Archives quotidiennes :

A 2 ans, elle sauve la vie de sa mère enceinte

Incroyable :

"Myah, une adorable petite Britannique âgée de 2 ans à peine, était toute seule à la maison avec sa maman, Katie-Marie, 27 ans, quand cette dernière s'est soudain effondrée sur le sol de sa chambre à coucher. Alors enceinte, et à un stade avancé de sa grossesse, la jeune mère de famille venait de perdre connaissance.

La pauvre Myah, qui est encore un bébé, s'est donc brusquement retrouvée face à sa maman qui fermait les yeux et ne lui répondait plus. Une situation qui aurait pu rapidement tourner au drame ! Mais la petite fille, avec une présence d'esprit surprenante, n'a pas paniqué. Au contraire. Alors que certains adultes auraient eu du mal à gérer une telle situation, l'enfant a tout simplement donné l'alarme en utilisant FaceTime, une application qui permet de passer des appels en vidéo.

Elle a appelé sa mamie. La secouriste en couches-culottes se souvenait qu'elle avait vu sa mère utiliser cette application sur son téléphone. Alors elle a attrapé le portable de maman, a appuyé sur l'icône de l'application et a expliqué à sa grand-mère qu'il se passait quelque chose de bizarre avec sa mère. Un geste digne d'une vraie petite héroïne qui a permis que Katie-Marie soit amenée d'urgence à l'hôpital. Trois jours plus tard, la future maman, remise sur pied, avait le feu vert des médecins pour rentrer à la maison : "J'ai eu des évanouissements pendant ma grossesse. Mon taux de fer et de globules rouges est très bas. Les docteurs

Lire la suite de l'article

Daniel de Montplaisir : Louis XX, futur roi de France ?

TV Libertés poursuit son enquête sur les prétendants au trône de France et au sentiment monarchique. Après avoir reçu le comte de Paris puis son fils le prince Jean d'Orléans, la chaîne vous fait découvrir la personnalité : Louis Alphonse de Bourbon. Daniel de Montplaisir est le meilleur défenseur et avocat de Louis XX qui aime à répéter la phrase de ses pères :"Je ne prétends à rien, je suis".

Lire la suite de l'article

La bière et le houblon : merci les moines

Saviez-vous qu’aujourd’hui, si la bière est si connue (et si bonne !), c’est grâce aux moines bénédictins du Moyen Âge ? Eh oui, ce sont eux qui ont inventé et peaufiné tout le savoir-faire que l’on retrouve notamment aujourd’hui dans les authentiques bières trappistes. D’ailleurs, le « houblon », cette plante infusée lors du brassage de la bière, a été introduite par une moniale !

Allez, ce mois-ci Divine Box vous explique en trois minutes pourquoi vous devez remercier nos chers moines pour la bière ! Santé ! 🍺

Sans titre

Vieux dessin d’un moine brassant la bière au Moyen Âge ! Ce sont eux qui, dans leurs abbayes, ont tout mis au point et tout inventé !

Les moines bénédictins, ces champions de la bière ! 🍺

C’est au Moyen Âge que la bière, boisson très ancienne, acquiert ses lettres de noblesses… grâce aux moines bénédictins ! Ceux-ci se mettent en effet à brasser de la bière pour différentes raisons. D’abord, c’est un moyen de travailler de leurs mains pour assurer leur subsistance, comme les y encourage leur père fondateur saint Benoît. Dans sa règle, édictée au VIe siècle, il dit en effet « ora et labora » : prière et travail ! Ensuite, la bière permet à l’époque aux moines de boire une boisson saine. L’hygiène n’étant pas au top de sa forme à l’époque, le fait de bouillir l’eau pour, plus tard, en faire de la bière, permettait ainsi de tuer les microbes et de purifier l’eau ! Enfin, c’était aussi pour les moines une « nourriture » : on appelait jadis la bière « pain liquide »

Lire la suite de l'article

Oui, il existe une approche toute inspirée de sagesse évangélique pour concevoir et faire la guerre

