Archives quotidiennes :

A Mayotte, c’est un « Aquarius » qui arrive par semaine

Mansour Kamardine, député de Mayotte, dénonce la faiblesse et la pusillanimité du gouvernement face à l’immigration clandestine :

Unknown-24"A Mayotte, c’est un « Aquarius » qui arrive par semaine. En 4 mois et en toute impunité, 12 000 clandestins sont arrivés sur l’île, ce qui représente une croissance démographique record de +4.7%. Rapporté à la population, c’est comme si la métropole avait accueilli plus de 3 millions de clandestins en 4 mois ! Loin des déclarations médiatiques vantant son action, le gouvernement est, à la froide lumière des faits, un gouvernement faible et pusillanime face à l’immigration illégale, surtout lorsqu’elle touche les plus faibles des français, impacte leur sérénité, leur accès aux soins et la qualité de l’éducation de leurs enfants.

Depuis près de 4 mois (11 mars), les autorités comoriennes empêchent la réadmission sur leur territoire de leurs ressortissants arrêtés en situation irrégulière à Mayotte. Depuis près de 4 mois, une centaine de clandestins arrivent quotidiennement, de l’aveu même de la ministre des Outre-mer, et en toute impunité dans le 101ème département français. En 4 mois, 12 000 nouvelles personnes en infraction au regard du droit de séjour en France sont venues gonfler la masse des clandestins qui submerge Mayotte et ses 374 km². En 4 mois la population du département, déjà composée d’une majorité d’étrangers, a progressé de 4,7% ! C’est l’équivalent d’un navire comme l’Aquarius qui déverse la misère toutes les semaines sur le territoire le plus pauvre de France. C’est comme si la métropole avait accueilli plus de 3 millions

Lire la suite de l'article

Trisomie 21 : la galère d’une maman pour inscrire sa fille en maternelle

En France, 96% des enfants porteurs de la trisomie 21 sont éliminés avant leur naissance. Pour ceux qui survivent à l'eugénisme, c'est le parcours du combattant. Caroline Boudet, journaliste et maman d'une petite Louise, porteuse de la trisomie 21, a signé une tribune sur sa page Facebook "Louise and co" pour dénoncer les conditions d'accueil de sa fille à l'école. 

36338093_1841864582502453_3849547782603931648_n"Ce soir 29 juin, cela va faire plus de 7 mois que nous, parents de Louise, qui a trois ans et demi et un chromosome en plus, bossons pour qu’elle fasse sa rentrée dans les meilleures conditions en septembre prochain. Vous voulez savoir, ce que c’est, bosser pour que son enfant handicapé fasse sa rentrée en petite section, en 2018 en France ? En novembre 2017 nous avons commencé à rassembler tous les papiers nécessaires pour faire une demande d’AVS (Auxiliaire de vie scolaire). Pourquoi tellement à l’avance ? parce que la MDPH, l’administration qui décide des attributions d’aide humaine pour les personnes handicapées, met en moyenne 5 mois dans notre département à traiter des dossiers de demande – c’est une moyenne basse pour la France.

Tellement à l’avance, parce que nous voulions arriver au mois de mai ou juin et avoir ce sesame officiel qui permet à l’éducation nationale d’embaucher quelqu’un, et que nous voulions que cette personne soit là dès la rentrée. Parce que nous voulions FAIRE LES CHOSES AU MIEUX. Donc, dès novembre, nous avons : rempli un dossier de demande de 20 pages, recueilli des

Lire la suite de l'article

Guérilla urbaine à Nantes

Unknown-21Après la mort d’un délinquant lors d’une interpellation, la ville de Nantes a connu de violentes échauffourées. Une guérilla urbaine qui rappelle les émeutes de Villiers-le-Bel et qui pourrait bien contaminer toutes les banlieues françaises qui n’attendent qu’une étincelle pour mettre le feu.

