Archives quotidiennes :

Cathophobie larvée : quand on fait semblant de s’inquiéter qu’un lycée catholique soit… catholique

Ca se passe à Saint Jean de Passy. La tiédeur est partout. Même en minorité, elle se fait entendre : 

"Des parents et des enseignants dénoncent un virage «tradi» de la part de la direction du lycée privé catholique parisien, arrivée il y a trois ans. Qui se défend.

Que se passe-t-il derrière les hauts murs de Saint-Jean-de-Passy ? La vie au sein du vénérable lycée du XVIe arrondissement, dont la devise latine est « Labor et Dilectio » (travail et amour), n’est plus un long fleuve tranquille. Les initiatives du chef d’établissement, François-Xavier Clément, suscitent de forts remous en interne.

Si l’Apel, l’association locale des parents d’élèves, loue son action – « Saint-Jean-de-Passy a pris un coup de fouet, parce que François-Xavier Clément sait ce qu’il veut et qu’il avance », selon sa présidente – certains parents et enseignants, sous couvert d’anonymat, décrivent une « inflexion de l’esprit d’ouverture de Passy », craignant une « dérive national catholique » selon l’un des frondeurs.

C’est cette mère, choquée du rythme des confessions beaucoup plus « soutenu » qu’avant, selon elle. C’est ce professeur, qui évoque une collégienne privée des « compliments » à son conseil de classe, il y a un an, au motif qu’elle « passe trop de temps avec des garçons » (suite).

Lire la suite de l'article

Les enseignements des états généraux de la bioéthique : le document inédit de La Manif Pour Tous

Nous avons pu nous procurer le document d'analyse (400 pages !) réalisé par La Manif Pour Tous sur le thème "procréation et société" des états généraux de la bioéthique. La réalité est claire : les Français ne veulent pas de la PMA sans père ni de l'autoconservation des gamètes. En voici un extrait :

Unknown"La Manif Pour Tous a étudié aussi bien la répartition des positions que les argumentations des participants, que ce soit lors de débats publics, en ligne ou lors des auditions. En ce qui concerne ces dernières, l’analyse des positions et de la représentativité des intervenants montre que la majorité est la même que celle qui résulte des débats publics et en ligne. Les résultats de ces états généraux sont donc marqués par une grande cohérence.

En ce qui concerne la thématique « Procréation et société », les principaux enseignements de ces états généraux de la bioéthique sont les suivants :

Ø  Fortes préoccupations pour l’avenir

Les participants se sont montrés très volontaristes pour exprimer leur opinion : comme les messages sur le site l’attestent largement, ils ont souvent trouvé difficile de se positionner sur des propositions ambiguës. Ils ont aussi trouvé la plateforme complexe et ont mis du temps à découvrir toutes les modalités possibles pour s’exprimer. Cela a donné lieu à une certaine confusion dans la répartition des réponses. C’est d’ailleurs ce qui a rendu incontournable une lecture exhaustive du site pour dégager les résultats réels.

Les participants ont également trouvé difficile de participer aux débats publics, les dates,

Lire la suite de l'article

Le terroriste islamiste de Liège aura des obsèques dans une église catholique

Incompréhensible

'L'Eglise de On, à Marche-En-Famenne : c'est là que se dérouleront les funérailles de Benjamin Herman, le tueur de l'attaque de Liège qui a fait trois morts, selon L'Avenir.

Le corps de l'assaillant, tué par la police peu de temps après avoir perpétré ces crimes, sera inhumé dans le cimetière de la commune.

L'abbé du village de On, François Barbieux, s'est exprimé sur la démarche de la famille de celui qui se serait radicalisé en prison : "La famille a tout à fait conscience de l’inacceptable, mais elle doit faire le deuil d’un fils, d’un tonton, d’un petit-fils, qui est décédé de manière tragique, de par les actes qu’il a posés avant son décès et de par la manière dont il est décédé."

La police sera présente en masse pour sécuriser ces funérailles".

L'église est avant tout la maison du Seigneur. Pas prioritairement l'endroit où enterrer un assassin d'une autre religion sous prétexte de devoir aider des humains.

Lire la suite de l'article

Patrick Jardin :”J’aurais dû mettre mon poing dans la figure de Valls !”

La vie de Patrick Jardin a basculé le soir du 13 novembre 2015. Ce jour là, sa fille Nathalie, éclairagiste au Bataclan, meurt sous les balles des terroristes islamistes. Patrick Jardin raconte sa rencontre avec Manuel Valls, 48h d’angoisses avant d’apprendre le décès de son enfant. Et il l’affirme : les terroristes ont torturé les victimes du Bataclan.

Lire la suite de l'article

Le colonel Beltrame n’est pas une victime. Il est un soldat mort en héros dans l’exécution de sa mission.

Une polémique enfle autour d'un projet de plaque de rue de Montfermeil où devait être inscrit : "Parvis Colonel-Arnaud-Beltrame, officier de gendarmerie, 1973-2018, mort en héros, victime du terrorisme islamiste". La polémique levée une fois de plus par des élus d'extrême-gauche porte sur le qualificatif 'islamiste". Un non-événement en soi : l'extrême gauche ne représente qu'elle-même, c'est-à-dire, pas grand chose et en plus, le vote a été emporté clôturant ainsi tout débat. Et pourtant la discussion et les réactions ne sont pas terminées pour autant, preuve ce bon article du jour.

Mais il faudrait un jour reposer la sémantique dans ce qu'elle a de vraiment important comme me l'écrit ce lecteur :

"un militaire offre sa vie, la sacrifie en la donnant d'emblée le jour où il prend les armes de son pays pour le défendre. Il ne peut donc pas être une "victime" lorsque, allant au bout de la parole donnée dans le respect de son engagement, il meurt, tué par l'ennemi qu'il combat.

