de graves motifs et dans le respect de la loi morale, d’éviter temporairement ou même pour un temps indéterminé une nouvelle naissance.

La paternité responsable comporte encore et surtout un plus profond rapport avec l’ordre moral objectif, établi par Dieu, et dont la conscience droite est la fidèle interprète. »Humanae Vitae, §10.

* * *

L’expression « paternité responsable » désigne la responsabilité commune du père et de la mère quant à la transmission de la vie. Paul VI la présente ici selon quatre aspects :

1° Les processus biologiques : l’intelligence les découvre inscrits dans la personne humaine ; l’Église invite à les respecter, tandis que la pensée moderne ne s’impose

Lire la suite de l'article

Messe selon la forme extraordinaire à l’Ile d’Yeu

Comme chaque année, en communion et en accord avec Monseigneur Rézeau, curé de l’ile d'Yeu, l’abbé Régis de Saint Rémy, de l’Institut du Bon Pasteur, célèbre chaque dimanche au mois d’août, une messe selon la forme extraordinaire, à 10 heures 30, à la chapelle Notre Dame de la Paix, rue Saint Hilaire, à l’ile d’Yeu.

Lire la suite de l'article

La Chapelle-Basse-Mer va-t-elle ressusciter ?

Lu dans Minute :

"Depuis trois ans, 569 communes nouvelles ont vu le jour, dont trente-huit rien que pour l’année 2018. Des communes nouvelles – c’est le nom administratif officiel – nées de la fusion de plusieurs communes. A coups de dotations supplémentaires et d’encouragements préfectoraux, l’Etat favorise ces grands ensembles, comme un peu partout en Europe, au détriment de la proximité et de la spécificité de chaque village."

Certains cherchent à faire annuler ces décisions jacobines, parmi lesquels Reynald Secher :

"[A]près presque trois années de procédures, le 20 juillet dernier, le tribunal administratif de Nantes lui a donné raison. Et l’arrêté préfectoral officialisant le nom de la commune nouvelle de Divatte-sur-Loire a été cassé. Une première en France ! « Aujourd’hui, le préfet a trois solutions, nous explique Reynald Secher. Soit il reprend le nom historique de La Chapelle-Basse-Mer, soit il reprend le nom de Divatte-sur-Loire, soit il choisit un nouveau nom. » Nous avons donc appelé la préfecture pour savoir quelle option sera retenue. Le service communication a fini par nous répondre. De façon extrêmement claire. « Au regard des termes du jugement disposant que “rien ne fait obstacle à ce que le préfet fasse porter son choix sur le nom proposé par les conseils municipaux de La Chapelle-Basse-Mer et de Barbechat“, la préfète dénommera effectivement la commune nouvelle “Loire-Divatte” » !"

Lire la suite de l'article

5e atelier Ars celebrandi organisé par Una Voce Polonia à Lichen

12 prêtres ont célébré la messe traditionnelle pour la première fois au cours du cinquième atelier Ars celebrandi organisé par Una Voce Polonia à Lichen (le plus grand sanctuaire polonais) le mois dernier, qui a réuni plus de 200 personnes dont près de 50 prêtres. La messe de clôture a été célébrée par Mgr Guido Pozzo, secrétaire de la Commission Ecclesia Dei, qui a également prononcé une conférence sur le thème "L'ancienne liturgie de l'Eglise et la crise actuelle de la foi" : cette crise ne peut être résolue que si l'on remet Dieu à la première place, et la liturgie dans la forme extraordinaire est l'un des moyens de rétablir cette hiérarchie.

Lire la suite de l'article

Une vraie démonstration culturelle : la bataille de Castillon

Bataille 2018S'il est des pages de notre Histoire qui demeurent méconnues, celle de la bataille de Castillon en est certainement une. Elle est pourtant l'un des combats les plus importants pour notre région et notre nation, car sans elle, l'Aquitaine serait sans doute encore anglaise, et la France ne serait plus tout à fait la même.

La campagne de 1450 pour la reconquête de la Normandie achevée, seule la Guyenne reste aux mains des anglais. Bordeaux est reprise en 1451, mais la mentalité de la population locale est acquise à la couronne d'Angleterre et au roi Henri VI. Commerce oblige, l'Angleterre tient le peuple de Guyenne qui voit en Charles VII un suzerain despotique. John Talbot reprend facilement Bordeaux en 1452, et les troupes anglaises occupent dès lors activement l'actuelle Aquitaine. L'armée française devra user de stratégie et d'habileté militaire pour enfin bouter hors de France son ennemi intime conformément au vœu de Jehanne, pucelle d'Orléans, et libérer totalement le trône de France, rendant à Charles VII son royaume. Dirigées par les maréchaux André de Lohéac et Philippe de Culant, les troupes du roi de France mettront ainsi fin à la célèbre guerre de Cent ans entre les deux couronnes.

C'est cette bataille que plus de 400 bénévoles de l'Association "La bataille de Castillon" mettent merveilleusement en scène chaque année à proximité du lieu exact du combat engagé il y a près de six siècles. Retraçant fidèlement l'esprit médiéval de l'époque, sans le caricaturer, sans le moquer, sans le tronquer, en conservant l'inspiration profondément chrétienne de

Lire la suite de l'article

Affaire Benalla-Macron : pour la justice le couple molesté est exempt de reproche

Un pavé de plus dans le jardin de l'Elysée :

"Selon les informations du Monde, le couple molesté place de la Contrescarpe à Paris le 1er mai dernier par Alexandre Benalla et Vincent Crase «est vierge d’antécédents judiciaires, n’a pas cherché à dissimuler son identité et n’a pas provoqué de violences "graves" ou "répétées" contre les CRS». Ces nouveaux éléments proviennent de deux fiches rédigées par la police après l'arrestation du couple et transmises à la justice, démentant les propos du préfet de police Michel Delpuech, lors de son audition le 25 juillet devant la commission d'enquête de l'Assemblée nationale. Il avait alors expliqué que les deux jeunes interpellés n'avaient «pas de papiers sur eux» et avaient «déclaré de fausses identités».

Lire la suite de l'article