Archives quotidiennes :

Bioéthique : Versailles Famille Avenir va débattre face à Frigide Barjot

7tmdlsln8neLes défenseurs de la PMA/GPA sont tellement inexistants pour débattre, comme le montre l'essentiel des débats à travers la France que, dans le cadre des Etats-Généraux de la Bioéthique,  Virginie Tellenne (Frigide Barjot) de l'Avenir pour Tous ! et Fabien Bouglé de Versailles Familles Avenir débattront sur le thème

Pourquoi et comment nous mobiliser face aux enjeux des Etats-Généraux de la Bioéthique ?

Au Franco Belge (3 Rue Pourvoierie à Versailles) à Versailles le jeudi 5 avril 2018, à partir de 20h30.

Lire la suite de l'article

Christophe Dickès nous dévoile les secrets du Vatican

Christophe Dickès présente son dernier ouvrage sur Le Vatican dans lequel il évoque les mystères qui entourent depuis toujours les Etats pontificaux autour de sujets comme le pouvoir, l’argent, les relations internationales ou encore la question des archives secrètes…

Lire la suite de l'article

Vers le « paradis » arc-en-ciel

Lu dans Les 4 Vérités :

Unknown-2"Nos « élites » se pincent le nez avec dégoût dès qu’il est question d’identité. Pourtant, la question identitaire (religieuse, nationale ou ethnique) est chaque jour plus importante. Et tenter de la cacher sous le tapis est la pire façon d’y faire face. Ce n’est pas seulement de l’aveuglement ; c’est un aveuglement criminel.

Le désastre de la fameuse « nation arc-en-ciel » multiraciale que nous promettaient les thuriféraires du multiculturalisme, lorsque tomba l’apartheid en Afrique du Sud, devrait nous servir d’avertissement. Aujourd’hui, une ferme afrikaaner est attaquée tous les jours dans ce « paradis » multiracial et un fermier blanc assassiné tous les quatre jours. C’est cela le monde enchanteur que nous promettent les Macron ou les Hollande – mais aussi hélas, à droite, les Sarkozy ou les Juppé, poètes de la « mondialisation heureuse » et de la « France d’après ». Peuvent-ils comprendre que nous ne voulons à aucun prix de cet avenir « radieux »? Peuvent-ils comprendre que leur «paradis» ne sera rien d’autre que la guerre de tous contre tous et la loi de la jungle, où les barbares auront raison de toute forme de civilisation? 

La paix n’a rien à voir avec les bêlements pacifistes. C’est, au contraire, par l’effort militaire, par l’autorité, qu’on assure la paix extérieure et intérieure. Défendre notre civilisation et notre paix civile n’ira pas sans sacrifice. Et renoncer à tout effort est le moyen assuré de glisser vers la sauvagerie. C’est ainsi que,

Lire la suite de l'article

La République n’est pas qu’un régime politique mais est, en France, aussi une idéologie

CassagnacThibault Gandouly vient de publier une biographie de Paul de Granier de Cassagnac, dit Paul de Cassagnac (1842-1904), qui a disparu des mémoires. Aucune rue, aucune place ne porte son nom dans le Gers, où il fut député pendant une vingtaine d’années. Aucun ouvrage biographique n’était consacré en France à l’inventeur du sobriquet de « Gueuse » pour désigner la République. Bonapartiste enragé et ardent défenseur du catholicisme tant dans la presse qu’à la tribune de la Chambre des députés, il vit toutes les secousses politiques de la seconde moitié du XIXe siècle : la chute de l’Empire, la victoire des républicains en 1876, le boulangisme, le ralliement et l’affaire Dreyfus. Il côtoie bon nombre des figures majeures du Second Empire et des premières décennies de la IIIe République : Napoléon III et le prince impérial, Adolphe Thiers, le maréchal de Mac-Mahon, Léon Gambetta, Jules Ferry, le comte de Paris ou Georges Clemenceau. Cassagnac est donc un formidable point d’observation de la vie politique de la fin du XIXe siècle, du côté des conservateurs.

Mais il y a plus : esprit indépendant et frondeur, duelliste invaincu, orateur et écrivain de talent, impliqué dans plusieurs intrigues, il fascine ses contemporains et fait tourner des têtes. « Son idéal serait d’être fils de croisés et de défendre le Roi et Dieu » écrit en 1879 l’une de ses admiratrices, Marie Bashkirtseff. Paul de Cassagnac est imprégné de cet esprit chevaleresque qui le fait combattre jusqu’à sa mort « pour Dieu et

Lire la suite de l'article

3 légionnaires en garde à vue… pour avoir aidé une victime

Images-2Dimanche vers 6h45, dans le wagon d’une rame de métro de la ligne 9 à Paris, une jeune fille a été violentée et son agresseur a pris la fuite avec son téléphone portable.

Trois légionnaires en permission et légèrement ivres, âgés de 21 à 24 ans, ont assisté à la scène et ont pris en chasse l’agresseur. Le voleur ne s’est pas laissé faire et une rixe a éclaté. L’agresseur a eu une dent cassée.

