Archives quotidiennes :

Mgr Cattenoz : Le mariage pour tous peut bien exister, ce ne sera jamais qu’une amitié

Extrait de l'homélie de Mgr Cattenoz prononcée dimanche à l'occasion de la messe du Festival d'Avignon qu'il présidait, et retransmise par France Culture :

Mgr-Cattenoz-a-Avignon-l-anthropologie-de-notre-societe-est-dans-une-impasse_visuel"[…] Le Festival d’Avignon bat son plein, un lieu merveilleux où l’humanité s’interroge librement à travers le théâtre sur ce qu’elle vit et ce qu’elle est, véritable brouillon de culture. Le festival est un lieu merveilleux pour répondre à l’appel de Jésus à évangéliser. Cette année, devant le thème du festival, le genre, je lance un appel à la conversion et à la découverte du message de l’Évangile que la lettre de Paul nous a présenté de manière merveilleuse.

Je n’ai jamais rencontré de L, de G, de B, de T, et paraît-il, maintenant de Q ; je ne connais et ne vois que des personnes humaines avec toute la richesse de leur féminité et de leur masculinité inscrite dans leur chair et jusque dans leur être le plus profond. Je continue de m’émerveiller devant la complémentarité de l’homme et de la femme. Au nom même de celle-ci, je m’émerveille encore, devant l’amour qui jaillit entre eux et débouche sur le don de la vie. Le mariage pour tous peut bien exister, ce ne sera jamais qu’une amitié, aussi belle soit-elle.

Comme le prophète Amos, je voudrais dénoncer une société aux comportements incohérents et qui n’a pas compris quel merveilleux projet de vie Dieu lui proposait.

Il n’y a rien de nouveau sous le soleil dans notre société ! Elle se vautre dans un pseudo bien-être matériel,

Lire la suite de l'article

PMA : l’opinion prise en otage par une minorité

Communiqué d'Alliance Vita :

"Le député LREM Guillaume Chiche entend déposer une proposition de loi étendant la PMA (Procréation Médicalement Assistée) aux couples de femmes et aux femmes seules. Serait abandonné tout critère d’infertilité médicalement constatée pour accéder à la PMA qui serait pourtant remboursée par la sécurité sociale. Alliance VITA dénonce cette prise en otage de l’opinion publique par certaines minorités, qu’elles soient de la société civile ou du Parlement, alors que ces mesures posent des questions éthiques majeures, spécialement pour le droit des enfants. Ce sujet de fond mérite un débat de fond ; il ne doit pas être escamoté à coup de communiqués. Alliance VITA rappelle que l’extension du recours à la PMA serait :

Un déni de démocratie : les citoyens à l’issue de ces états généraux de la bioéthique ont clairement donné leur avis contre l’ouverture de la PMA sans père. Le sondage IFOP commandé par Alliance VITA à l’occasion de la fête des pères le 14 juin dernier a révélé que 61% des Français estiment qu’il faut « privilégier le besoin d’avoir un père en réservant la PMA aux couples homme-femme ayant un problème médicale d’infertilité ». Cet avis s’élève chez les pères à 72%.

Une négation du sens de la paternité : la grande majorité les Français sont opposés à l’effacement du père dans la procréation. Le même sondage IFOP a montré que 93% d’entre eux considèrent que le père a « un rôle essentiel » à jouer pour les enfants

Lire la suite de l'article

Les femmes, filles et personnes susceptibles de se retrouver enceintes ?

Capture d’écran 2018-07-18 à 17.40.02Amnesty International considère le meurtre d'un enfant à naître comme un droit humain et publie un communiqué faisant suite à une réunion en Pologne, pays encore pro-vie, du 6 au 8 juillet :

 

"[…] Les délégué(e)s ont adopté par vote une révision de la position d’Amnesty International sur l’interruption volontaire de grossesse, demandant aux États non seulement de dépénaliser celle-ci, mais également de garantir un large accès à l’avortement légal et sans danger, dans le respect total des droits de toutes les femmes, filles et personnes susceptibles de se retrouver enceintes."

Les femmes et les filles susceptibles de se retrouver enceintes, je comprends encore, mais la fin me laisse perplexe : quelles sont ces personnes qui ne seraient ni des filles ni des femmes et qui seraient enceintes ?!