Lire la suite de l'article

Projets d’attentats de l’ultradroite : l’affaire fait un flop

Comme nous pouvions nous y attendre, le chef de file présumé d’un groupe d’ultradroite, dont les autorités redoutaient « un passage à l’acte violent » contre des musulmans, ainsi qu’un autre suspect, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Guy S., un policier à la retraite, et un autre membre de ce groupe nommé « Action des forces opérationnelles » (AFO) avaient été incarcérés le 27 juin dans l’attente d’un débat ultérieur sur leur détention provisoire.

Les deux hommes avaient été mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », après quatre jours de garde à vue. Quatre d’entre eux avaient été alors placés en détention provisoire et quatre autres avaient été libérés sous contrôle judiciaire.

En attendant, il paraitrait que l'on ne peut pas interpeller les "fichés S". On se demande bien pourquoi.

Lire la suite de l'article

Pourquoi Macron aurait du supprimer le CESE

François Hollande avait surnommé le CESE «plan social des recalés du suffrage universel». Emmanuel Macron veut le réformer. La révision constitutionnelle attendue à l’automne prévoit de renommer le Conseil économique, social et environnemental (Cese) en « Chambre de la société civile » et d'abaisser le nombre de membres de 233  à 155. Quelle ambition.

Un article de l’IFRAP pointe le peu d’efficacité du CESE et de ses satellites ou équivalents locaux. 7000 euros la page de rapport. Qui dit mieux ?

Unknown-22"Ce conseil est gravé dans le marbre de notre Constitution au titre XI et il est soutenu par des antennes régionales (Ceser). Toutes sont intégralement financées sur fonds publics pour un total de 100 millions d'euros. Le Cese par l'État, à hauteur de 38 millions d'euros par an, et les Ceser par les conseils régionaux, avec 63 millions toutes régions confondues (dont 3,5 millions d'euros pour l'Occitanie, par exemple). Concernant le nombre de rapports produits, il est faible : 25 rapports et avis en 2017 pour un coût moyen de 1,5 million d'euros le rapport…

À cela il faut ajouter les Conseils économiques et sociaux locaux (Cesel), des instances consultatives communales qui ont poussé dans les territoires (Issy-les-Moulineaux, Pessac, Chartres, etc.). Celui de Boulogne-Billancourt a été épinglé par la Chambre régionale des comptes d'Île-de-France car sur la période 2010-2016, le coût moyen pour une page de rapport était de 7 000 euros (27 rapports en 7 ans, pour un coût total de 1,06 million d'euros).

Les membres du Cese sont au

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron : Les choix que je porte ne sont pas forcément ceux des catholiques

Emmanuel Macron a répondu à une question de Famille Chrétienne sur l’électorat catholique lors de la conférence de presse qui clôturait sa séquence romaine. Famille Chrétienne lui a demandé si cette visite au Vatican était une façon de capter ou de captiver les catholiques.

Unknown-23« Je ne crois pas à l’existence d’un électorat catholique ou musulman. Il y a certes des citoyens qui forgent leur conscience civique et politique en étant éclairés par des débats qui touchent leur sensibilité religieuse. Mais ils le font aussi de manière plus large et complexe. Vous savez, les gens ne votent pas uniquement en fonction de leur religion. Je ne veux pas me réfugier dans une part de la société. Je ne crois pas au clientélisme en général ni au clientélisme spirituel en particulier. »

« Je peux avoir des convictions. Mais il y aura toujours des gens pour vous prêter des intentions… Quand bien même j’aurais cette intention de capter l’électorat catholique, cela serait inefficace ! Les choix que je porte sur d’autre sujets ne sont pas forcément ceux des catholiques… Il faut donc que j’assume. »

Lire la suite de l'article

Simone Veil, ce n’est pas que la loi sur l’avortement

C'est aussi la création du numerus clausus pour les médecins en 1971.

La conséquence : des déserts médicaux partout en France.

Le numerus clausus instauré en 1971 par Simone Veil reposait sur l'idée, qui s'est révélée totalement fausse par la suite : l’offre crée la demande. Réduisons l’offre et la demande faiblira permettant ainsi de maîtriser les dépenses de santé.