Les trois militaires et le voleur, sans papiers d’identité ni d’adresse, ont été interpellés et placés en garde à vue.

Des magistrats du parquet voulaient classer l’affaire, tandis que d’autres voulaient poursuivre les légionnaires. Une substitut du procureur a pris la décision de les poursuivre. Les trois militaires ont été présentés au parquet et doivent être jugés, ce qui les a poussé à déclarer :

« Si c’est pour se retrouver en garde à vue, la prochaine fois, on n’interviendra pas pour défendre une victime. »

Nous aimerions avoir le nom de cette substitut qui déshonore la justice.

Lire la suite de l'article

Comment faire battre le cœur de la France dans les cités ?

Le 6 mars, Les Veilleurs d'Espérance recevaient Albéric de Serrant, premier Directeur du Cours Alexandre Dumas, école pilote d’Espérance Banlieue, installée au cœur d’un quartier difficile de Montfermeil ; adjoint de direction du collège Saint Philippe à Meudon, aux apprentis d’Auteuil ; et Cyril Tisserand, Fondateur de l’association le Rocher Oasis des Cités qui assure une présence bienveillante à visée éducative dans une dizaine de cités en France où elle envoie des jeunes en mission.

Lire la suite de l'article

Thierry Mariani : union des droites, plateforme commune de la droite ?

Intervention vidéo de Thierry Mariani dans le cadre de la table ronde réunie, à Angers, le 27 mars, à l'initiative du "Cercle Anjou Conférences". Faut-il faire l'union des droites ? Si oui, avec qui et quand ? Quelles mesures pour une plateforme commune de la droite ?

Lire la suite de l'article

Si aucun homme politique ne réagit, la France partira dans une guerre civile dans dix ans

Lire la suite de l'article

Assises de la maternelle: un enfumage ?

Analyse de Claude Meunier-Berthelot :

Unknown-6Les 27 et 28 mars 2018 ont eu lieu les « Assises de la maternelle » ouvertes par MACRON lui-même et préparées par le neuropsychiatre Boris CYRULNIK au nom du ministre de l’éducation JM BLANQUER, Assises auxquelles 400 membres et partenaires de la communauté éducative ont participé. Nos gouvernants sont coutumiers de ces prétendues Assises, débats, consultations … dont les conclusions sont connues bien avant que les problèmes n’aient été soulevés et les questions posées ! Ces Assises ont prétendûment eu pour objectif de repenser la maternelle pour en faire une véritable « école du langage et de l’épanouissement ». Qu’en est-il ?

Un abaissement de l’âge de la scolarisation obligatoire ?

Pour repenser la maternelle (sic),« …Nous abaissons l’âge de la scolarisation obligatoire à 3 ans… » ! dit le ministre BLANQUER, et cette annonce est relayée à grands renforts de publicité par tous les medias. En réalité, bien que l’âge de la scolarisation obligatoire fixée à 6 ans par Jules Ferry soit toujours en vigueur, dans les faits, la scolarisation des enfants de 3 ans est une situation acquise depuis longtemps. Selon le site du gouvernement, la quasi-totalité des enfants de trois à 5 ans est accueilli dans l’enseignement pré-élémentaire depuis 20 ans et le ministre reconnait lui-même : « aujourd’hui, 97% des enfants sont déjà scolarisés à l’école maternelle ».

Néanmoins, cette mesure qui pourrait, de ce fait, apparaître purement symbolique, a en réalité  une portée beaucoup plus considérable qu’il n’y paraît. 3% d’enfants restant à scolariser correspondent à  20 000 enfants. La première question à se poser est

Lire la suite de l'article

Assemblée Générale des AFC le 7 avril

1_opt_43f5dace99La Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC), membre de l'UNAF et mouvement reconnu d'utilité publique, tiendra son Assemblée Générale annuelle à Marseille le samedi 7 avril. Les 350 représentants des AFC de Métropole et d'Outremer y sont conviés pour dresser le bilan d'une année 2017 dense et active. L'occasion aussi pour les centaines de présidents et responsables de proximité  de rencontrer et d'échanger avec les responsables nationaux.

Cette journée permet aussi de mutualiser les expériences, de poursuivre des travaux de fond, de faire un bilan, de dessiner des perspectives, de se former à travers des ateliers, autant que de mettre en lumière la fécondité pour leur famille, leur entourage mais aussi la société française, du travail de terrain accompli par les bénévoles. La réflexion se portera cette année tout particulièrement sur les Etats Généraux de Bioéthique dans lesquels les AFC sont fortement engagées, tant au niveau local que national. Une attention toute particulière sera également donnée à la politique familiale, objet de réformes gouvernementales.

A l'occasion des 30 ans de son activité comme Association de consommateurs, la Confédération des AFC organisera également un colloque sur le développement durableTrois intervenants présenteront leur vision de ces changements profonds de notre société, auxquels nous participons en tant que familles actrices d'une consommation responsable : 

  • Blandine et Arthur de LASSUS, témoins d'une véritable prise de conscience écologique à la suite de leur chemin de St Jacques qui les a amenés à changer leur vie pour prendre soin de

Lire la suite de l'article