Archives quotidiennes :

La réforme de la SNCF est une quête de sens

Réflexion trouvée sur le blog de la CTFC Métallurgie des Yvelines :

Unknown-12"1/Le politique, c'est l'aménagement du territoire et la recherche de la garantie de la liberté de déplacement à coût raisonnable.

2/ L'économie de marché, c'est de vendre un service le transport de personnes et de biens. L'opérateur du rail peut être intégralement privé (économie de marché) mais peut remplir, par délégation du 1/, cette mission de service public.

Rappelons qu'un grand nombre de lignes ferroviaires ont été construites et exploitées au XIXème sur décision publique – concession – par des entreprises privées.

Une entreprise automobile allemande a entièrement revu son organisation en confiant à une seule personne le montage intégrale d'une voiture. Ainsi, la personne connait parfaitement la voiture qu'il a assemblée et testée. Elle voit l'aboutissement de son travail et la satisfaction du client, dans un échange vraiment personnel avec lui.

A la SNCF, le travail est, à l'inverse, taylorisé en une myriade de services, d'intervenants, qui font toujours la même chose et perdent le sens de ce à quoi ils contribuent de façon parcellaire : convoyage de voitures; convoyage de la loco; assemblage de rame; entretien; vérification; aiguillages; choix des voies; choix des garages….tout est divisé en autant de cellules quasi autonomes qui deviennent autant de petites baronnies.

Et si une personne était responsable de A à Z de la composition de sa rame, de son positionnement sur le quai et de sa conduite en service? N'aurait-ce pas vraiment du sens? C'est en tous cas l'avis d'un cheminot

Lire la suite de l'article

Référendum sur l’avortement en Irlande : les réseaux censurent

A lendemain d’une annonce de Facebook, Google a annoncé bloquer les publicités au sujet du référendum irlandais sur l’avortement sur son moteur de recherche et sur YouTube. Alors que les médias font campagne pour le oui, les réseaux sociaux se trouvent ainsi censurés sur le sujet…

Ce référendum aura lieu le 25 mai. Dans Famille chrétienne, Katie Murray qui fait partie de Pro Life Campaign, déclare :

P3-1-1024x686"Je suis enceinte depuis très exactement douze semaines. Je comprends donc très concrètement ce que signifie l’avortement libre jusqu’à douze semaines, tel qu’il sera autorisé si le « oui » l’emporte. À l’origine, je n’étais pas du tout intéressée par la défense de la vie. J’ai commencé à me pencher dessus il y a cinq ans, lorsque certaines dérogations ont été introduites. Peu à peu, ce sujet m’a intéressée. Le mouvement prolife est en plein essor depuis cinq ans dans le pays.

Que faites-vous, concrètement ?

Avec l’organisation dont je suis membre, je fais du porte-à-porte. Un nombre phénoménal de gens est mobilisé chaque jour dans tout le pays, beaucoup d’étudiants, de jeunes professionnels. Notre organisation réunit des chrétiens de toutes dénominations ou des agnostiques. Notre slogan ? « Love them both », aimez-les tous les deux, la mère et l’enfant qu’elle attend. […]

Quelle est l’atmosphère de cette « campagne » ?

Nous étions prêts, car nous nous préparions depuis des années. Mais le gouvernement est généralement contre nous, de même que les médias, qui promeuvent

Lire la suite de l'article

Le pape François réaffirme le principe non-négociable qu’est la famille

Unknown-13Le pape François a écrit la préface de l'ouvrage de Benoît XVI sur la politique, à paraître le 10 mai, que nous avons évoqué hier avec un texte inédit. Dans sa préface, le pape François affirme qu'il existe une “limite” à l'obéissance à l'Etat en matière familiale.

De fait, la pape reprend la notion désormais bien connue, mais parfois mal-connue, des principes non-négociables, ces principes intangibles qui fondent la société, quels que soient le contexte, le lieu et l'époque (contrairerement aux politiques contingentes, modulables en fonction du bien commun, comme l'immigration…).