Dans la rubrique propagande grossière, Amnesty avance un chiffre totalement délirant :

"On estime à 25 millions le nombre d’avortements réalisés dans de mauvaises conditions chaque année."

Et pourquoi pas 250 millions aussi ?

Lire la suite de l'article

Le projet de loi sur la bioéthique sera examiné début 2019

Le gouvernement vient d’annoncer, par le biais de son porte-parole Benjamin Griveaux, qu’il présentera fin 2018 un projet de loi sur les questions de bioéthiques, dont la PMA, pour un examen au Parlement début 2019.

La proposition de loi du député LREM Chiche a un tantinet perturbé la stratégie macronienne, censée avancer en douceur, en consultant toutes les parties, même si c'est pour s'asseoir sur les avis, en l'occurrence hostiles.

« Je comprends l’empressement mais nous souhaitons pouvoir le faire de la manière la plus sérieuse et en cohérence avec les autres sujets bioéthiques qui sont traités dans le cadre des états généraux, et ne pas l’isoler des autres sujets ». « Il n’y a donc pas le début d’un commencement d’un mollissement du gouvernement sur cette question. »

Lire la suite de l'article

Chute de la natalité : la politique antifamiliale en cause

L'Express s'inquiète :

"Depuis quelque temps, le nombre des naissances enregistrées en France donne de sérieux signes de faiblesse. En 2017, il a baissé pour la troisième année consécutive, avec seulement 767 000 nourrissons, outre-mer compris. Loin, très loin de la glorieuse année 1971, où l'on avait frôlé la barre des 900 000 pour la seule métropole. Plus inquiétant : le "solde naturel" (ou le total des naissances moins les décès) en 2017 a atteint son plus bas niveau depuis… 1945. Et la dégringolade se poursuit cette année. Selon les tout derniers chiffres de l'Insee, seuls 285 600 bambins ont vu le jour entre les mois de janvier et de mai, soit 11 % de moins qu'en 2014…  Ici et là, certains se rassurent à bon compte, en rappelant une vérité première : la natalité dépend d'abord des mères potentielles. Dès lors que leur nombre baisse, il serait inéluctable que les naissances diminuent aussi. Le raisonnement, cependant, ne convainc guère dans la mesure où l'"indice conjoncturel de fécondité" – qui évite ce biais, en rapportant le nombre de naissances annuelles à celui des femmes en âge de procréer – s'affaisse lui aussi : de 2,03, en 2010, il est passé à 1,95, en 2015 et même à 1,88, en 2017 ! S'écartant dangereusement du seuil de renouvellement des générations, évalué à 2,07.

D'où les cris d'alarme qui retentissent désormais. Si cette pénurie se confirme, comment redevenir la première puissance démographique en Europe, devant l'Allemagne, comme cela était prévu

Lire la suite de l'article

Chronique des cinglés : un homme dans une prison pour femmes

En Angleterre, un homme qui se disait se sentir une femme a été incarcéré dans la section féminine de la prison de Wakefield.

Classé transgenre sans avoir subi de chirurgie esthétique, il aurait agressé sexuellement quatre prisonnières quelques jours à peine après son incarcération. 

Les victimes ont réussi à obtenir le transfert de leur agresseur vers une prison masculine.

Lire la suite de l'article

Belgique : le nombre d’euthanasies en forte hausse

Comme pour l'avortement, la légalisation de la mise à mort des personnes considérées comme inutiles provoque l'accroissement du nombre de demandes. Les personnes âgées ou malades se sentent, sous la pression de leur entourage, obligées de demander leur assassinat. Par conséquent, il est normal que le dernier rapport de la Commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie (CFCEE) en Belgique témoigne d’une forte augmentation du nombre d’euthanasies pratiquées entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2017. Passant de 2028 en 2016, à 2309 en 2017, soit une hausse de 13 %. Jacqueline Herremans, présidente de l’Association pour le droit à mourir dans la dignité et membre de la CFCEE, a le toupet de commenter ainsi :

« L’euthanasie est clairement entrée dans les mœurs. Parmi les hypothèses expliquant cette augmentation, l’effet générationnel est évident : la loi, votée en 2002, est désormais mieux connue par les générations les plus concernées. Aujourd’hui, l’information est mieux diffusée. »

Le groupe le plus important est celui des patients âgés de plus de 80 ans : 38,4 %. Le rapport note que deux euthanasies de mineurs.

