Archives quotidiennes :

Considérer la Russie telle qu’elle est, et non telle que nous voudrions qu’elle soit

XOwAwAnKvULW76NxeeeJvGqSVvsIRsKcLa Russie sous Vladimir Poutine exerce une véritable fascination sur les milieux intellectuels qui s'efforcent de lutter contre la désinformation globale, alors que l'oligarchie tente un dernier effort pour nous enfermer dans la prison mentale de l'Occident (TM) libéral-libertaire. Cette tendance se justifie notamment par l'impression qu'a la droite nationale d'avoir trouvé en quelque sorte un "champion" des principes qu'elle défend, champion qui parvient à rompre quelques lances adverses sur la scène internationale. Cette tendance est porteuse d'illusions intellectuelles, et donc, à terme, pratiques, car elle risque d'entretenir une certaine auto-intoxication sur la réalité russe, et sur les limites du champion proclamé. Un observateur américain ami de la Russie, relayé par le site "le saker francophone", nous ramène très opportunément à la réalité. L'article est long, mais s'attache à des points très concrets, et mérite qu'on le lise jusqu'au bout.

La « glorification politiquement correcte » par les médias alternatifs de tout ce qui est lié à la Russie est une réponse « bien intentionnée » mais instinctive à la russophobie rampante des médias traditionnels ; elle génère néanmoins une vision « trop parfaite » et donc inexacte du pays, vision qui contredit la réalité et qui a été démystifiée par nul autre que le président Poutine lui-même.

Mal comprendre la Russie

Le discours du président Poutine à la nation la semaine dernière a naturellement attiré l’attention des médias internationaux, les médias traditionnels intensifiant leur campagne incessante de peur en exagérant et en décontextualisant ses déclarations  sur le programme d’armes hypersoniques russe pendant que les médias

Lire la suite de l'article

Que veut nous dire l’ancien CEMA ?

3cemaUn chef d’état-major des armées (CEMA) est forcément un personnage public, par l’éminente dignité de ses fonctions. C’est vrai quand il est en activité, ça l’est également quand il n’y est plus, a fortiori quand il prend la parole, oralement ou par écrit, sur des sujets d’intérêt public. Et même les évènements de nature privée le concernant ont une résonance publique, que l’intéressé le veuille ou non, à l’instar de tout autre dignitaire de l’État.

On se souvient que le Général de Villiers a démissionné dans des conditions qui étaient tout à son honneur, par le simple fait qu’il avait assuré une application exacte de ses devoirs de CEMA à l’égard de la représentation nationale, en rendant compte de l’état désastreux des armées et des menaces budgétaires que le nouveau régime faisait peser sur elles, et que ceci avait attiré le courroux de Jupiter-Macron.

L’estime publique que l’officier s’était largement attirée, dans tout le paysage politique, avait été renforcée par l’ouvrage qu’il avait publié à l’automne dernier, dont le titre est Servir. Cette estime paraissait particulièrement vive dans les milieux dits « conservateurs ».

Deux informations diffusées ces dernières semaines seraient de nature à tempérer cet enthousiasme un peu béat, et à nous interroger sur le fond du message que ce général français veut nous faire passer. À vrai dire, il s’agit de compléter le titre du livre : Servir, certes, mais servir quoi, servir qui, pour quelle finalité ? C’est hélas une question que semblent ne s’être pas suffisamment posée un certain

Lire la suite de l'article

13 avril à Navarrenx : conférence sur le sacré sur les drapeaux

Capture d’écran 2018-04-08 à 15.16.25Le vendredi 13 avril, à 20h30, Patrice de La Condamine, docteur en Histoire spécialisé en vexillologie (science des drapeaux), parlera d'un sujet inédit: le sacré sur les drapeaux des hommes.