Le résultat sera que l'on aura limité drastiquement l'entrée dans la profession médicale à de jeunes Français en les recalant au concours d’entrée avec des notes approchant 15/20 pour embaucher ensuite à tour de bras à prix réduit des médecins étrangers."

Lire la suite de l'article

La préférence indigène en Suisse

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

"Depuis le 1er juillet, les entreprises suisses doivent mettre en œuvre la « préférence indigène ». C’est le résultat du long processus de l’initiative populaire « contre l’immigration de masse », lancée par l’UDC (et combattue par tous les autres partis) en 2011. En 2012 l’UDC remettait les 100.000 signatures nécessaires. L’initiative a été votée (de justesse) le 9 février 2014. Il a fallu trois ans pour que les autorités réussissent à concocter une loi négociée avec l’UE qui respecte plus ou moins l’initiative populaire sans s’attirer les foudres de Bruxelles et de la Cour européenne des droits de l’homme (au nom de la "liberté de circulation").

Finalement, la loi impose la « préférence indigène » aux métiers qui ont un taux de chômage supérieur à 8%. Cela jusqu’en 2020, où le taux sera abaissé à 5%. En pratique, les employeurs (sous peine de lourdes sanctions financières) doivent annoncer les postes vacants aux offices régionaux de placement, et pendant cinq jours seuls les résidents suisses peuvent consulter ces offres d’emploi. La plupart des médias continuent de tirer à boulets rouges sur cette disposition xénophobe anti-européenne qui ne sert à rien puisque le taux de chômage en Suisse est de 2,4% et qu’il n’y a aucun secteur qui soit concerné, mais la réalité est que plusieurs secteurs ont un taux de chômage supérieur à 8%, et que tant le secrétariat d’Etat à l’Economie que l’Association des offices du travail s’attendent à un effet

Lire la suite de l'article

L’identité avant la souveraineté

Analyse de Ligne Droite :

Capture d’écran 2018-07-03 à 20.31.29"Comme le faisait remarquer le grand dissident soviétique Alexandre Soljenitsyne, il est plus grave pour un peuple de perdre son identité que sa souveraineté : la souveraineté étant de nature politique, on peut toujours la recouvrer un jour, comme le montrent la Russie et les pays de l’ex-pacte de Varsovie. En revanche, si un peuple perd son identité, il disparaît tout simplement. Aussi, pour Ligne droite, l’impératif d’identité doit-il passer avant celui de souveraineté. Et la droite nouvelle doit se positionner clairement, non comme souverainiste, mais comme défenseur de notre identité.

Notre identité en péril

Car aujourd’hui notre identité, tant française qu’européenne, est gravement et mortellement menacée. Elle est menacée par l’immigration de peuplement qui provoque une substitution de population en Europe occidentale, accentuée par l’effondrement de la natalité autochtone et par la propagande du Système en faveur du métissage et de la « diversité ». Si les tendances démographiques actuelles se poursuivent, d’ici une vingtaine d’années les Européens deviendront minoritaires dans un nombre croissant de leurs villes.

Elle est aussi menacée par le développement de l’islamisation, conséquence de l’immigration. Car l’islam est une religion prosélyte qui contredit les valeurs de notre civilisation et qui s’impose de plus en plus dans l’espace public. Alors même que les prétendus « laïcs » ravivent une attitude intolérante vis-à-vis du catholicisme.

Notre identité européenne est également menacée au plan culturel par l’américanisme, véhiculé par la publicité et les grandes entreprises mondialisées, ainsi que par le système

Lire la suite de l'article

Avortement : ce qu’Isabelle de Gaulmyn aurait dû (re)lire (10)

10e extrait de l'encyclique Evangelium Vitae :

Unknown-9«  Où se trouvent les racines d'une contradiction si paradoxale?