Pour le successeur de Pierre, il existe aujourd'hui une idéologie qui refuse tout amour sauf celui “de son propre égo”. Selon lui, cela entraîne une “colonisation des consciences”, par une idéologie qui nie la différence homme-femme – “certitude de fond” – et son rôle dans la transmission de la vie. Sans les nommer, le pape désigne l'idéologie du genre et l'avortement, basés sur la “grande négation” que l'homme a été créé à l'image de Dieu. Et il écrit

il faut établir l'obéissance de l'homme à Dieu comme limite de l'obéissance à l'Etat”.

Cette idéologie aboutit à la “production planifiée et rationnelle” de personnes qui considèrent licite “d'éliminer“ ce qui “n'est plus considéré comme créé, donné, conçu et généré, mais fabriqué par nous seuls”. Ces “apparents” droits de l'homme conduisent à “l'autodestruction de l'homme”.

Lire la suite de l'article

Vraiment ne marche pas

Capture d’écran 2018-05-09 à 19.27.31"Vraiment", le nouvel hebdomadaire lancé en mars par Julien Mendez et Julie Morel, deux anciens conseillers d'Emmanuel Macron à Bercy et un ancien journaliste à franceinfo, Jules Lavie, a annoncé mercredi 9 mai qu'il cessait sa parution, ses ventes n'ayant pas atteint le niveau espéré.

Son huitième numéro, en kiosques ce mercredi, est le dernier à paraître. Dans un communiqué, le cofondateur Julien Mendez, président de Polaris News, l'éditeur de Vraiment, et directeur de la publication du magazine, indique :

"Malgré les bons retours de nos lecteurs sur la qualité du magazine, le format d'un hebdomadaire imprimé n'a pas rencontré son public. Dès lors, notre responsabilité est d'acter l'impossibilité de mener à bien notre projet sous sa forme actuelle et de préparer une nouvelle formule".

Lire la suite de l'article

Formation d’imams à Bruxelles avec des manuels antisémites et prônant le djihad

Selon La Libre.be :

220px-Brussels _Belgium_-_panoramio_(36)"La formation des imams délivrée en arabe au sein du Centre islamique et culturel de Belgique (CICB), qui abrite la Grande mosquée de Bruxelles, incite les fidèles à se lancer dans le djihad armé pour “se rapprocher de Dieu”, à “briser le cou” des minorités musulmanes comme les Druzes et les Alaouites, à jeter les homosexuels du haut des bâtiments et considère les juifs comme “un peuple corrompu, maléfique et perfide”. C’est un rapport confidentiel de l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam) qui le dit – et que “La Libre Belgique” a pu lire. L’analyse date du 26 février. Elle couvre l’année académique 2016-2017 et a été remise récemment à la Commission parlementaire de suivi des attentats terroristes, qui en discutera ce mercredi à Bruxelles.

En une quarantaine de pages, l’Ocam dresse un tableau effrayant des cours et manuels en vigueur dans ce CICB qui, jusqu’en mars 2019, dépend encore entièrement de l’Arabie saoudite (un financement de 4,5 millions d’euros ces quatre dernières années). On se souvient que sur la recommandation de la commission d’enquête parlementaire qui a planché sur les attentats du 22 mars à Bruxelles, le gouvernement a rompu, en mars, la concession de la Grande mosquée, avec un an de préavis, pour la confier à l’Exécutif des musulmans.

Des ouvrages distribués surtout côté francophone

Installée dans un des plus beaux parcs de Bruxelles, la Grande mosquée fait partie du réseau de la Ligue islamique mondiale.

Lire la suite de l'article

Agression de Robert Ménard : le silence de Gérard Collomb encourage les agresseurs

Voici un extrait de la lettre envoyée lundi 7 lai par le député Emmanuelle Ménard au ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, à propos de l'agression du maire de Béziers, Robert Ménard :

Capture d’écran 2018-05-09 à 13.47.42

Lire la suite de l'article

La réforme de la bioéthique ne s’avère pas si simple

C'est le constat unanime qui ressort des Etats-Généraux. Ainsi Libération titre :

Capture d’écran 2018-05-08 à 19.10.40Et l'article :

"Pour Emmanuel Macron, il est des promesses visiblement plus difficiles à tenir que d’autres. Notamment celle d’ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules. A l’occasion de son premier anniversaire à l’Elysée, certains de ses proches ont été interpellés sur la concrétisation de cet engagement de campagne. «Je suis attaché à ce que nous fassions ce que nous avons dit, que la PMA pour toutes soit adoptée avant la fin du mandat de la majorité», a évacué lundi Richard Ferrand, le patron des députés LREM, sur France Inter. Sans enthousiasme et en marchant sur des œufs."