Etoiles de David, chandeliers, Arbres de Vie, croix, croissants, Stella Maris, disques solaires et bien d'autres emblèmes encore. Depuis la nuit des temps, l'humanité est en dialogues incessants avec cette force qui la dépasse et qu'elle implore et qui lui répond: la Transcendance. Autant de quêtes, de messages, de visions, faits signes et gravés sur des drapeaux! Des drapeaux qui sont présents dans nos univers quotidiens et que nous ne remarquons même pas. De la Scandinavie à la Grande Bretagne et à l'Irlande, de la Russie à l'Abyssinie, du Japon à l'Inde en passant par la Mongolie ou les tribus forestières d'Amérique, ces étoffes nous content l'importance du sacré, profondément ancré au cœur de toutes les sociétés humaines. Avec Du sacré sur les drapeaux des hommes, l'observation des drapeaux se fait aussi sociologie, psychologie, anthropologie et philosophie. Nous sommes invités à lever la tête et à redécouvrir nos histoires! La conférence, accompagnée d'un diaporama conçu par l'intervenant, nous permettra de mieux nous rappeler l'importance et l'histoire permanentes et passionnantes des interrogations et espérances humaines.

A l'issue de la conférence, l'auteur présentera son dernier ouvrage qu'il dédicacera avec plaisir.

20h30 Centre paroissial rue Saint-Germain à Navarrenx

Lire la suite de l'article

Plus on tue au nom d’Allah, plus on combat l’islamophobie et plus on parle de l’islam en bien

Extrait d'un entretien d'Alexandre Del Valle, dans Valeurs Actuelles :

UnknownQue vous inspire l’attentat islamiste de Trèbes ?

L’attentat du 23 mars m’inspire deux réflexions. Tout d’abord, comme je l’explique dans mon livre, la chute de Dae’ch ne veut pas dire que la menace islamo-terroriste va s’estomper. L’ex-porte-parole de l’État islamique, Abou Mohamed al-Adnani, l’a lui-même parfaitement expliqué : « Ceux qui croient que la perte de territoires en Syrie ou en Irak signifie notre défaite n’ont pas compris que tant que la charia et le Coran progressent dans les coeurs des musulmans, nous serons vainqueurs. » Plus Dae’ch suscite des attentats, plus l’adhésion à l’idéologie islamiste progresse. La seconde observation est que nous avons assisté, avec l’attentat de Trèbes et le sacrifice de l’héroïque Arnaud Beltrame, à un “choc des martyrs” : ceux qui perdent leur vie pour la mort face à ceux qui meurent pour sauver des vies. Il s’agit là d’un échec imprévu pour Dae’ch, qui veut faire croire que seuls les cavaliers d’Allah sont capables d’offrir leur vie…

Vous évoquez la paranoïa : quelles sont les déclinaisons de la stratégie d’intimidation islamique qui fait l’objet de votre ouvrage ?

Pour mettre en oeuvre un plan d’islamisation mondiale de type suprématiste et irrédentiste, la première méthode, très efficace, est l’intimidation physique : par des assassinats ciblés, des actes terroristes, des attroupements ou des menaces de mort. La plus grande erreur de l’Occident consiste à croire que l’islamisme est un nihilisme : tuer au nom de l’islam

Lire la suite de l'article

Terres de missions : les actions judiciaires contre les grands acteurs de la pornographie

Ce dimanche 8 avril, l’émission religieuse de TV Libertés, Terre de missions, reçoit François Billot de Lochner, président de la Fondation de Service Politique, pour évoquer les actions judiciaires qu’il a entreprises contre les grands acteurs de la pornographie… et notamment contre l’Etat (et l’Education nationale en particulier) pour incitation à la débauche de mineurs.

Philippe Maxence, directeur du bimensuel catholique “L”Homme nouveau”, évoque ensuite le dernier né des éditions de L’Homme nouveau : “L’homme aboli” du sociologue allemand Friedrich Tenbruck. La thèse de cet ouvrage est que les sciences sociales, d’une part, nient l’homme en occultant totalement sa liberté et en le voyant comme un simple rouage de la société ; et, d’autre part, imposent une vision matérialiste et déterministe de l’homme et de la société qui contribue à abolir l’humanité.

Enfin, l’abbé Michel Viot, à l’occasion de la sortie de son livre “L’Heure du royaume de France est-elle venue ?”, explique ce qu’une royauté sacrée changerait aux relations Eglise-Etat, en permettant enfin de traiter la question du totalitarisme islamique sans tomber dans le totalitarisme laïciste.

