Archives quotidiennes :

Syrie : l’un des sites bombardé avait été inspecté il y a 2 mois et il n’y avait pas de trace d’arme chimique

Informations intéressantes de Frédéric Pichon, spécialiste de la région à propos d'une inspection de l'OIAC (Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques, institution internationale qui veille à ce que la Convention internationale sur les armes chimiques soit bien appliquée) :

Lire la suite de l'article

Le pape François appelle au “respect de la vie” et à prier pour Vincent Lambert

«Ce sont des situations délicates, très douloureuses et complexes. Nous prions pour que chaque patient soit toujours respecté dans sa dignité et traité de manière adaptée à son état, avec l'accord des membres de la famille, des médecins et des autres professionnels de la santé».

Lire la suite de l'article

Les frappes en Syrie ou beaucoup de bruit pour rien

Voici l'analyse d'Antoine de Lacoste sur les derniers évènements :

DatWvisWsAIUOYNOuf ! L’honneur est sauf ! Les justiciers ont vengé le sang du peuple syrien massacré par le méchant Bachar. A l’issue d’une enquête aussi approfondie que celle sur les armes de destruction massive de Sadam Hussein, le verdict a été rendu : c’est bien le régime syrien qui a frappé chimiquement le dernier quartier de Douma encore aux mains des islamistes.

Le président Macron a des preuves : on espère les voir un jour…De toutes façons elles sont superflues, car quelques heures après les vidéos envoyées par les gentils islamistes appelés casques blancs, Donald Trump avait décrété que le coupable était « l’animal » Bachar. Si le patron l’a dit, alors…

Tony Blair n’est plus là, mais que l’on se rassure l’Angleterre est toujours présente pour dire oui à l’Oncle Sam. Quant à Emmanuel Macron, il a pu venger l’honneur bafoué de son brillant prédécesseur qu’Obama n’avait pas voulu suivre dans sa folie destructrice.

Mais les comparaisons doivent s’arrêter là : nous ne sommes pas en Irak et l’armée américaine n’ira pas provoquer un changement de régime au nom de la démocratie universelle. Nous ne sommes pas non plus en 2013 quand certains faucons américains ou français voulaient anéantir l’armée syrienne.

Depuis, Daesh est apparu et les Russes sont venus. C’est très mal bien sûr ce qu’a fait Poutine : venir aider son allié à vaincre une armada islamiste venue du monde entier, cela ne se fait pas. Surtout quand derrière cette insurrection islamiste il y a, depuis

Lire la suite de l'article

En route vers Chartres avec Saint Padre Pio

De Jean de Tauriers, Président de Notre Dame de Chrétienté :

"Chers pèlerins,

Padre-pioBenoît XVI dans un discours du 20 août 2005 disait aux JMJ de Cologne « Les reliques nous conduisent à Dieu lui-même : en effet, c’est Lui qui, par la force de Sa grâce, donne à des êtres fragiles le courage d’être Ses témoins devant le monde. En nous invitant à vénérer les restes mortels des martyrs et des saints, l’Église n’oublie pas qu’il s’agit certes de pauvres ossements humains, mais d’ossements qui appartenaient à des personnes visitées par la puissance transcendante de Dieu. Les reliques des saints sont des traces de la présence invisible mais réelle qui illumine les ténèbres du monde, manifestant que le règne de Dieu est au-dedans de nous. Elles crient avec nous et pour nous : ‘Maranath (1 Cor.16:1)’ – ‘Viens Seigneur Jésus’. »

Pour la troisième année, le pèlerinage Notre Dame de Chrétienté offre aux pèlerins la présence d’une relique. Cette année, nous prierons devant les reliques du Saint Padre Pio dans les cathédrales de Paris et Chartres. Ce moment est également l’occasion de réfléchir à la vie de ce saint canonisé par Jean-Paul II le 16 juin 2002 dont l’œuvre, nous le verrons, peut aider à élever notre vie spirituelle.