Et La Croix: 

Capture d’écran 2018-05-08 à 19.13.10

Les tenants de la réforme prennent le pli de relativiser l'intérêt de ces Etats-Généraux.  

Nicolas Patte, en charge de la communication de Cap collectif, plate-forme spécialisée dans la démocratie participative, qui se charge d’un premier travail de synthèse au profit du CCNE, explique ainsi :

« Nous allons explorer l’ensemble des contributions et en faire une cartographie des arguments ». « Il s’agit de faire remonter et de lister les arguments et non de dire si la majorité est d’un côté ou d’un autre ».« Le but des états généraux est d’éclairer le législateur, mais pas de décider à la place des responsables politiques. Au fond, il y a un risque que ces états généraux ne satisfassent personne. »

Les travaux ont déjà démarré à l'Assemblée nationale. Cette semaine, la commission des lois

Lire la suite de l'article

C’est la France qui a fait la Nouvelle-Calédonie

D'Alain Sanders dans Présent :

Images-6"[…] Rappelons que les Kanaks – et cette graphie est nécessaire pour les dissocier des Canaques, très majoritairement loyalistes – ne représentent qu’eux-mêmes, c’est-à-dire pas grand monde. Les Européens et les Caldoches (les « pieds-noirs » de Nouvelle-Calédonie) sont aussi nombreux que les Canaques, et l’île compte des Mélanésiens, des Wallisiens, des Tahitiens, des Vietnamiens, des Indonésiens, des milliers de personnes originaires du Vanuatu, des Comores, des Antilles, de la Réunion, de Djibouti. Tous ceux-là, qu’on a vu manifester à Nouméa sous une forêt de drapeaux tricolores le 3 mai dernier, voteront bien sûr contre l’indépendance.

A l’occasion du déplacement présidentiel, on a entendu les habituels chiens couchés répéter que les « colons » avaient volé aux Canaques « les terres de leurs ancêtres ». Vide d’hommes (l’île de Shihoku, au Japon, compte près de 5 millions d’habitants pour une même superficie ; Chypre, deux fois plus petite, a quatre fois plus d’habitants), la Nouvelle-Calédonie pourrait, pour être réellement mise en valeur, accueillir sans problème cinq fois plus d’habitants.

Quant à une prétendue « nation canaque » (et a fortiori « kanak »), elle n’a jamais existé. C’est la France qui lui a donné un semblant de consistance en pacifiant une myriade de clans antagonistes et ennemis qui ne parlaient pas la même langue, s’étripaient allégrement et s’entre-dévoraient : il y avait des tribus dites « garde-manger » chez lesquelles les dominants allaient « faire leur marché », et le cannibalisme a été difficilement éradiqué."

Commentaires (3)

Derrière les indépendantistes, il y a les Australiens, qui voudraient bien pouvoir faire main basse

Lire la suite de l'article

Notre mai 68 d’Hugues Kéraly : le mouvement de résistance des étudiants de la Catho de Paris

Thumbnail-2L’année 2018 marque le 50e anniversaire des « événements de mai ». Par rapport aux commémorations antécédentes, on note une certaine « libération de la parole ». Les critiques de cette révolution qui fut au fond nihiliste et qui a lourdement contribué à la décadence de nos société sont heureusement moins rares. On peut lire des titres de revues ou même de livre comme « L’héritage maudit », « La farce qui dégénère » ; « La révolution des imbéciles », « L’arnaque du siècle »…. Mais les analyses ne vont pas toujours au fond des choses, du fait du manque de formation philosophique réaliste (plus d’essences, rien que des existants et des émotions), de l’ignorance des mécanismes révolutionnaires… et de l’occultation de certains aspects de l’histoire.

