Archives quotidiennes :

Investir dans une Résidence Services Seniors catholiques

840193b1-0490-46cc-afc8-915b5e701cf8La SAS Saint Benoit réalise le projet de Résidence Services Seniors catholiques en lien avec la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. Ce projet de réhabilitation dans un hôtel de Gouverneur au milieu d'un grand parc est composé de 119 logements. A ce jour, 40% des logements ont été réservés.

Le concept : un mode d'hébergement novateur en accord avec l'attente des seniors.

L’habitat groupé est un mode de vie qui s’adresse à des personnes soucieuses de vivre collectivement selon le principe de l’attention réciproque, de l’entraide, de l’assistance à autrui, en référence à la morale chrétienne. La Résidence propose un mode de vie « comme chez soi » comprenant :

  • De véritables appartements conçus pour être des espaces de vie privée, du studio au deux pièces, avec décor personnalisable, comprenant une cuisine équipée, une salle de bains avec douche à l’italienne.
  • Des espaces hôtelier et béguinage qui accueillent les seniors valides ou fortement handicapés.
  • Un cadre sécurisant (personnel de la résidence et aumônier disponibles 24H/24 et 7J/7), conjuguant confort, convivialité, services à la personne.
  • Un mode de vie religieux suivant vos aspirations. La Résidence dispose d’une chapelle rénovée pour la célébration des offices par des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint Pierre.

A ce jour, plus de 40% des logements font l’objet d’une pré-réservation verbale et écrite, ce qui, pour une livraison début 2020, augure une bonne commercialisation des logements. Le nombre de logements préréservés représente un volume financier de 8.2 M€ soit 47% du montant des ventes.

Pour financer

Lire la suite de l'article

Il y a dix fois plus de voyants que de prêtres

Extrait d'un article sur le satanisme et l'occultisme dans le dernier numéro de L'Homme Nouveau :

Une-1663"[…] On recensait 25 000 satanistes français en 2007 (dont 80 % avaient moins de 21 ans), soit une augmentation de 300 % en trois ans. À côté de l’hypothèse théologique des sept portes ouvertes au démon développée notamment par le Père de Mauroy, dans deux rapports successifs sur le satanisme, la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) pointe du doigt pour sa part les portes d’entrée sociologiques que constituent le réseau internet, la musique black metal et la mouvance gothique, en particulier pour les adolescents. Elle comptait 151 profanations de cimetières en 2007, 269 en 2008, 485 en 2010 (410 tombes chrétiennes, 40 musulmanes et 35 juives) et 256 suicides de jeunes satanistes français en 2008. Pour le ministère de l’Intérieur qui donne des chiffres légèrement supérieurs, les profanations auraient doublé en 4 ans entre 2008 et 2012. Ces actes sacrilèges auraient donné lieu à l’interpellation de 67 personnes, dont 50 mineurs.

10 000 « guérisseurs » au moins travaillaient en 2015. En quatre ans, le nombre de voyants a plus que doublé, passant de 40 000 en 2003 à 100 000 en 2007. En 2010, le fisc français estimait à trois milliards d’euros le chiffre d’affaires des professionnels de la voyance pour 15 millions de consultations déclarées (50 % ne le seraient pas). Il y a dix fois plus de voyants que de

Lire la suite de l'article

Avortement : les femmes sont-elles vraiment libres ?

Le « droit à l’IVG » est devenu aujourd’hui si « fondamental » qu’il est difficile d’évoquer les risques de l’avortement pour la santé physique ou psychologique des femmes, compliqué de contester ce qui est devenu une "valeur de la République", sous peine de poursuites. Marie Philippe, fondatrice du site IVG.net, a accueilli plus de 10 000 femmes avant ou après l’avortement. Son expertise l’a conduite à faire une investigation poussée pour dévoiler ici une autre face de l’avortement, de ses causes et de ses conséquences. 

La « liberté » de la femme est-elle bien respectée ? Quelles sont les pressions de l’entourage pour l’inciter à l’avortement ? La frontière entre enfant « désiré » ou « non désiré » est-elle si tranchée ? L'ouvrage livre les terribles témoignages de jeunes filles obligées par leurs parents à avorter, les menaces affectives de ces hommes qui menacent de partir si leur conjointe n'avorte pas, ces médecins qui poussent à l'avortement, ces infirmières et autres chirurgiens qui oeuvrent dans cette industrie abominable…

Ivg"[C]e qui est le plus frappant, dans ce "combat intérieur" que mènent ces femmes contre elles-mêmes, c'est de voir l'importance qu'exerce sur elles la pression psychologique de l'entourage. C'est cette pression qui transforme le coeur des femmes et qui amoindrit leur liberté. Cette pression semble de plus en plus forte dans la société actuelle qui est de plus en plus normative."

"Aujourd'hui en France, aucun dispositif légal ne protège les femmes victimes de pressions psychologiques qui pourraient les pousser à

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 21 mai…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 21 mai : saints du jour français ou en France.
    • St Hospice, ermite près de Nice († v. 581)

Hospice (ou Hospicius), personnage de grand mérite, illustre par ses miracles, vivait au VIe siècle. Il se renferma dans une vieille tour abandonnée, près de Villefranche, à une lieue de Nice, en Provence, pour y pratiquer les exercices de la pénitence loin des vains bruits du monde. Vêtu d'un rude cilice, il portait sur sa chair nue de grosses chaînes de fer ; un peu de pain et des dattes faisaient sa nourriture ; mais, en carême, il ne prenait que des herbes ou des racines.

Dieu le favorisa du don des miracles et du don de prophétie. Il prédit l'invasion des Lombards dans le midi de la France, et en effet, quelques années plus tard, ces hordes barbares vinrent ravager nos provinces et mettre tout à feu et à sang.

Les farouches soldats rencontrèrent le saint reclus dans sa masure déserte, et, à la vue de ses chaînes, le prirent pour un malfaiteur. Le saint leur avoua qu'il était très criminel et indigne de vivre. Alors l'un d'eux leva le bras pour lui fendre la tête de son sabre ; mais son bras, paralysé tout à coup par une force invisible, laissa tomber l'arme à terre. À cette vue, les barbares terrifiés se jettent aux pieds du

Lire la suite de l'article