2018 est le cinquantième anniversaire du rappel à Dieu du Padre Pio et le centième anniversaire de ses stigmates. La venue des reliques du Padre Pio en France est extrêmement rare (deuxième fois en cinquante années) ; nous tenons à

Lire la suite de l'article

Mali : attaque sans précédent contre les forces françaises

Barkhane-20180223Au moins 10 soldats de la force Barkhane blessés d'après une source locale : 

"Des tirs de roquettes, des assaillants déguisés en Casques bleus montés à bord de véhicules piégés, des échanges de coups de feu: les camps de la Minusma et de la force Barkhane à Tombouctou ont été la cible samedi d’une attaque «sans précédent» qui a fait au moins un mort et une vingtaine de blessés.

L’assaut s’est produit peu après 14 heures (GMT et locales) sur le site aéroportuaire de cette ville légendaire du nord du Mali où sont cantonnés des Casques bleus de la Minusma et des hommes de l’opération française Barkhane. Alors que les deux camps essuyaient une «dizaine de tirs de roquettes», des hommes portant des Casques bleus ont tenté de «s’infiltrer» dans la zone militaire à bord de deux véhicules piégés, a précisé dans un communiqué le ministère malien de la Sécurité.

L’un des véhicules portait les couleurs des Forces armées maliennes (FAMas) et l’autre le sigle «UN» des Nations unies. Le premier «a explosé», tandis que le second «a pu être immobilisé». Selon la Minusma, un de ses Casque bleus a été tué lors d’«échanges de tirs». Une dizaine d’autres ont été blessés.

Le ministère malien a indiqué que l’attaque avait également fait une «dizaine» de blessés «côté Barkhane».

«Les combats ont pris fin vers 18H30», plus de quatre heures après leur début, selon le ministère. Bamako et la Minusma ont assuré que la situation était

Lire la suite de l'article

Syrie : Les Kurdes ne veulent plus garder la centaine de djihadistes “français”

Entendu sur Europe 1 :

"Dans le nord de la Syrie, alors que les grandes batailles contre l’État islamique sont terminées, des centaines de djihadistes étrangers sont toujours aux mains des forces kurdes dont la gouvernance n’a pas d’existence légale. Ils sont gardés dans des camps ou dans des prisons. Les djihadistes français sont environ une centaine dans cette partie de la Syrie. La France ne souhaite pas les rapatrier, mais les responsables kurdes ne veulent plus gérer ces prisonniers étrangers (…)

Mizkeen Ahmad, une influente conseillère politique au sein de l’administration kurde, en veut à la coalition depuis la prise de la ville kurde d’Afrine par la Turquie. Pour elle, c’est une trahison qui doit avoir une conséquence. "L’Europe ne nous a pas aidés à Afrine, pourquoi on continuerait à s’occuper de vos prisonniers de Daech ? On en a capturé des milliers et personne ne nous a soutenus. Dont acte", s'agace-t-elle au micro d'Europe 1. "On peut libérer tous ces membres de Daech. On va les relâcher hors de nos frontières… dans quels pays ils iront, et où ils commettront une attaque ? Peu importe, il faut prendre cette décision", menace Mizkeen Ahmad."

Lire la suite de l'article

Le Sanctuaire d’Ars organise une retraite mondiale pour les prêtres

Le Sanctuaire d'Ars organise du 24 au 29 Septembre 2018 une retraite mondiale pour les prêtres. Cette retraite sera prêchée par Enzo Bianchi. Fondateur de la communauté monastique de Bose, Il oeuvre beaucoup pour l'unité des Chrétiens. Ce moine, ami du Pape François, viendra prêcher à Ars sur le thème "le feu de l'Evangile". Au cours de cette retraite, de nombreuses questions seront abordées telles que « Comment être de bons pasteurs en cette époque de mutation considérable ? Comment assumer ce ministère aujourd'hui ? Comment accompagner les fidèles laïcs ? Comment se nourrir de la Parole et de l'Eucharistie ? »… Pendant ces six jours de réflexion et de prières, chaque prêtre pourra se ressourcer, trouver un soutien, une réponse…, la sérénité qui lui permettra de mieux aborder sa mission pastorale.

Pour soutenir le Sanctuaire d'Ars dans l'organisation de la Retraite Mondiale visant à accueillir plus de 1200 prêtres.

Lire la suite de l'article