Archives quotidiennes :

Pierre Conesa : Hollywood, arme de propagande massive

Pierre Conesa est ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense. Après un livre brillant sur La Fabrication de l’Ennemi, il revient avec un nouvel ouvrage Hollywar : Hollywood, arme de propagande massive. Au fil des pages, Pierre Conesa étudie les figures des héros et des méchants qui évoluent au gré des époques. Une figure du mal construite des Indiens d’Amérique aux terroristes islamistes en passant par les Russes de l’ex-URSS, et des héros américains. Une propagande permise par un cinéma diffusé dans le monde entier et qui permet à l’Amérique, dépourvue de roman national à proprement parler de développer un sentiment patriotique grâce à des superproductions qui ne reculent devant rien pour séduire ou lobotomiser.

Lire la suite de l'article

Le Service National Universel : une menace liberticide ?

Images-12Mesure emblématique d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, le service national universel (SNU) s'avère délicat à mettre en place. Le gouvernement s'oriente vers un mois obligatoire à 16 ans, sans doute durant les vacances d'été… puis une partie facultative qui s'adressera aux jeunes qui souhaitent s'engager dans la culture, la défense, l'environnement, l'aide aux personnes ou le tutorat. Ce projet suscite méfiance et perplexité en raison de son coût potentiel, du casse-tête posé par l'hébergement et l'encadrement de centaines de milliers de jeunes par an.

Le SNU sera organisé en deux phases. Une « phase de cohésion » obligatoire d'une durée d'un mois maximum, à l'âge de 16 ans environ, comprenant une phase d'« intégration » de 15 jours en hébergement collectif qui permettra le « brassage social », suivi d'un temps d'engagement de 15 jours « plus personnalisé » en petits groupes, pas nécessairement en internat. Cette séquence se déroulera en partie pendant les vacances scolaires. Nous pouvons imaginer les conséquences sur les camps scouts et autres camps de jeunes, les jeunes sapeurs-pompiers, privés de la génération âgée de 16 ans…

Autre problème posé par ce SNU : la jeunesse français a-t-elle besoin d'être rééduquée dans un dispositif étatique centralisé ? Sans aller jusqu'à évoquer le Komsomol soviétique ou la Hitlerjungend, on se demande bien ce que l'Etat tout-puissant va pouvoir inculquer en 4 semaines à la jeunesse ? C'est la porte ouverte aux dérives totalitaires. Ce qui deviendra possible à 16 ans pourrait

Lire la suite de l'article

Une surprise catholique à la Cour suprême des États Unis ?

Americatho lance les paris :

Unknown-19"La démission d’Anthony Kennedy comme juge à la Cour suprême des États-Unis, le 31 juillet dernier, pourrait permettre au Président Trump un remplacement que tous les observateurs s’accordent à dire qu’il sera fondamental pour l’avenir, qu’on l’espère ou qu’on le redoute. Le Président Trump déclarera le 9 juillet quel est son choix final, un choix qui, en principe, devrait se faire sur une liste de cinq noms – peut-être sept a tenu à préciser Trump – et que nous connaissons désormais.

Trois de cette liste de cinq candidats, sont des catholiques : Brett Cavanaugh, Amy Coney Barrett et Amul Roger Thapar. Il ne m’a pas été possible de découvrir les confession des deux autres : Thomas Hardiman et Raymond M. Kethledge, mais le premier fut diplômé de l’Université catholique Notre Dame… Trois candidats catholiques sur cinq, voilà qui n’est pas banal. Tous les candidats cités sont, évidemment, des juristes de premier plan et ils sont tous Répubicains, ce qui n’est quand même pas une surprise…

J’ai lu quelques commentaires d’intérêts dans la presse catholique étatsunienne, qui me laissent à penser que le choix de Trump pourrait bien se porter sur une femme et que cette femme pourrait bien être Amy Coney Barrett [photo]. Cette mère de sept enfants est une pieuse catholique et pro-vie. Âgé de 46 ans, elle pourrait donc être le plus jeune membre de la Cour suprême. Trump la connaît bien puisque l’an passé il l’avait choisie pour combler une vacance à la