La victime est cette personne présente sur les lieux d'un attentat ou d'un acte de guerre et touchée dans sa chair. Le terroriste choisissant le lieu de son crime, ses victimes, présentes malgré elles, n'ont pas d'autre choix que de subir cette folie meurtrière. C'est bien l'aspect involontaire de cette exposition à la mort qui font d'elles des victimes. Le militaire, lui, n'est pas présent par hasard sur un champ de bataille ou sur les lieux d'un attentat terroriste. Ayant donné sa vie, il a

Lire la suite de l'article

Le ramadan financé par la mairie LR de Compiègne : appel à la “prière” à la sono et repas sur la voie publique

A découvrir ici aussi.

Lire la suite de l'article

Réforme de la propagande audiovisuelle d’Etat

Le ministre de la Culture Françoise Nyssen a dévoilé aujourd'hui ses propositions de réforme de l'audiovisuel financé par nos impôts : France Télévisions, Radio France, France Médias Monde (France 24, RFI), l'INA, Arte et TV5 Monde.

La réduction des coûts (3,9 milliards d'euros en 2018) ne semble pas au programme, contrairement à la propagande.

  • Deux nouveaux médias en ligne vont être lancés: un premier, lancé fin juin, concernant l'art et la culture ; et un second destiné aux jeunes «avec des formats courts et innovants».
  • France 3 devra tripler ses programmes régionaux, et combiner ses forces avec «France Bleu» (les radios locales de Radio France). 
  • Les sociétés de l'audiovisuel public devront investir 150 millions d'euros de plus dans le numérique, d'ici à 2022.
  • Évoquant les «fake news», Françoise Nyssen a annoncé la création d'une «plateforme commune de décryptage des fausses nouvelles».
  • Le ministre a évoqué certaines des missions qu'elle fixait pour l'audiovisuel public, qui devait devenir «le miroir de nos différences». Taxant certains Français de «hautement réactionnaires», elle a annoncé que les chaînes et radios du groupe «changer[aient] les mentalités sur le terrain».

En plein discours, elle a effectué un clin d'œil à Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, pour approuver ses propos de 2015 sur les «mâles blancs» trop nombreux à l'antenne:

«Delphine, tu n'es plus seule».

Racisme d'Etat, accusation à l'encontre des Français qui ne pensent pas LREM, propagande, voilà le triptyque de la propagande étatique.

Lire la suite de l'article

La CAF suspend des versements pour cause de ramadan

Le directeur de la Caisse d’allocations familiales (CAF) de la Dordogne a écrit à la mairie de Bergerac pour annoncer la suspension de l’agrément et des financements des centres sociaux de la Brunetière et Germaine-Tillon, situés dans deux quartiers prioritaires avec une importante population musulmane. Où le ramdam doit faire un peu de bruit en ce moment…

En effet, leurs locaux sont mis à disposition entre 22 heures et 1 heure du matin sur la période du ramadan 2018, avec «réquisition du personnel ». Le directeur de la CAF y voit un

« lien direct avec un contexte purement confessionnel. Les centres sociaux sont soumis au respect des principes de laïcité, de neutralité et de mixité sociale ».

Le maire prend prétexte sur… Noël, ce qui montre le problème de la laïcité à la française :

« C’est complètement débile de dire cela. Il n’y a aucun caractère religieux là-dedans. C’est comme si on disait ‘‘à Noël il ne doit rien se passer car c’est contraire au principe de laïcité”. »

« En cette période de ramadan, la nuit tombe tard et donc la rupture du jeûne aussi. Si bien que les gens se retrouvent dehors tard, au risque d’engendrer du bruit, de gêner les voisins, de provoquer des conflits, d’obliger à appeler la police… En leur permettant de se retrouver ailleurs que dans la rue, l’ouverture des centres sociaux absorbe cette vie de nuit. Mais si le ramadan tombe en décembre ou en janvier, nous n’avons pas à faire cela, car la

Lire la suite de l'article

La Cour Suprême des Etats-Unis stoppe le totalitarisme LGBT

De2n2OjWAAAn00O

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 3 juin…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 3 juin : saints du jour français ou en France.
    • St Hilaire, Ier évêque de Carcassonne († IVe s.)

À Carcassonne, au VIe siècle, saint Hilaire, qui est tenu pour le premier évêque de la cité, à l'époque où les Goths répandaient dans la région l'hérésie arienne.

  • Ste Clotilde, reine des Francs († 545)

A Tours, en 545, sainte Clotilde, reine. Grâce à ses prières, son époux Clovis, roi des Francs, accueillit la foi du Christ. Après la mort du roi, elle se retira pieusement près de la basilique de Saint-Martin, ne voulant plus être considérée comme reine, mais comme servante de Dieu. (le 3 juin au martyrologe romain, en France sa mémoire est reportée au lendemain).

  • St Lifard, prêtre  († VIe s.)

À Meung-sur-Loire dans l'Orléanais, au VIe siècle, saint Lifard, prêtre, qui mena une vie solitaire.

  • St Morand, moine de Cluny († v. 1115)

À Altkirch en Alsace, vers 1115, saint Morand, moine. Né en Rhénanie, il fit, déjà prêtre, le pèlerinage de Compostelle et, à son retour, se fit moine à Cluny, puis fut envoyé fonder en Alsace un monastère, où il acheva le cours d'une vie bien chargée.

  • Bx Charles-René Collas du Bignon, martyr († 1794)

Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, le bienheureux Charles-René Collas du Bignon, prêtre de Saint-Sulpice et martyr. Supérieur du Petit Séminaire de Bourges au moment de la Révolution française,

Lire la suite de l'article