Archives quotidiennes :

Nouvelle expertise médicale pour Vincent Lambert

Gk6fP_9d_400x400Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a ordonné ce lundi une nouvelle expertise médicale de l’état de santé de Vincent Lambert.

Le collège de trois médecins nommés par le tribunal administratif pour établir « le tableau clinique » du patient s’est désisté le 14 juin.

Il sera procédé à une nouvelle « expertise confiée à un collège de médecins désignés par le président du tribunal », et « l’examen du patient s’effectuera hors de la présence des parties », a indiqué lundi le tribunal dans l’ordonnance. Celles-ci pourront être représentées par des médecins qui « seront limités à un praticien pour l’ensemble des requérants et un praticien pour chacun des défendeurs, soit un total maximum de quatre médecins ». Me Jean Paillot, avocat des parents de Vincent Lambert, estime :

« C’est une bonne décision, le tribunal confirme que cette mesure d’expertise est nécessaire pour prendre une décision à terme ». « Mais il faut des experts ayant la compétence suffisante » et que « Vincent soit placé provisoirement dans un établissement adapté pour que l’expertise puisse avoir lieu dans les meilleures conditions ».

Lire la suite de l'article

Sébastien Meurant : Un Républicain fier d’être de droite

Sébastien Meurant est le jeune sénateur (LR) du Val d’Oise depuis 2017. Il a été maire de la ville impériale de Saint-Leu-la-Forêt qu’il a ravi à la gauche en 2008. Il soutient Laurent Wauquiez mais s’affirme de droite, n’a pas peur du mot "identité" et prône le dialogue avec toutes les droites. Travailleur, indépendant et déterminé, Sébastien Meurant n’a pas fini de faire parler de lui ! Il évoque la situation de sa formation politique à un an des élections européennes.

Lire la suite de l'article

Les Syriens et les Russes lancent une offensive dans le sud de la Syrie

Analyse d'Antoine de Lacoste publiée sur Boulevard Voltaire :

9b7d6a16b1d293a21b1be4d4f8959056c901f6b0"Depuis la reprise de la Ghouta et du camp de Yarmouk dans la banlieue de Damas, il ne reste plus que deux zones tenues par les islamistes en Syrie : la province d’Idleb, au nord-ouest, et celle de Deraa dans le sud.

Russes et Syriens se sont mis d’accord pour s’attaquer d’abord à celle de Deraa, moins bien défendue qu’Idleb.

Deraa est symbolique : c’est dans cette ville (la capitale de la province porte le même nom que la province elle-même) qu’ont démarré les premières émeutes lors des « printemps arabes », en 2011. De timides au départ, les manifestations étaient vite devenues insurrectionnelles et islamistes. La maladroite et brutale répression du gouverneur de l’époque n’avait fait qu’envenimer les choses. Il fut d’ailleurs relevé de ses fonctions par la suite.

Un long ballet diplomatique a précédé cette offensive. Il fallait en effet parler avec les Américains et les Israéliens afin de sonder leurs intentions.

Les Américains tout d’abord, car Deraa se situe dans une zone de « désescalade », où les combats sont censés ne pas reprendre. Washington avait alors assuré les insurgés de son soutien en cas d’attaque syrienne. De plus, la base américaine d’al Tanf se situe non loin de là, à l’est.

La teneur des discussions russo-américaines n’est pas connue à ce jour, mais la conclusion, quant à elle, fut très claire : les Américains ont averti les insurgés qu’il ne fallait pas compter sur leur soutien. Pourquoi ce revirement qui a provoqué la fureur

Lire la suite de l'article

Un prêtre peut présider une université

Contestée par le syndicat Snesup-FSU qui considérait que « l’engagement ecclésiastique de M. Deneken s’opposait à son élection eu égard au principe de neutralité du service public », l’élection en décembre 2016 de l'abbé Michel Deneken à la présidence de l’Université de Strasbourg a été validée, le 27 juin, par le Conseil d’État. Extrait :

