Archives quotidiennes :

Constitutionnalisation de l’avortement : établir la primauté absolue de la volonté individuelle sur la vie humaine

Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), docteur en droit, expert auprès du Conseil de l’Europe, répond à l’Incorrect, au sujet du projet de constitutionnalisation de l’avortement formulé par le groupe communiste au Sénat le 3 avril dernier.

Mardi dernier, à l’assemblée, le groupe communiste au Sénat a souhaité débattre d’une éventuelle constitutionnalisation de l’avortement. Ce genre d’initiative risque-t-elle d’aboutir ?

Unknown-15Non, c’est de l’agit-prop et cela n’a heureusement aucune chance d’aboutir sur le terrain juridique ! C’est une initiative purement politique et symbolique.  Suivant la bonne vieille dialectique marxiste, ces députés inventent une menace imaginaire – selon laquelle l’accès à l’IVG serait menacé en France – pour faire élever l’avortement au rang symbolique de droit fondamental à valeur constitutionnelle. Cela s’est déjà produit l’an dernier, lorsque le gouvernement socialiste a fait adopter un « délit d’entrave numérique ». Ce délit n’a, pour l’instant, jamais trouvé à s’appliquer, – preuve que la menace était imaginaire – mais l’agit-prop qui a entouré l’adoption de cette mesure a permis de renforcer l’idée d’un droit fondamental à l’avortement ; un droit qui recevra une consécration républicaine par la Panthéonisation prochaine de Simone Veil. Nous demeurons sur le terrain symbolique si cher aux francs-maçons.

Quel est l’objectif poursuivi  ?

L’objectif des promoteurs du droit à l’avortement n’est pas féministe, mais proprement philosophique : il s’agit d’établir la primauté absolue de la volonté individuelle sur la vie humaine. Or, celle-ci est impliquée dans le fait de considérer l’avortement non plus comme une triste exception au droit

Lire la suite de l'article

Donald Trump : depuis leur conception, les enfants sont doués de dignité humaine

Donald Trump a signé une déclaration faisant du mois d’avril un Mois national de la prévention de la maltraitance des enfants. Dans ce texte une phrase ne passe pas inaperçue :

Unknown-16We must always remember that all children are blessings from our Creator.  They are endowed from conception with value, purpose, and human dignity.

Nous devons toujours nous rappeler que tous les enfants sont une bénédiction de notre Créateur. Depuis leur conception ils sont dotés de valeur, de raison d’être et de dignité humaine.

Lire la suite de l'article

Henri Tincq nous offre une bonne tranche de rigolade

Capture d’écran 2018-04-06 à 19.17.30Henri Tincq, qui fut naguère, et pendant fort longtemps, l’arbitre des élégances religieuses au « Monde » – et aussi, hélas, dans les Eglises « qui sont en France » –, fait en ce moment la tournée des popotes médiatiques pour promouvoir son récent livre : « La grande peur des catholiques de France ». Je ne l’ai pas encore lu, mais je me promets un bon moment de détente. Car, d’après ce qu’en disent des médias généralement incultes en matière religieuse, l’argument (si j’ose dire…) du livre est assez simple : jadis, c’était bien, l’Eglise était « cool », ouverte et tolérante ; aujourd’hui, c’est mal, les « conservateurs » parlent trop fort et l’Eglise n’est pas assez « open-minded ».

Et, naturellement, chers amis, les « conservateurs » honnis, c’est nous !

Tincq invite donc (que dis-je ? somme, du haut de sa chaire magistérielle) les autorités de l’Eglise de nous faire taire.

C’est ce qu’il expliquait sur RTL le 5 avril dernier.

Mais ce qui m’a le plus fasciné dans ces 5 minutes d’humour involontaire, c’est l’incohérence du propos.

  1. Tincq est un ardent défenseur de la liberté des laïcs ; mais il exige une réaction cléricale pour faire taire des laïcs qui ont le malheur de lui déplaire.
  2. Tincq regrette les années 1960 où l’Eglise était, dit-il, très impliquée dans la vie sociale et sociétale ; mais il réprouve l’engagement des catholiques de France pour la défense de la vie, des enfants et des familles.
  3. Tincq craint que l’Eglise soit en danger de mort (sic !) à cause de cette terrifiante « frange conservatrice » ; mais il ne voit

Lire la suite de l'article

Le parti Islam qui prône la Charia se présente dans 14 communes bruxelloises

Petit à petit, l'islam avance ses pions :

Prospectus-parti-Islam"Le parti Islam (Intégrité, Solidarité, Liberté, Authenticité, Moralité), qui avait créé la surprise en 2012 en obtenant deux conseillers communaux à Bruxelles, se présentera dans 14 des 19 communes de la capitale en octobre 2018. À désormais six mois des élections communales, le parti Islam a dévoilé quelques pans de son programme aux journaux du groupe Mediahuis. Outre l’établissement d’un État islamique en Belgique ainsi que l’instauration de la charia, la formation politique islamiste propose également de séparer les hommes et les femmes dans les transports publics."

Lire la suite de l'article

La Bible retirée des sites de vente en ligne, en Chine

Alors que certains au Vatican veulent à tout prix un accord entre le Saint-Siège et la Chine communiste, la Bible a été retirée de sites de vente en ligne en Chine. Les ventes en ligne d'autres textes sacrés comme le Coran ou le Tao Te Ching, référence de la religion taoïste, ne semblent pas affectés par une quelconque interdiction. Tout livre vendu en Chine doit posséder un numéro de publication, ce qui n'est pas le cas de la Bible, qui ne peut pas être vendue dans les librairies d'Etat mais est généralement diffusée directement par les églises. Le texte était également disponible à la vente sur des plateformes comme Taobao, qui mettent en relation vendeurs et acheteurs.

Jin Mingri, pasteur de l'église protestante de Sion à Pékin, estime que les nouvelles restrictions entrent dans le cadre d'un "resserrement général" de l'environnement politique en Chine. Les autorités pensent peut-être que "la diffusion de la Bible via des canaux informels n'est pas profitable à l'idéologie d'Etat", suppose le pasteur. 

Lire la suite de l'article

Pourquoi combattre la pornographie ?

De François Billot de Lochner sur Liberté Politique :

"Le combat contre le tsunami pornographique n’est pas une option, une possibilité, une action à mener parmi d’autres. Il s’agit d’un combat prioritaire car fondamental : la déferlante pornographique relève en effet d’un projet de destruction complet de la personne, de la famille et de la société tout entière.

Depuis plusieurs siècles, ce qui est écrit ou dit par un grand nombre de philosophes, de scientifiques, de psychologues, de sociologues ou autres chercheurs est d’une clarté limpide : libérons l’individu de toute contrainte sexuelle pour révolutionner le monde. Helvétius, philosophe matérialiste des « Lumières », le disait déjà : « La règle la plus sûre pour rendre un peuple soumis, c’est qu’en suivant sa nature, à ses sens tout soit permis ». Napoléon constatait : « On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus ». De son côté, Huxley écrivait dans  Le meilleur des mondes : « On diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux ». Aujourd’hui, la télévision a cédé le pas au smartphone et à la tablette, mais l’anesthésie sociale créée par la perversion des images est bien là. La diffusion de masse de matériel pornographique, par Internet, mais aussi par les livres, les magazines, les panneaux publicitaires et tant d’autres choses encore, permet un asservissements que Soljénitsyne dénonçait comme

Lire la suite de l'article