Lire la suite de l'article

Un CD d’hommage à nos soldats

Cd-hommage-a-nos-soldatsRendre hommage aux soldats morts en opération est un devoir de reconnaissance pour leur sacrifice, et cet enregistrement veut offrir des moyens de s’y associer. Le cérémonial militaire intègre depuis longtemps des marches funèbres, mais la liturgie religieuse ordinaire n’avait jamais été adaptée à ces circonstances particulières. Sans leur être spécialement dédiée, cette messe militaire est donc une première. Composée par le chef de chœur Gérard Eiselé sur des mélodies de chants parachutistes, elle est tout naturellement adaptée pour un hommage aux soldats. Elle est complétée par des chants funèbres accompagnés, pour certains, au clairon et à l’orgue, et encadrée par deux Marches funèbres règlementaires rarement interprétées qui donnent un ton solennel et recueilli à cet enregistrement. La Chapelle royale de Dreux et la quarantaine de choristes du Chœur de l’UNP-Centre confèrent à cet ensemble toute la majesté et la puissance requises. Cet hommage musical est préfacé par le Père Richard Kalka, aumônier des parachutistes.

26 titres : Sonnerie Aux morts ▪ Loin de chez nous ▪ La Prière du parachutiste ▪ J’avais un camarade ▪ Les combats de Tu Lê ▪ Para au rouge béret ▪ Ceux du Liban ▪ L’ancien ▪ Les Roses du parachutiste ▪ Djebels ▪ Motet pour le Souvenir francais ▪ Hymne à saint Michel ▪ Marche funèbre n°1 ▪ Kyrie ▪ Gloria ▪ Psaume 22 ▪ Psaume 137 ▪ Alleluia ▪ Prière universelle ▪ Sanctus ▪ Anamnèse ▪ Agnus Dei ▪ Notre Père ▪ Je Vous salue Marie ▪ Chorale du veilleur de J-S

Lire la suite de l'article

L’individualisation fiscale participe à la satisfaction des désirs individuels

De l'abbé Lelièvre dans La Nef :

Couverture305"En 2019, le prélèvement à la source viendra bouleverser profondément les modalités de collecte de l’impôt sur le revenu. Cela aura inévitablement des impacts profonds et durables sur nos familles. Toutefois, ce point de méthode fiscale n’est pas le seul à changer. Le corollaire de cette mesure sera la possibilité offerte aux couples mariés d’opter pour une individualisation du taux d’imposition. Vu son caractère optionnel, cette nouveauté peut sembler tout à fait anodine. Mais alors pourquoi à tout prix vouloir offrir une alternative facultative à l’imposition commune, alors que cela coûtera, selon Bercy, environ 1,3 milliard d’euros à un État déjà exsangue ?

Pour les gouvernements successifs qui ont mis en place ce mécanisme, la réponse est double. Premièrement, l’individualisation des revenus encouragera les femmes à travailler. L’INSEE note en effet que l’imposition commune des revenus tend à favoriser financièrement les couples dont les écarts de revenus entre l’homme et la femme sont importants. Le plus souvent, ces écarts s’expliquent par la différence entre une activité très rémunératrice pour l’homme et une activité faiblement rémunératrice ou non rémunérée pour la femme.

Deuxièmement, la mesure facilitera la vie des personnes divorcées. Le régime commun d’imposition peut parfois virer au casse-tête dans les cas de séparation. L’individualisation de l’imposition apportera un nouvel outil au juge, qui sera en capacité, au moment du divorce, d’attribuer plus justement à l’un ou l’autre des parents les parts fiscales des enfants.

Mais ne nous y trompons pas. Étant donné son coût et

Lire la suite de l'article

Avortement : ce qu’Isabelle de Gaulmyn aurait dû (re)lire (9)

9e extrait de l'encyclique Evangelium Vitae :

Images-2«  Le panorama que l'on a décrit demande à être connu non seulement du point de vue des phénomènes de mort qui le caractérisent, mais encore du point de vue des causes multiples qui le déterminent. La question du Seigneur « qu'as-tu fait? » (Gn 4, 10) semble être comme un appel adressé à Caïn pour qu'il dépasse la matérialité de son geste homicide afin d'en saisir toute la gravité au niveau des motivations qui en sont à l'origine et des conséquences qui en découlent.

Les choix contre la vie sont parfois suggérés par des situations difficiles ou même dramatiques de souffrance profonde, de solitude, d'impossibilité d'espérer une amélioration économique, de dépression et d'angoisse pour l'avenir. De telles circonstances peuvent atténuer, même considérablement, la responsabilité personnelle et la culpabilité qui en résulte chez ceux qui accomplissent ces choix en eux-mêmes criminels. Cependant le problème va aujourd'hui bien au-delà de la reconnaissance, il est vrai nécessaire, de ces situations personnelles. Le problème se pose aussi sur les plans culturel, social et politique, et c'est là qu'apparaît son aspect le plus subversif et le plus troublant, en raison de la tendance, toujours plus largement admise, à interpréter les crimes en question contre la vie comme des expressions légitimes de la liberté individuelle, que l'on devrait reconnaître et défendre comme de véritables droits.