"4. Considérant qu'il résulte ainsi du principe constitutionnel de laïcité que l'accès aux fonctions publiques, dont l'accès aux fonctions de président d'université, s'effectue sans distinction de croyance et de religion ; que, par suite, il ne peut, en principe, être fait obstacle à ce qu'une personne ayant la qualité de ministre d'un culte puisse être élue aux fonctions de président d'université, celle-ci étant alors tenue, eu égard à la neutralité des services publics qui découle également du principe de laïcité, à ne pas manifester ses opinions religieuses dans l'exercice de ses fonctions ainsi qu'à un devoir de réserve en dehors de l'exercice de ces fonctions ; que, par suite, la question de la conformité au principe constitutionnel de laïcité des dispositions législatives contestées par le syndicat requérant, qui n'est pas nouvelle, ne présente pas un caractère sérieux ;

5. Considérant, en second lieu, que la circonstance que le président élu d'une université aurait la qualité de ministre d'un culte est, par elle-même, sans rapport avec les garanties qui s'attachent au respect du principe constitutionnel d'indépendance des enseignants-chercheurs ; que les dispositions litigieuses de l'article L. 712-2 du code de l'éducation prévoient au demeurant

Lire la suite de l'article

La tragédie de Simone Veil dans sa lutte dans un camp de la mort furent politiciennement instrumentalisés pour faire passer l’avortement

De Bernard Antony :

"Hier, dans un débat avec Daniel Cohn-Bendit, Alain Finkielkraut faisait remarquer que ça avait été « un coup de génie » de Giscard d’Estaing que d’avoir été chercher Simone Veil comme ministre de la Santé pour faire passer la loi (signée Giscard d’Estaing, Chirac, Veil) de légalisation de l’avortement. Finkielkraut ajoutait qu’avec Françoise Giroud, à laquelle on avait pensé aussi, la loi n’aurait eu aucune chance de passer. En effet, une bonne partie de la droite qui vota la loi, avec le renfort de la gauche, était tétanisée à la perspective de s’opposer à une femme qui était en quelque sorte devenue intouchable et irréfutable, héroïcisée par l’immense tragédie dans l’enfer nazi d’Auschwitz où ses parents avaient été parmi tant d’autres assassinés et à laquelle elle avait survécu.

Simone Veil elle-même raconta dans ses souvenirs que si l’épiscopat français s’était unanimement dressé contre la loi qu’elle avait pour mission de rapporter devant la chambre, jamais celle-ci ne serait passée.

De la même manière mais inversement on peut penser que, bien que rescapée de l’abomination nazie, c’est parce qu’elle a été la grande actrice de la loi sur l’avortement que Simone Veil est entrée hier au Panthéon et son mari Jean Veil avec elle. D’autres rescapés héroïques des camps de la mort ne rentreront pas en effet dans ce Panthéon. La vérité, la triste vérité, c’est que la tragédie et l’héroïsme de Simone Veil dans sa lutte victorieuse pour la vie dans un camp de

Lire la suite de l'article

Victoire historique de la gauche au Mexique ? Pur mensonge médiatique

Bernard Antony rappelle aux journalistes incultes :

"« Victoire historique de la gauche, après un siècle et plus de pouvoir de droite ! »

Et voilà les mots dits à peu près à l’identique, ce matin, sur différentes chaînes, les chaînes de ces journalistes unanimement unis pour affirmer solennellement leur détermination à traquer les propagateurs de ce qu’ils appellent à leur façon, dans leur jargon, et que nous désignons en bonne langue française selon notre titre : « pur mensonge ! » Car il faut vraiment le faire pour désigner comme « de droite » le pouvoir au Mexique, depuis 1910, du PRI : le Parti Révolutionnaire Institutionnel, totalement franc-maçon et férocement anticatholique.