Lire la suite de l'article

Le retour de la pièce christianophobe « sur le concept du visage du Fils de Dieu »

Img_3584-copieCette pièce de R. Castellucci, dont la sortie à Paris en 2011 avait été marquée par une forte opposition des catholiques (manifestations, recours de l'Agrif…), est rejouée à Brest la semaine de Pâques. Et quel jeu, souvenez-vous : on y voit une quinzaine d’enfants jeter des grenades sur l’immense portrait du Christ qui se trouve en toile de fond. Puis ce portrait est déformé de l’intérieur et se met soudain à dégouliner d’excréments…

La direction du théâtre du Quartz et la mairie ont reçu un grand nombre de lettres de protestation. Des étudiants catholiques (proches de la FSSPX) ont agi avec calmeAprès avoir distribué deux mille tracts, ils se sont rassemblés devant le théâtre du Quartz, dans un grand calme, à genoux sur le pavé, en prière. 

Au cours de la représentation un jeune spectateur, dégoûté par ce spectacle, sort et découvre leur présence à l’extérieur. Après discussion, il se joint à eux pour prier. A la fin de la représentation, ils sont allés au-devant des spectateurs pour les faire réfléchir. Quelques-uns se disent agressés par leur simple présence, mais trouvent que le lancement des grenades sur le Christ est une louange. Un certain nombre les félicite de leur façon de discuter, quelques-uns remercient.

Lire la suite de l'article

Marie-Madeleine de Garth Davis, une vision explicitement révisionniste du Nouveau testament

Analyse de Bruno de Seguins Pazzis pour les lecteurs du Salon beige :

MLes derniers jours de Jésus Christ du point de vue de Marie Madeleine, une jeune femme en quête d’un nouveau chemin de vie. Soumise aux mœurs de l’époque, Marie défie les traditions de sa famille pour rejoindre un nouveau mouvement social mené par le charismatique Jésus de Nazareth. Elle trouve rapidement sa place au cœur d’un voyage qui va les conduire à Jérusalem. Avec : Rooney Mara (Marie Madeleine), Joaquin Phoenix (Jésus), Chiwetel Ejiofor (Pierre),Tahar Rahim (Judas), Ariane Labed (Rachel), Denis Ménochet (Daniel, le frère de Marie Madeleine), Lubna Azabal (Suzanne), Tchéky Karyo (Elisha, le père de Marie Madeleine), Hadas Yaron (Sarah), Jules Sitruk (Aaron), Shira Haas (Léa), Ryan Corr (Joseph), Charles Babaola (André), Uri Gavriel (Philippe), Tsahi Halevi (Éphraïm), Zohar Strauss (Jean), Theo Theodoridis (Lazare), Michael Moshonov (Matthieu). Scénario : Helen Edmundson et Philippa Goslett. Directeur de la photographie : Greig Fraser. Musique : Jóhann Jóhannsson.

Décrivant les derniers jours de la vie de Jésus du point de vue de Marie-Madeleine, le film de Garth Davis peut être classé sans hésiter dans la catégorie des films qui se veulent explicitement chrétiens. Il donne à voir Jésus, les apôtres, Marie-Madeleine, Marie, la mère de Jésus. Le spectateur chrétien se voit proposer la représentation de plusieurs miracles, une évocation de la Cène, du chemin de la Croix, de la Crucifixion… Il n’y a aucune équivoque possible.

Le récit commence par un accouchement difficile effectué par Marie-Madeleine. On ne lui connaissait pas ce côté sage-femme, mais pourquoi pas. Il se poursuit par une description assez laborieuse d’une société patriarcale juive dans laquelle

Lire la suite de l'article

Du 23 au 27 avril : retraite de St Ignace à Poissy

InigoRetraite en silence de 5 jours, selon la méthode des exercices spirituels de Saint Ignace de Loyola :

Du lundi 23 (10h00) au vendredi 27 avril (17h00) à Poissy (78) pour tous (à partir de 17 ans), prêchée par les abbés Gonzague Babinet et Gérald de Servigny.

Renseignements et inscription : Abbé G. de Servigny,  06 67 23 27 72, courriel : retraite.st.ignace@wanadoo.fr

Lire la suite de l'article

Leur “tradition républicaine” est-elle foncièrement anti-catholique?

Je pose ça là comme premiers éléments de réponse :  

Ift

Lire la suite de l'article