Hugues Kéraly, alors président du Bureau des étudiants de l’Institut catholique de Paris, avait apporté en 2008 un tout autre éclairage que celui d’un Daniel Cohn-Bendit, auquel la jeunesse de l’époque ne se résumait pas… Qui se souvient des étudiants qui s’engageaient dès la rentrée d’octobre 1967 pour la défense des libertés universitaires et de la doctrine sociale de l’Église, avec pas moins de cinquante ans d’avance sur des problématiques reconnues aujourd’hui comme essentielles pour le bien commun ? Les fameuses grèves insurrectionnelles de mai 1968 furent en effet précédées de quelques mois seulement par un mouvement de résistance des étudiants de la Catho de Paris contre la suppression des seules facultés libres de l’époque (octobre 1967-mars 1968) : un mouvement censuré alors

Lire la suite de l'article

Il est bien plus facile de lutter pour l’intégration scolaire dans une ZEP que dans une zone rurale

Tribune de Nicolas Pécari dans l'Incorrect à propos du nouveau plan Borloo en faveur de la banlieue :

Images-5"Chacun sait s’il n’est pas tartuffe que les moyens financiers ne font pas tout, bien au contraire, et que les fonds engagés jusqu’alors n’ont rien changé à la situation. Jean-Louis Borloo est à l’image de ce marin qui écope sa barque alors qu’elle prend l’eau de toutes parts. Elle finira par couler. Pendant ce temps nos zones rurales sont délaissées par les gouvernements successifs et leur voix ne semble pas porter jusque dans les arcanes du pouvoir. Le « focus » sur les problèmes relatifs aux banlieues est un vieux serpent de mer qui, depuis les années 80, c’est-à-dire l’époque où le modèle d’intégration à la Française a commencé à prendre l’eau, rythme l’indécision du pouvoir politique.

L’idéologie multiculturaliste s’en est mêlée et a pris le pas sur l’impératif d’unité nationale créant une société ghettoïsée et morcelée. Le fameux mot du général De Gaulle « on peut assimiler des individus, pas des peuples » prend alors tout son sens. Car c’est bien ici le sujet fondamental, tous ces « plans banlieues » ne vont pas en réalité dans la bonne direction, les moyens financiers sont impuissants face à cette impossible intégration, comment peut-on « en même temps » vouloir intégrer ces territoires et préserver leur identité culturelle et/ou religieuse bien souvent en contradiction avec nos lois (un tiers des musulmans plaçant les préceptes du Coran au-dessus des lois de la République) ?

Ces financements dithyrambiques sur les banlieues sont communs à la

Lire la suite de l'article

Dans la Belgique islamisée, un sanctuaire va-t-il disparaître ?

De Mathieu Parbot pour les lecteurs du Salon beige :

PLa lumineuse figure sacerdotale du Bienheureux Edouard Poppe revient sur le devant de la scène. En effet, le couvent de religieuses, situé à Moerzeke où il passa les dernières années de sa vie, est promis à une destination très incertaine.

Qui est Edouard Poppe ? Laissons d’abord la parole à Saint Jean-Paul II lui-même qui l’a béatifié en 1999 :

« Frères et Soeurs venus pour la béatification du Père Edward Poppe, notamment de Belgique, je vous salue cordialement. L'Eglise est heureuse de compter en lui un nouveau bienheureux. Je vous encourage tous à le prendre pour modèle et pour guide, lui qui fut un témoin de la foi et de la charité. Il trouvait dans la prière et dans l'Eucharistie la force pour sa vie quotidienne et pour sa mission pastorale. Aimant totalement le Christ, il s'attachait à l'imiter en toutes choses, en faisant la volonté de notre Père des cieux et en accueillant toutes les personnes. Dans sa relation intime avec le Maître de la moisson, le Père Poppe offrait le monde à Dieu afin de pouvoir offrir Dieu au monde. Le Père Poppe avait fait siens la devise et le désir de pauvreté et d'humilité du bienheureux Antoine Chevrier: "Ma vie c'est Jésus-Christ". Cela constitue véritablement l'idéal de tout prêtre et de tout chrétien, car une vie vécue par amour pour le Seigneur et dans son amour est une existence qui trouve sa véritable et sa pleine réalisation. J'invite particulièrement les familles à

Lire la suite de l'article