JpgCe pouvoir supprima les libertés religieuses essentielles (enseignement, port des habits, processions, etc…) et entraîna ainsi d’abord l’opposition violemment réprimée de la majorité du peuple puis, de 1926 à 1929, le soulèvement de la Cristiada menée par les Cristeros, ces héroïques chouans mexicains. Rappelons simplement ici qu’après avoir remporté de grandes victoires sur les armées gouvernementales maçonniques, anticatholiques, puissamment financées et armées par le gouvernement yankee non moins maçonnique, les Cristeros commirent l’erreur de signer les accords de paix négociés par le Vatican et de déposer leurs armes. Désarmés, ne pouvant plus se défendre, par milliers ils furent alors arrêtés, torturés, assassinés par la soldatesque mexicano-marxiste soutenue, financée et encadrée par les capitalistes yankees avec d’ailleurs l’entier et massif soutien du Ku- Klux-Klan aussi diaboliquement anticatholique que raciste.

PS : le mercredi 18 juillet, sur Radio-Courtoisie, nous

Lire la suite de l'article

La Marche des Fiertés… paternelles

De la CFTC Metallurgie des Yvelines :

"Le titre, c'est pour les moteurs de recherche.

Car notre fierté de pères, c'est d'être serviteurs de nos familles. Qui sont nos familles ? Paraphrase une phrase bien connue : "qui est ma mère, qui sont mes frères". Nos familles, ce sont toutes ces communautés de vie où s'éveillent les talents, où s'apprennent les responsabilités en vue du bien commun, où s'expérimentent et s'exercent les vertus cardinales, les "habitus". Nos familles, elles sont biologiques, professionnelles, associatives, syndicale, paroissiale….

Mais le rôle du père, à l'image de ce Joseph qui, sur une intuition angélique, se lève, prend femme et enfant, et part vers un lieu plus sûr, au prix d'un déracinement. Le père découvre et donne une espérance, il donne une perspective de vie, il veille et éveille. Beau sujet pour les responsables en entreprise ! Cette marche des pères, qu'elle ait eu lieu à Cotignac, Vézelay, au Mont Saint Michel, Montligeon ou ailleurs, a permis à des milliers de pères de se rencontrer et de partager, entre hommes, ces questions, des éléments de réponse. Ils ont été accompagnés -coachés – dans leur discernement de pères de famille, mais aussi de manageurs, de chefs d'entreprise, de syndicalistes. Le thème de cette année était le retour dans la patrie de ce Joseph avec sa petite famille, après quelques années d'exil. Où est notre patrie? Vraie question ! Nos racines familiales, notre pays : ce sont des réponses possibles et, potentiellement, vraies pour certaines situations particulières.

Lire la suite de l'article

Avortement : ce qu’Isabelle de Gaulmyn aurait dû (re)lire (8)

8e extrait de l'encyclique Evangelium Vitae :

Unknown-31« Il est fréquemment affirmé que la contraception, rendue sûre et accessible à tous, est le remède le plus efficace contre l'avortement. On accuse aussi l'Eglise catholique de favoriser de fait l'avortement parce qu'elle continue obstinément à enseigner l'illicéité morale de la contraception. A bien la considérer, l'objection se révèle en réalité spécieuse. Il peut se faire, en effet, que beaucoup de ceux qui recourent aux moyens contraceptifs le fassent aussi dans l'intention d'éviter ultérieurement la tentation de l'avortement. Mais les contrevaleurs présentes dans la « mentalité contraceptive » — bien différentes de l'exercice responsable de la paternité et de la maternité, réalisé dans le respect de la pleine vérité de l'acte conjugal — sont telles qu'elles rendent précisément plus forte cette tentation, face à la conception éventuelle d'une vie non désirée. De fait, la culture qui pousse à l'avortement est particulièrement développée dans les milieux qui refusent l'enseignement de l'Eglise sur la contraception. Certes, du point de vue moral, la contraception et l'avortement sont des maux spécifiquement différents: l'une contredit la vérité intégrale de l'acte sexuel comme expression propre de l'amour conjugal, l'autre détruit la vie d'un être humain; la première s'oppose à la vertu de chasteté conjugale, le second s'oppose à la vertu de justice et viole directement le précepte divin « tu ne tueras pas ».

Mais, même avec cette nature et ce poids moral différents, la contraception et l'avortement sont très souvent étroitement liés, comme des fruits d'une même plante. Il est vrai qu'il

Lire la suite de l'article