On en arrive ainsi à un tournant aux conséquences tragiques dans un long processus historique qui, après la découverte de l'idée des « droits humains » — comme droits innés de

Lire la suite de l'article

Les casseurs végans épargnent le halal

Images-11Depuis la mi-avril, seize enseignes, principalement des boucheries artisanales, ont été la cible d’activistes antispécistes entre Genève et Nyon. Aux côtés de trois McDonald’s et d’un fourreur, deux kebabs figurent aussi parmi les commerces caillassés.

Pour autant, l’abattage rituel halal et casher, impliquant l’égorgement de l’animal sans étourdissement, ne fait pas partie des cibles. Virginia Markus, militante antispéciste, Elisa Keller, déléguée suisse de l’association 269 Libération animale, et Pia Shazar, présidente de l’association Pour l’Égalité animale, expliquent :

«Au vu du contexte d’islamophobie inacceptable dans lequel nous vivons, taper sur une population déjà stigmatisée ne serait vraiment pas anodin. De plus, tenir un discours critiquant l’abattage rituel en particulier risquerait d’être relayé par des mouvements xénophobes, ce que nous voulons éviter à tout prix».

Les vegans, nouveaux complices de l'islamisme. Bientôt il n'y aura donc plus que des boucheries halal.

Commentaires (1)

encore une bande de tarés qui évoluent tranquillement sous les auspices de micron puisque son gouvernement de fantoches qui ne font rien, qui ne disent rien, ah si ces guignols avaient été de la droite tous seraient montés au créneau. ainsi va le bateau ivre de notre beau pays

Rédigé par : gaudete | 3 juil 2018 08:10:03
____________________________________

Lire la suite de l'article

A la Conférence des Évêques de France de clarifier le statut de La Croix

Dans l'éditorial de La Nef de juillet, Christophe Geoffroy revient sur le scandaleux éditorial d'Isabelle  de Gaulmyn dans La Croix :

Capture d’écran 2018-07-02 à 20.26.58"[…] Mme de Gaulmyn, qui nie l’égal respect dû à toute vie humaine, sait qu’il y en a qui valent d’être vécues plus que d’autres ! Quant à son appel à « respecter cette réponse » après « un débat digne et pluraliste », c’est se moquer : les observateurs non aveuglés par l’idéologie ont pu constater un total manque de pluralisme dans les médias irlandais archifavorables à l’avortement. Et depuis quand une majorité garantit-elle la légitimité morale d’un vote ? Mme de Gaulmyn aurait-elle appelé à « respecter » l’arrivée démocratique de Hitler au pouvoir ?

Le vrai scandale

Mais laissons là ce débat qui n’a rien de nouveau, de tels propos étant habituels dans Le Monde ou Libération. Ce qui est profondément choquant est qu’une telle position puisse être tenue dans l’éditorial d’un quotidien catholique qui bénéficie d’une image et d’un statut qui en font comme une vitrine de l’Église de France. Là est le vrai scandale ! Et il l’est d’autant plus que ce n’est visiblement pas un malheureux « dérapage », la direction de la Croix n’ayant pas jugé une mise au point nécessaire.

Thibaud Collin, qui avait un blog hébergé par le site du journal, s’est ému à juste titre de cet éditorial en publiant, le 4 juin, une excellente réaction parfaitement argumentée intitulée : « Avortement : non au vichysme mental ! » Le directeur de la Croix, Guillaume Goubert, est alors sorti de

Lire la suite de l'article

Chronique des cinglés : leur délire est partagé au plus haut niveau de l’Etat

Tout le monde s'est bien amusé sur cet échange entre un animateur de télévision et un … heu… un âne ? un fer à repasser ? on ne sait pas bien. Mais le pire c'est que, confirmant les avertissements de La Manif Pour Tous, cette idéologie du gender est partagée par nos dirigeants comme le montrent ces tweets de Marlène Schiappa :

C'est ainsi que ce délire général en vient à justifier la PMA et la GPA, l'enseignement du gender, la propagande LGBT… Tout est lié.

Lire la suite de l'article