LegrierLe colonel François-Régis Légrier vient de publier un essai sur la guerre juste, intitulé Si tu veux la paix, prépare le guerre. Par delà les traités d’histoire militaire et de stratégie, voici l’étude des principes qui doivent guider toute action politique au sujet de la guerre « afin de l’éviter quand il le faut ou de la mener à bien quand c’est nécessaire ». Son fil directeur reprend l’antique devise de l’actuelle école de guerre française : si vis pacem, para bellum. Pour l’avoir oublié par négligence ou idéologie, notre pays a plusieurs fois payé très cher son amnésie. Oui, il existe une approche toute inspirée de sagesse évangélique pour concevoir et faire la guerre, et c’est toute l’actualité de la doctrine de la guerre « juste ». A propos des guerres récentes contre les "dictateurs" de Serbie comme d'Irak, l'auteur écrit par exemple,

"La guerre étant un acte politique, la réthorique consistant à assimiler un chef d'Etat à un brigand et la guerre à une opération de police est une aberration lourde de conséquences. En effet, loin de pacifier les relations internationales, cette réthorique, négation du politique, contribue à faire disparaître l'état de paix et l'état de guerre au profit d'un état de crise permanent. Elle exacerbe le sentiment d'injustice chez les peuples considérés comme des Etats-voyous ou faillis et met donc en mouvement des forces qu'il est de plus en plus difficile de contrôler. […] Ensuite, en assimilant la guerre à une opération de police, cette réthorique tend à

Lire la suite de l'article

Non, Monsieur Goubert, vous avez bien raison, vous ne méritez certainement pas d’être traité de vichyste…

Un lecteur du Salon beige a écrit à Guillaume Goubert sur l'affaire Thibaud Collin et le vichysme mental de La Croix concernant l'avortement :

6a00d83451619c69e20223c8504f75200c-250wi"Monsieur,

Dans votre éditorial, vous semblez offensé que Monsieur Thibaud Collin ait traité de « vichysme mental » l’attitude de votre follicule anticatholique. On peut en effet s’indigner de ces termes, car cette comparaison stigmatise bien injustement ceux qui, pour des raisons diverses, ont pu, à un moment ou à un autre, soutenir le régime maréchaliste.

Nombre de ces derniers sont par la suite devenus résistants, courageusement et in tempore non suspecto, ce qui ne risque guère d’être votre cas.

L’immense majorité de ceux auxquels vous vous offensez d’être comparé  ignorait l’horreur du génocide commis, alors que vous n’êtes trop conscients de l’immolation de 8 millions d’enfants français par la loi Veil, aux pieds de laquelle Madame de Gaulmyn se prosterne chaque matin.

Certaines âmes courageuses, comme le Cardinal Gerlier, surent tirer parti de leur proximité de Pétain pour sauver des vies juives. Combien d’enfants, combien de mères contraintes à avorter avez-vous sauvées de cet engrenage mortifère ? Non, Monsieur Goubert, vous avez bien raison, vous ne méritez certainement pas d’être traité de vichyste !

Une comparaison plus pertinente vous rapprocherait des autorités de l’Université Libre de Louvain, insipides et lâches censeurs, qui ont licencié le professeur Mercier, pour avoir commis le forfait abominable de remettre en cause le crime de l’avortement, par une approche philosophique respectueuse de la liberté de pensée de ses contradicteurs. Son contrat ne

Lire la suite de l'article

L’affaire Gaulmyn et le bradage de la civilisation chrétienne

Capture d’écran 2018-06-10 à 20.33.16Nous vivons décidément des temps étranges, mais passionnants. « La Croix », quotidien « officieux » de l’épiscopat français, a récemment publié un éditorial ahurissant d’Isabelle de Gaulmyn sa rédactrice en chef, se félicitant du résultat du référendum irlandais sur l’avortement. Avec des arguments misérables, du type : Les résultats sont sans appel ; le débat a été digne et pluraliste (sic !) ; il faut respecter cette réponse.

Mais, à supposer même que le débat ait été effectivement digne et pluraliste, à supposer que ce référendum ait respecté tous les usages démocratiques, en quoi est-ce que cela garantit la légitimité des résultats ? Personne, à ma connaissance, n’a jamais contesté que la majorité nationale-socialiste de 1933 ait été légalement élue en Allemagne, ni que le Reichstag ait respecté les procédures parlementaires. Va-t-on en déduire que les lois de Nuremberg ont été légitimes ? Chacun voit bien à quelle conclusion absurde nous conduisent les prémisses insensées de Mme de Gaulmyn.