Nous pouvons les constater à partir d'une évaluation globale d'ordre culturel et moral, en commençant par la mentalité qui,exacerbant et même dénaturant le concept de subjectivité, ne reconnaît comme seul sujet de droits que l'être qui présente une autonomie complète ou au moins à son commencement et qui échappe à une condition de totale dépendance des autres. Mais comment concilier cette manière de voir avec la proclamation que l'homme est un être « indisponible »? La théorie des droits humains est précisément fondée sur la prise en considération du fait que l'homme, à la différence des animaux et des choses, ne peut être soumis à la domination de personne. Il faut encore évoquer la logique qui tend à identifier la dignité personnelle avec la capacité de communication verbale explicite et, en tout cas, dont on fait l'expérience. Il est clair qu'avec de tels présupposés il n'y pas de place dans le monde pour l'être qui, comme celui qui doit naître ou celui qui va mourir, est un sujet de faible constitution, qui semble totalement à la merci d'autres personnes, radicalement dépendant d'elles, et qui ne peut communiquer que par le langage muet d'une profonde symbiose de nature affective. C'est donc la force qui devient le critère de choix et d'action dans les rapports interpersonnels et dans la vie sociale. Mais c'est l'exact contraire de ce que, historiquement, l'Etat de droit a voulu proclamer, en se présentant comme la communauté

Lire la suite de l'article

4 soldats français ont été blessés au Mali dimanche

Suite à l'annonce de dimanche, les quatre soldats blessés au Mali dimanche 1er juillet dépendent du 2e REI de Nîmes. Ils ont été rapatriés et hospitalisés en France.

Selon les autorités maliennes citant un bilan provisoire de source hospitalière, cet attentat a fait quatre morts et 23 blessés parmi des civils.

Des militaires français de la force Barkhane (4 000 hommes) sont tombés dimanche dans une embuscade tendue par des terroristes à la sortie qui mène vers la localité de Bourem. A Paris, l'armée française a assuré qu'aucun soldat français n'avait été tué dans cette attaque.

Le ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré dans un tweet que "le terrorisme a encore lâchement frappé au Mali".

Le terrorisme est un moyen de combattre, ce n'est pas un ennemi, un personne ni une organisation. Il serait temps que le ministre nomme l'ennemi.

Lire la suite de l'article

Accueillez les partisans de la culture de mort

Les partisans de l'euthanasie, l'ADMD, sont en tournée pour quelques jours. Voir la liste des villes visitées avec l'adresse de stationnement.

Un lecteur du Salon beige est allé à la rencontre de l'autocar de "l'ADMD Jeunes". Sous prétexte de faire connaître les droits actuellement légaux sur la fin de vie, les quelques personnes de l'ADMD Jeunes présentes orientent de manière doucereuse et émotionnelle les personnes qui  viennent voir de quoi il s'agit vers le suicide assisté, l'euthanasie, etc.

Notre lecteur a développé l'analyse de la dérive des lois en France depuis 1967 : pilule, avortement dans les cas de détresse, avortement libre, avortement remboursé par la sécurité sociale et, aujourd'hui, l'avortement droit de l'homme, si l'on peut dire. Cette dérive s'applique déjà aux lois de bioéthique et s'appliquera aux lois sur la fin de vie. On aboutira à l'euthanasie non consentie, telle celle de vieillards coûtant cher et ne servant plus à rien, comme le prône Jacques Attali, ou celle de jeunes handicapés, etc. Parallèlement, une autre personne a développé le sujet des soins palliatifs.

Les personnes de l'ADMD étaient très surprises : Ben alors, pourquoi venez-vous ici ?

Si de nombreuses personnes venaient les voir en développant de arguments contre leurs propositions mortifères, cela pourrait changer la perception que les "jeunes de l'ADMD" dont le crâne est bourré par Jean-Luc Romero et consorts. Sans compter l'effet important sur les autres personnes présentes à ce moment-là devant ou dans l'autocar ADMD qui se laissent embobiner par le discours fondé sur

Lire la suite de l'article