Lire la suite de l'article

Avortement : ce qu’Isabelle de Gaulmyn aurait dû (re)lire (24)

24e extrait de l'encyclique Evangelium Vitae :

Images«  La décision délibérée de priver un être humain innocent de sa vie est toujours mauvaise du point de vue moral et ne peut jamais être licite, ni comme fin, ni comme moyen en vue d'une fin bonne. En effet, c'est une grave désobéissance à la loi morale, plus encore à Dieu lui-même, qui en est l'auteur et le garant; cela contredit les vertus fondamentales de la justice et de la charité. « Rien ni personne ne peut autoriser que l'on donne la mort à un être humain innocent, fœtus ou embryon, enfant ou adulte, vieillard, malade incurable ou agonisant. Personne ne peut demander ce geste homicide pour soi ou pour un autre confié à sa responsabilité, ni même y consentir, explicitement ou non. Aucune autorité ne peut légitimement l'imposer, ni même l'autoriser ». 

En ce qui concerne le droit à la vie, tout être humain innocent est absolument égal à tous les autres. Cette égalité est la base de tous les rapports sociaux authentiques qui, pour être vraiment tels, ne peuvent pas ne pas être fondés sur la vérité et sur la justice, reconnaissant et défendant chaque homme et chaque femme comme une personne et non comme une chose dont on peut disposer. Par rapport à la norme morale qui interdit la suppression directe d'un être humain innocent, « il n'y a de privilège ni d'exception pour personne. Que l'on soit le maître du monde ou le dernier

Lire la suite de l'article

Les Gay Games sont placés sous le haut patronage d’Emmanuel Macron

La République LGBTXXX fait la promotion des cinglés avec la 10e édition des Gay Games qui se tiendront à Paris, du 4 au 12 août, avec 1 500 participants pour 6 M€ (dont 40% provient des collectivités locales : Etat, ville de Paris et région Ile-de-France). Si vous êtes lesbienne, gay, bisexuel, transgenre ou autre cinglerie, que vous êtes un homme qui se sent femme et qui veut concourir contre des athlètes féminins…, vous pouvez concourir.

Lundi matin durant la conférence de lancement, Laura Flessel, ministre des sports, a affirmé que ces Jeux sont placés sous le haut patronage d’Emmanuel Macron. La preuve de l'importance de l'événement et que l’Etat y est partie prenante. Laura Flessel pour sa part était marraine -à côté de Lilian Thuram- du dossier de candidature avant même d’être nommée ministre en mai 2017.

Lire la suite de l'article

La partialité de Twitter, Facebook et YouTube dénoncée par les élus américains de droite

UnknownLes représentants de YouTube, de Facebook ou de Twitter ont été auditionnés devant le comité judiciaire du Parlement américain, mardi 17 juillet à Washington. L’ordre du jour était consacré aux « pratiques de filtrage du contenu » sur les réseaux sociaux. Les élus démocrates ont quasi exclusivement utilisé leur temps de parole pour critiquer la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump, qui n’avait rien à voir avec le sujet de l’audition, ou pour poser des questions sur la campagne d’influence russe de 2016, à laquelle plusieurs auditions précédentes avaient déjà été consacrées.

Les élus républicains ont accusé les représentants de Twitter, de Facebook et de YouTube de faire campagne contre la droite américaine. Le député de l’Iowa Steve King a déclaré :

« Le site [pro-Trump] Gateway Pundit a vu son trafic en provenance de Facebook chuter de 54 % ces dernières années, a ainsi attaqué . Comment l’expliquez-vous ? » 

Monika Bickert, la représentante de Facebook, a répondu que l’algorithme du réseau social évoluait avec le temps. M. King a sous-entendu que les changements récents avaient été dictés par le Southern Poverty Law Center, une organisation progressiste.

Mal à l’aise, Juniper Downs, la directrice des politiques publiques de YouTube, a répondu à plusieurs questions en lisant ses notes. Monika Bickert, vétérane des auditions publiques et spécialiste des sujets sensibles chez Facebook, a parfois été mise en difficulté.

Confrontée à une question du député du Texas Louie Gohmert, issu du Tea Party, qui lui demandait si Facebook avait trouvé des traces d’interventions de pays autres que la

Lire la suite de l'article