Il est vrai que « La Croix » nous a habitués à cette soumission à la « dictature du relativisme », naguère dénoncée par Jean-Paul II et Benoît XVI – et que continue à dénoncer fermement, quoi qu’en d’autres termes, le pape François.

Mais cette soumission n’en demeure pas moins extrêmement problématique. Surtout quand elle provient d’un quotidien supposé catholique. Mais, là sans doute réside le premier problème : quel est exactement le statut de ce journal ? Parler de quotidien « officieux », comme je le faisais au début de cet article, c’est en réalité dire que ce n’est ni un quotidien officiel – il n’engage pas

Lire la suite de l'article

Un quotidien relativiste

Un lecteur du Salon beige nous fait suivre ce message envoyé à la rédaction de La Croix :

Capture d’écran 2018-06-10 à 11.52.28"OBJET que je vous prie de prendre en compte: mon DESABONNEMENT de votre quotidien La Croix.

Ancien abonné de ce journal il y a quelques années, je m'en étais désabonné pour des raisons que j'avais données à une personne de vos services qui m'avait téléphoné. Je me suis laissé tenter en février dernier pour un abonnement de 3 mois, votre "relanceuse" (d'origine béarnaise et excellente débatteuse) ayant su me convaincre de réessayer pour la période de consultation nationale sur la bioéthique.

Je résume ci-après les raisons pour lesquelles je ne plus recevoir le journal La Croix, en lien avec vos 5 "bonnes raisons" de vous lire.

R1: "La Croix explique". Vous laissez le lecteur ignorant des objectifs cachés (destruction du christianisme) des réformes sociétales récentes et projetées que vous présentez et commentez sans préciser ou rappeler que certaines empiètent sur "les points non négociables" de l'Eglise catholique. Relativistes, vous manquez à votre devoir d'alerte, et au devoir de fidélité à Rome.

R2: "La Croix fait la différence". Oui, en faisant l'éloge de "La vie d'Adèle" (14 mai"), de "Plaire, aimer et courir vite" (11 mai), en oubliant de parler du pèlerinage de Pentecôte à Chartres …

R3: "La Croix résiste". Vous résistez davantage à saint Paul et au cardinal Robert Sarah qu'à la démolition de la famille et à l'interdiction des crèches de Noël visibles par le public.

R4: "La Croix

Lire la suite de l'article

La catholique Irlande rejoint le troupeau européen des peuples qui se suicident

Extrait de l'éditorial d'Hilaire de Crémiers dans Politique Magazine, à propos du référendum irlandais sur l'avortement :

Couv"[…] L’avortement sera donc légal jusqu’à trois mois de grossesse et, sur justification médicale, entre trois et six mois. Le Premier ministre Leo Varadkar, d’origine indienne et lui-même homosexuel affiché, s’est félicité de cette « révolution tranquille ». Ce référendum fait suite à celui de 2015 qui avait autorisé le prétendu mariage homosexuel. La catholique Irlande qui, il y a encore vingt ans, se refusait à ce genre d’évolution dite « sociétale », rejoint le troupeau européen des peuples qui se suicident, dans la pratique qui sera généralisée et, sans le dire, quasi obligatoire sous contrainte morale, d’une « culture de mort » qu’avait véhémentement dénoncée en son temps saint Jean-Paul II. En la circonstance, la voix souveraine de l’Église ne s’est pas fait entendre. Et c’est, peut-être, ce qu’il y a de plus grave.

La lecture des éditoriaux du Monde et de Libération – on n’ose pas avancer d’autres titres ! – donne à comprendre, avec les mêmes arguments continuellement ressassés, quel plan diabolique oriente tout cet ensemble de décisions auquel l’Europe institutionnelle a amené tous les pays d’Europe ou presque ! Au nom des droits de l’Homme, le permis de tuer et de forniquer comme on veut, autant qu’on veut. Avec interdiction d’interdire sous peine de délit et de crime. Et ces lois sont les bases intangibles du nouvel ordre social : Sodome et Gomorrhe, et l’infanticide généralisé ! Exultation des médias : un référendum qui donne envie de référendum, écrit Le

Lire la suite de l'article